Catégories
Cinéma & TV

Fabien de la Drôme

1799, Drôme. La France vit une période indécise avec les derniers troubles de la Révolution. La République est divisée. La misère est générale. Les campagnes sont terrorisées par des bandes armées qui se prétendent royalistes.

1799, Drôme. La France vit une période indécise avec les derniers troubles de la Révolution. La République est divisée. La misère est générale. Les campagnes sont terrorisées par des bandes armées qui se prétendent royalistes. Les villages grondent contre les réquisitions d’hommes et de vivres destinées à l’Armée. Cependant, des fortunes sont nées de cette confusion. Et ceux qui ne sont pas invités au bal commencent à relever la tête. Parmi eux, Fabien de la Drôme

Fabien de la Drôme

Voilà un feuilleton dont j’ai un excellent souvenir et qui hélas n’est pas assez rediffusé. Dans le rôle titre on y découvrait le regretté Jean-François Garreaud, qui nous a quitté ce 9 juillet 2020.

Fabien de la Drôme est un feuilleton télévisé français en 7 épisodes de 55 minutes, créé par Jean Cosmos et Stellio Lorenzi, réalisé par Michel Wyn, et diffusé en 1983 sur Antenne 2.

Ce feuilleton (c’est comme ça qu’on appelle les séries TV à l’époque) met en scène les exploits de Fabien Voiturier, un médecin épris de justice, dans la Drôme de la fin du 18ème siècle, armé de son fusil à deux canons.

Ce feuilleton est réalisé par Michel Wyn, et surtout écrit par les auteurs de Jacquou le Croquant et Ardéchois cœur fidèle… Deux autres feuilletons historiques qui ont cartonnés dans les années 70-80.

Fabien de la Drôme a été vendu comme un western à la française… A cause des décors, du personnage principal, des aventures et aussi grâce à Mario Luraschi. Ce dernier s’est occupé de tout ce qui concernait les chevaux (y compris les cascades) et y a même fait de la figuration.

La série à bien été tourné dans la Drôme et on peut encore trouver le DVD chez Koba Films (série Mémoires de la télévision).

Au printemps de 1799 de grands dangers menacent la France et la République.

Dangers de l’extérieur. L’Angleterre, l’Autriche, la Russie, le royaume de Naples et la Turquie ont formé une puissante coalition contre la France. Les armées commandées par Masséna, Jourdan et Scherer ont dû partout reculer. Le général russe Souvarov menace Moreau, l’archiduc Charles d’Autriche a franchi le Rhin. Vingt mille Anglais ont débarqué à Ostende ; le jeune et brillant Bonaparte lui-même, prisonnier de sa propre victoire en Egypte, après la destruction de sa flotte par les Anglais, a dû renoncer à prendre Saint-Jean-d’Acre.

Dangers de l’intérieur. Depuis quatre ans la Révolution se meurt. Le pouvoir exécutif dévolu à cinq Directeurs choisis par le Conseil des Anciens et le Conseil des Cinq Cents, navigue sans imagination entre divers périls. La misère du peuple est terrible ; les assignats ne valent pratiquement plus rien ; l’économie est en ruine ; les routes sont défoncées ; les campagnes infestées de bandes de hors-la-loi dont la plupart se disent royalistes ; les paysans n’en peuvent plus de fournir sans cesse des hommes et des vivres à l’armée. Et pourquoi tous ces sacrifices ? Pour plus de justice, pour plus de dignité, pour plus d’égalité ? Non ! Depuis que le Directoire, Carnot en tête, a fait arrêter et guillotiner Babeuf trois ans plus tôt, on sait que les bénéficiaires de la Révolution sont ceux qui ont su tirer partie de la confusion et faire de grandes fortunes en accaparant des biens qui ont coûté au peuple tant de sang et tant de larmes. Ce sont ceux-là qui aujourd’hui paradent sur le devant de la scène. Après la déception c’est la colère qui gronde.

Dans cette France livrée à la violence, à l’intrigue, à la rapine, dans cette France vidée de l’ancienne morale et frustrée des nouvelles valeurs, un homme est en marche, guidé par un but qu’il est seul à connaître. Qui est-il ? Tout ce qu’on sait de lui c’est qu’il s’appelle Fabien…

Par Iso

Tenancier et créateur de scriiipt.com
Rôliste de très longue date et amateur de fantastique.
Rien à ajouter.

2 réponses sur « Fabien de la Drôme »

J’avais kiffé a l’époque la façon dont il se servait de son fusil, c’était très stylé… Tu verras. Et puis Jean François Garrreaud jeune, c’est une super gueule, un sacré charisme.

Les commentaires sont fermés.