Olive Oatman, la femme au tatouage bleu

L’histoire a résonné dans les médias de l’époque et longtemps après, en partie à cause du tatouage bleu très visible sur le visage d’Oatman par les Mohaves. Une grande partie de ce qui lui est exactement arrivé pendant son séjour au sein de ces tribus amérindiennes reste encore aujourd’hui inconnu.

Olive Oatman

Olive Oatman (1837 – 1903) est une femme originaire de l’Illinois dont la famille a été tuée en 1851 dans ce qui est aujourd’hui l’Arizona par une tribu amérindienne (peut-être les Tolkepayas). Olive Oatman et sa sœur ont été capturées et sont restées dans cette tribu qui plus tard les a vendus au peuple Mohave. Après plusieurs années chez les Mohaves, au cours desquelles sa sœur est morte de faim, Olive est revenue dans le monde des hommes blancs, cinq ans après avoir été enlevée.

Olive Oatman

Au cours des années suivantes, l’histoire d’Olive Oatman a été racontée, avec une certaine force dramatique, dans la presse, ainsi que dans ses propres «mémoires» ; il y a eu aussi bon nombre de romans, pièces de théâtre, films et poésie.

L’histoire a résonné dans les médias de l’époque et longtemps après, en partie à cause du tatouage bleu très visible sur le visage d’Oatman par les Mohaves. Une grande partie de ce qui lui est exactement arrivé pendant son séjour au sein de ces tribus amérindiennes reste encore aujourd’hui inconnu.

Les premières années

Née dans la famille de Royce et Mary Ann Oatman, Olive faisait partie d’une fratrie de sept frères et sœurs. Elle a grandi dans la religion mormone.

En 1850, la famille Oatman a rejoint un convoi de wagons dirigé par James C. Brewster. Ce dernier était membre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, dont les attaques et les désaccords avec les dirigeants de l’église de Salt Lake City, l’avait amené à rompre avec les partisans de Brigham Young dans l’Utah et à conduire ses partisans – les Brewsterites – en Californie, qui, selon lui, était le «lieu de rassemblement prévu» pour les mormons.

Les émigrants Brewsterites, au nombre de 85 à 93, quittèrent Independence (Missouri) le 5 août 1850. Des dissensions provoquèrent la scission du groupe près de Santa Fe, Brewster suivant la route du nord. Royce Oatman et plusieurs autres familles ont choisi la route du sud via Socorro, Santa Cruz et Tucson. Près de Socorro, Royce Oatman a pris le commandement du groupe. Ils atteignirent le Nouveau-Mexique au début de 1851, mais trouvèrent le pays et le climat totalement inadaptés à leur objectif. Les autres wagons abandonnent peu à peu l’objectif d’atteindre l’embouchure du Colorado.

Le groupe avait atteint Maricopa Wells lorsqu’on leur a dit que non seulement le tronçon de piste devant eux était stérile et dangereux, mais que les Indiens devant eux étaient très hostiles et qu’ils risqueraient leur vie s’ils continuaient. Les autres familles résolurent de rester. La famille Oatman, voyageant finalement seule, a été presque anéantie dans ce qui est devenu connu sous le nom de «massacre d’Oatman» sur les rives de la rivière Gila à environ 50 km à l’est de Yuma dans l’actuel Arizona.

Massacre d’Oatman

Royce et Mary avaient eu sept enfants à cette époque, âgés de un à dix-septs ans. Lors de leur quatrième jour de trajet, ils ont été approchés par un groupe d’Amérindiens, demandant du tabac, de la nourriture et des fusils. À un moment donné au cours de la rencontre, la famille Oatman a été attaquée par le groupe et tous ont été tués à l’exception de Lorenzo, 15 ans (qui a été matraqué et laissé pour mort), Olive, 14 ans ; et Mary Ann, 7 ans.

Olive Oatman

Lorenzo s’est réveillé pour trouver ses parents et sa famille morts, mais aucun signe de Mary Ann et Olive. Il a finalement atteint un campement où il a été soigné. Trois jours plus tard, Lorenzo, qui avait rejoint le convoi d’émigrants, trouva les corps de sa famille tuée ; « nous avons enterré les corps du père, de la mère et du bébé dans une fosse commune. »

Les hommes n’avaient aucun moyen de creuser des tombes appropriées dans le sol rocheux volcanique, alors ils ont rassemblé les corps et ont formé un cairn au-dessus d’eux. Il a été dit que les restes ont été réenterrés plusieurs fois et finalement déplacés vers la rivière pour être réinhumés par le pionnier de l’Arizona Charles Poston.

Enlèvement et captivité

Une fois l’attaque terminée, les Indiens ont pris certaines des affaires des Oatman avec les filles Oatman. Bien qu’Olive ait identifié plus tard ses ravisseurs comme étant des Tonto Apaches, il s’agissait probablement de Tolkepayas vivant dans un village à 40-60 km du site de l’attaque. Après leur arrivée au village, les filles ont d’abord été traitées d’une manière qui semblait hostile, et Olive a dit plus tard qu’elle pensait qu’elles seraient tuées. Cependant, les filles étaient utilisées comme esclaves, pour chercher de la nourriture, transporter de l’eau et du bois de chauffage, et pour d’autres tâches subalternes ; elles étaient fréquemment battues et maltraitées.

Olive Oatman
Illustration de “Captivity of the Oatman Girls” par Royal B. Stratton, Olive A. Oatman.

Après un an, un groupe d’Indiens Mohave a visité le village et a échangé deux chevaux, des légumes, des couvertures et d’autres bibelots pour les filles captives, après quoi les filles ont marché pendant des jours jusqu’à un village Mohave au confluent des rivières Gila et Colorado ( dans ce qui est aujourd’hui Needles, Californie). Elles ont été immédiatement recueillies par la famille d’un chef de tribu (kohot) dont le nom non Mohave était Espianola ou Espanesay. La tribu Mohave était plus prospère que le groupe qui avait retenu les filles captives, et la femme d’Espanesay, Aespaneo, et sa fille Topeka se sont intéressées au bien-être des filles Oatman. Olive a exprimé sa profonde affection pour ces deux femmes à plusieurs reprises au fil des années après sa captivité.

Olive Oatman

Aespaneo s’est arrangé pour que les filles Oatman reçoivent des parcelles de terre à cultiver. On ne sait pas si Olive et Mary Ann ont vraiment été adoptées dans cette famille et le peuple Mohave. Olive a affirmé plus tard qu’elle et Mary Ann étaient captives des Mohaves et qu’elle craignait de partir, mais certaines de ses actions jettent un doute sur cette affirmation. Par exemple, elle n’a pas tenté de contacter un grand groupe de blancs qui ont visité les Mohaves pendant sa période avec eux, et des années plus tard, elle est allée rencontrer un chef Mohave à New York et lui a parlé des temps anciens.

Les deux filles Oatman étaient tatouées sur le menton et les bras conformément à la coutume tribale pour celles qui étaient membres de la tribu. Olive a affirmé plus tard qu’elle avait été tatouée pour la marquer comme une esclave des Mohave, mais cela est incompatible avec la tradition Mohave dans laquelle de telles marques n’étaient données qu’à leur propre peuple pour s’assurer qu’ils auraient une bonne vie après la mort.

Lors d’une sécheresse dans la région (probablement en 1855, selon les archives climatiques), la tribu a connu une grave pénurie de vivres et Mary Ann est morte de faim, à l’âge de dix ou onze ans, avec de nombreux autres Mohaves.

Olive Oatman

Quand Olive Oatman avait 19 ans, Francisco, un messager indien Yuma, est arrivé au village avec un message des autorités de Fort Yuma. Des rumeurs suggéraient qu’une fille blanche vivait avec les Mohave et le commandant du poste a demandé son retour (ou de connaître la raison pour laquelle elle n’a pas choisi de revenir).Il semble que les Mohaves ont initialement séquestré Olive et n’ont pas accédé à la demande.

Au début, ils auraient même nié qu’Olive était même blanche ; d’autres au cours des négociations ont exprimé leur affection pour Olive, d’autres leur peur des représailles des Blancs. Francisco, quant à lui, s’est retiré dans les maisons d’autres Mohaves à proximité ; peu de temps après, il fit une deuxième tentative fervente pour persuader les Mohaves de se séparer d’Olive. Des articles commerciaux ont été inclus cette fois, y compris des couvertures et un cheval blanc, et il a fait passer des menaces selon lesquelles les Blancs détruiraient les Mohaves s’ils ne libéraient pas Olive.

Après quelques discussions, dans lesquelles Olive était cette fois incluse, les Mohaves ont décidé d’accepter ces conditions, et Olive a été escortée à Fort Yuma dans un voyage de 20 jours. Topeka (la fille d’Espanola/Espanesay et d’Aespaneo) a fait le voyage avec Olive. Avant d’entrer dans le fort, Olive a insisté pour qu’on lui donne des vêtements appropriés, car elle était vêtue d’une jupe Mohave traditionnelle sans couverture au-dessus de sa taille. À l’intérieur du fort, Olive était entourée de gens en liesse.

L’amie d’enfance d’Olive, Susan Thompson, avec qui elle s’est à nouveau liée d’amitié à cette époque, a déclaré plusieurs années plus tard qu’elle croyait qu’Olive était « en deuil » à son retour, car elle avait été mariée à un Mohave et avait donné naissance à deux garçons.

Olive elle-même, cependant, a nié les rumeurs de son vivant selon lesquelles elle avait été mariée à un Mohave ou avait été violée ou maltraitée sexuellement par les Yavapai ou les Mohaves.

Quelques jours après son arrivée au fort, Olive a découvert que son frère Lorenzo était vivant et la cherchait, elle et sa sœur. Leur rencontre a fait la une des journaux dans tout l’Ouest.

Olive Oatman

Plus tard

En 1857, un pasteur nommé Royal B. Stratton a écrit un livre sur Olive et Mary Ann intitulé Life among the Indians: or, The Captivity of the Oatman Girls Among the Apache & Mohave Indians. Le livre s’est vendu à 30 000 exemplaires, un best-seller à l’époque. Les royalties du livre ont servi à payer pour les études de Lorenzo et Olive à l’Université du Pacifique. Olive a aussi participé à des tournées de conférences pour aider à promouvoir le livre.

Olive Oatman
Olive Oatman a appris à utiliser des cosmétiques pour cacher les tatouages, elle portait généralement un voile en public.

En novembre 1865, Olive épousa un éleveur de bétail, John B. Fairchild. Bien que la rumeur ait couru qu’elle était décédée dans un asile à New York en 1877, elle est en fait allée vivre avec Fairchild à Sherman, au Texas, où ils ont adopté une petite fille, Mamie.

Mort et héritage

Olive Oatman Fairchild est décédée d’une crise cardiaque le 20 mars 1903, à l’âge de 65 ans. Elle est enterrée au cimetière West Hill à Sherman, au Texas.

Olive Oatman

La ville d’Oatman, en Arizona, est une ville fantôme, ainsi nommée en l’honneur d’Olive Oatman.

Olive Oatman

Eva Toole, un personnage de la série TV Hells on Wells est un hommage à la vraie Olive Oatman.


Un article de :

En savoir plus sur SCRiiiPT

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading