Corinne Griffith

Corinne Griffith

Corinne Griffith, née Corinne Mae Griffin le 21 novembre 1894 à Waco (Texas), et morte le 13 juillet 1979 à Santa Monica (Californie), est une actrice américaine.

Une courte biographie de Corinne Griffith

Corinne Griffith était une actrice, productrice, auteure et femme d’affaires américaine. Surnommée The Orchid Lady of the Screen. Elle était largement considérée comme l’une des plus belles actrices de l’ère du cinéma muet.

En plus de sa beauté, Griffith a obtenu la reconnaissance critique pour sa performance dans The Divine Lady (1929) de Frank Lloyd. Ce rôle lui a valu une nomination pour l’Oscar de la meilleure actrice.

Originaire du Texas, Griffith a poursuivi une carrière cinématographique après avoir remporté un concours de beauté dans le sud de la Californie.

En 1916, elle a signé un contrat avec Vitagraph Studios, apparaissant dans de nombreux films pour le studio pendant le reste de la décennie.

En 1920, elle a commencé à faire des films pour First National Pictures et est devenue l’une des plus grandes stars du studio.

Corinne Griffith dans Le Forçat 4317 (1924)
Corinne Griffith Dans The Marriage Whirl (1925)

Au milieu des années 1920, elle a commencé à produire des longs métrages et a été productrice de Déclassé et Classified en 1925, dans lesquels elle a joué.

Clive Brook et Corinne Griffith dans Déclassé (1925)
Corinne Griffith et Tom Moore dans Syncopating Sue (1926)

Dans la dernière partie des années 1920, la carrière cinématographique de Griffith ralentit, bien qu’elle ait joué dans Outcast (1928) et le drame The Garden of Eden (également 1928).

Corinne Griffith dans Garden of Eden en 1928

L’année suivante, elle a été nominée pour l’Oscar de la meilleure actrice pour sa performance dans The Divine Lady.

Corinne Griffith et Ian Keith dans The Divine Lady (1928)

Elle a joué dans Lilies of the Field, un remake du film de 1924 dans lequel elle avait également joué.

Back Pay (1930), a été la dernière apparition à l’écran de Griffith avant sa retraite.

Corinne Griffith et Montagu Love dans Back Pay.

Elle a cependant joué le rôle principal dans Lily Christine, son premier film sonore, deux ans plus tard.

Corinne Griffith dans Lily Christine (1932)

Changement de carrière

Après 1932, Griffith se retira de la comédie et devint une auteure et une femme d’affaires à succès, écrivant de nombreux livres de fiction et de non-fiction, et s’aventurant dans l’immobilier, dans lequel elle avait commencé à investir dans les années 1920.

Elle épousa son troisième mari, George Preston Marshall, propriétaire des Washington Redskins, en 1936, et resta mariée avec lui jusqu’en 1958. Elle fit une dernière apparition au cinéma avec un rôle mineur dans Paradise Alley (1962), qui marqua sa première apparition à l’écran en 28 ans.

Un film biographique sur la vie de Griffith a été produit en 1963 intitulé Papa’s Delicate Condition, basé sur ses mémoires de 1952 et se concentrant sur la relation entre elle et son père.

Après avoir subi un accident vasculaire cérébral en juillet 1979, Griffith a été hospitalisée à Santa Monica, en Californie, où elle est décédée peu de temps après une crise cardiaque. Elle a laissé derrière elle une succession de 150 millions de dollars, faisant d’elle l’une des femmes les plus riches du monde à cette époque.

[source 1] [source 2]

Pour le jeu de rôle

Voici pour L’Appel de Cthulhu une pièce d’identité américaine et une fiche de personnage. Un personnage qui reprend le nom de Barbara « Babs » Marvin, personnage qu’elle a joué en 1920 dans le film Babs.

Par Iso

Tenancier et créateur de scriiipt.com Rôliste de très longue date et amateur de fantastique. Rien à ajouter.

4 commentaires

  1. Je te remercie pour tous les portraits de femmes que tu présentes sur les différents supports. C’est certain que pour ma prochaine grande campagne Cthulhu, je viendrais piocher par ci par là pour trouver ma futur PJ 😉

  2. Avec plaisir. S’il est assez facile de trouver des images pour des personnages qui vivaient dans les années 20, je trouvait plus intéressant d’évoquer aussi la vie de ces personnes. Ainsi, je laisse le choix au lecteur : soit s’inspirer du vrai personnage, soit utiliser les fiches de personnages fictifs que je mets dans l’article.

  3. Je suis tout à fait d’accord avec toi, c’est sympa de connaitre leur vie. j’aime bien l’escrimeuse Ella HATTAN, tu peux vraiment faire une bonne PJ. dans ma partie des Masques, j’ai une danseuse de cabaret et pour l’illustration j’ai pris l’actrice Louise BROOKS.

Les commentaires sont fermés.