Age of Treason – Un détective privé dans la Rome antique

Marcus Didius Falco doit résoudre un meurtre qui se déroule dans la Rome antique. Nous sommes en 69 apr. J.-C. à Rome, et Falco, un escroc astucieux, se retrouve impliqué dans la mort du fils d’un homme proche du nouvel empereur, Vespasien.

Age of treason

Marcus Didius Falco doit résoudre un meurtre qui se déroule dans la Rome antique. Nous sommes en 69 apr. J.-C. à Rome, et Falco, un escroc astucieux, se retrouve impliqué dans la mort du fils d’un homme proche du nouvel empereur, Vespasien. Engagé par la sœur de la victime pour découvrir la vérité, Falco et son nouvel esclave, le gladiateur Justus, découvrent des complots impliquant une secte qui s’étend jusqu’au sein de la famille impériale.

Un teléfilm US qui date de 1993, et qui n’est disponible que sur Amazon ou Mubi d’après ce que je vois.

Ce téléfilm est remarquable, parce qu’il n’est pas si mauvais… Et pourtant voilà un mélange des genres assez curieux : Peplum + enquête policière.

Ce mélange provient surtout de la source originelle de cette histoire, qui n’est en fait qu’une adaptation du premier roman de Lyndsey Davis. Et au passage adapté pour la télévision par Lee David Zlotoff, scénariste entre autres de MacGiver, des Enquêtes de Remington Steele, et autres NCIS: Enquêtes Spéciales

Lyndsey Davis

Voici une autrice qui hélas n’est pas traduite en français. L’intérêt de Davis pour l’histoire et l’archéologie l’a conduite à écrire un roman historique sur Vespasien et son amante Antonia Caenis (The Course of Honour), pour lequel elle n’a pas pu trouver d’éditeur. Elle a réessayé, et son premier roman mettant en scène le détective romain Marcus Didius Falco, The Silver Pigs (1989), se déroulant à la même époque, a été le début de son succès fulgurant en tant qu’écrivain de romans policiers historiques.

Dix-neuf autres romans mettant en vedette Falco ont suivi, ainsi que The Course of Honour, publié en 1997. Elle a publié Falco: The Official Companion en juin 2010.

Rebels and Traitors, se déroulant pendant la période de la guerre civile anglaise, a été publié en septembre 2009.

Master and God, publié en mars 2012, se déroule dans la Rome antique et traite de l’empereur Domitien.

En 2012, Davis et ses éditeurs, Hodder & Stoughton au Royaume-Uni et St. Martin’s Press aux États-Unis, ont annoncé qu’elle écrivait une nouvelle série de livres centrée sur Flavia Albia, la fille adoptive de Falco, née en Grande-Bretagne et « une enquêtrice établie ». Le premier titre, The Ides of April, a été publié le 11 avril 2013 au Royaume-Uni, suivi de sa suite, Enemies at Home, publiée en 2014, et d’ajouts annuels. Dans une interview en 2019, Davis a évoqué son projet d’écrire un roman Albia se déroulant sur chacune des sept collines de Rome, commençant par l’Aventin dans le livre The Ides of April et se terminant avec le Capitole dans le livre A Capitol Death. Depuis lors, elle a publié trois autres livres mettant en scène Albia, en 2022, se déroulant dans des endroits spécifiques juste à l’extérieur des murs de Rome.

Davis a remporté de nombreux prix littéraires, dont le Cartier Diamond Dagger de la Crime Writers’ Association en 2011, décerné aux auteurs ayant apporté une contribution exceptionnelle au genre tout au long de leur vie. Elle a été présidente honoraire de la Classical Association de 1997 à 1998 et est membre à vie du conseil de la Society of Authors.

Le roman The Silver Pigs

Ce premier roman de la série « Les Mystères de Marcus Didius Falco » présente les personnages principaux et établit des relations qui se poursuivent et se développent tout au long de la série.

Falco découvre par hasard un complot dans le commerce de lingots d’argent, mais pas avant qu’il ne coûte la vie d’une jeune fille (Sosia Camillina) que Falco rencontre et dont il tombe éperdument amoureux. Engagé par l’oncle de Sosia, un sénateur, pour découvrir qui l’a assassinée, ainsi que par l’empereur romain Vespasien, pour dévoiler le complot, Falco se retrouve sur le prochain bateau en direction de la Bretagne.

Une fois sur place, il rencontre une femme bien au-dessus de sa classe sociale, Helena Justina, la fille du sénateur qui l’a engagé, et la cousine de Sosia. Dès le premier regard, Falco et Helena se détestent : il déteste sa classe sociale, et elle déteste ses préjugés. Les choses ne sont pas facilitées par la mort de Sosia, en particulier pour Helena. Travaillant sous couverture, Falco se fait passer pour un esclave dans une mine d’argent, où il apprend le sens de la haine, de la douleur et de l’abus. Après avoir été secouru par Helena et un centurion amical, Falco retourne à Rome, sous la charge réticente, voire méfiante, d’Helena.

Après avoir passé autant de temps ensemble, et après de nombreuses disputes, malentendus et dénis, Falco et Helena tombent amoureux (et consomment leur amour dans une écurie, dans un jardin public). Finalement, Falco résout l’affaire et n’a plus qu’à traduire les coupables en justice. Cependant, il n’y a pas de justice, car l’un des coupables est Domitien, le fils rebelle de l’Empereur, et l’autre coupable survivant est très proche d’Helena et de son père sénateur.

Après une vengeance finale et sanglante menée à bien lors du climax, Falco se voit offrir une promotion au rang équestre. En tant que chevalier, Falco serait considéré comme faisant partie de la bourgeoisie aisée et pourrait épouser Helena sans lui causer de honte, contrairement à ses maigres revenus actuels. Cependant, il refuse, voyant l’offre comme un pot-de-vin pour étouffer le complot. Après avoir réalisé son erreur et combien il a dû offenser Helena, il retourne auprès de Vespasien et lui demande une nouvelle chance. On lui dit que son nom peut être ajouté aux listes Equites, mais qu’il doit d’abord rassembler lui-même les 400 000 sesterces nécessaires pour acheter des terres d’une valeur équivalente, ce qui est la qualification pour le statut d’Equites. Vespasien venait d’une famille Equites qui avait accédé au rang sénatorial sous les empereurs Julio-Claudiens et, bien qu’il ait rempli la succession standard des fonctions publiques, il s’était vraiment fait un nom et avait gagné son pouvoir dans le service militaire. Abattu, Falco retourne dans son taudis délabré sur l’Aventin et y trouve Helena qui l’attend. Elle lui promet d’attendre aussi longtemps qu’il le faudra.

Les Equites :

Les « equites » (littéralement « cavaliers » ou « hommes de cavalerie », bien que parfois désignés comme « chevaliers » en anglais) constituaient la deuxième classe de l’ancienne Rome basée sur la propriété, se classant en dessous de la classe sénatoriale. Un membre de l’ordre équestre était appelé un « eques« .
À l’exception des patriciens purement héréditaires, les « equites » étaient à l’origine définis par un seuil de propriété. Le rang était transmis du père au fils, bien que les membres de l’ordre qui ne répondaient plus à l’exigence de propriété lors du recensement quinquennal ordinaire (tous les cinq ans) étaient généralement retirés des registres de l’ordre par les censeurs romains. À la fin de la République, le seuil de propriété était de 50 000 deniers et a été doublé à 100 000 par l’empereur Auguste (règne unique de 30 av. J.-C. à 14 apr. J.-C.) – équivalant approximativement aux salaires annuels de 450 légionnaires contemporains. À la fin de la période républicaine, les sénateurs romains et leur descendance sont devenus une élite non officielle au sein de l’ordre équestre.



Partagez donc cet article via le vaste web :

Commentaires

2 réponses à “Age of Treason – Un détective privé dans la Rome antique”

  1. Avatar de Justin Busch

    Je ne connaissais pas du tout ces romans, ce qui m’étonne ! Ce sont exactement mon genre de roman !

    1. Avatar de Iso

      Je suis tout aussi étonné du manque de traduction. Y compris du téléfilm.

En savoir plus sur SCRiiiPT

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading