Catégories
Appel de Cthulhu

[Inspiration] Women’s Lunatic Asylum sur Blackwell’s Island

L’Asile de Blackwell’s Island a été le premier asile d’aliénés de la ville de New York et le premier hôpital psychiatrique municipal des Etats-Unis.

L’Asile de Blackwell’s Island a été le premier asile d’aliénés de la ville de New York et le premier hôpital psychiatrique municipal des Etats-Unis. Cette institution était la première de ce qui allait devenir un système plus vaste d’asiles de la ville de New York, comprenant des hôpitaux à Blackwell, à Ward’s et, plus brièvement, à Hart’s et à Randall’s Islands à New York.

Lunatic Asylum (Blackwell's Island)
Lunatic Asylum (Blackwell’s Island)

New-York : un asile sur une île

Contexte et origines

Le Blackwell’s Island Asylum faisait partie d’un ensemble plus vaste de bâtiments sur l’île, y compris une prison.

Au début des années 1800, la ville de New York était devenue la plus grande zone urbaine des États-Unis, une population dont l’augmentation était fortement soutenue par l’immigration et l’industrialisation. Et il y avait également un grand nombre d’aliénés indigents, dont les soins revenaient à la ville. Avant 1825, les aliénés de la ville étaient soit détenus dans l’hospice de la ville, soit à l’asile Bloomingdale.

Bloomingdale Asylum

C’est en 1825 que les aliénés de la ville ont été transférés au sous-sol et au premier étage d’un bâtiment construit comme un hôpital général sur Blackwell’s Island, qui fait partie d’un ensemble plus vaste d’institutions municipales de l’île comprenant un hospice et une prison.

C’est là que les malades mentaux sont restés dans des conditions décrites par les mêmes commissaires en charge de l’hôpital comme « un misérable refuge, qui ne mérite pas le nom d’Asile, en ces temps éclairés« . Ce n’est qu’en 1834, que la ville approuva la construction d’une institution séparée pour les aliénés de l’île à la suite de longues communications du Dr James McDonald. Cependant, l’hôpital n’a été achevé qu’en 1839.

Histoire

Blackwell’s Island carte de 1862

Cette nouvelle institution, située à l’extrême nord de l’île, était à cette époque complètement séparée des autres institutions de l’île et jouissait de son autonomie. En dépit de cette autonomie et de la construction de l’hôpital construit à cet effet, les conditions de l’hôpital se sont rapidement dégradées et l’hôpital a été miné par la surpopulation, le sous-financement et les scandales.

En 1840, un an après son ouverture, il comptait 278 patients. En 1870, l’hôpital, qui n’avait vu aucune amélioration notable en matière de logement ou d’infrastructures, en hébergeait 1 300, soit beaucoup plus que n’importe quel hôpital public de l’époque. Ce surpeuplement entravait grandement non seulement les conditions de vie à l’hôpital, mais également l’efficacité d’une administration interne efficace.

L’incapacité d’administrer correctement un établissement de cette taille a été mise en évidence par le régime alimentaire insatisfaisant des patients, les épidémies fréquentes et même par le recours à des condamnés de la prison de Blackwell’s Island en tant que préposés à l’entretien pour réduire les coûts.

Cette population nombreuse de patients était le résultat de la coutume générale de l’hôpital, qui comptait en 1850, 534 patients immigrés contre 121 patients nés dans le pays. Le but étant de fournir des soins de garde peu coûteux aux immigrants aliénés. Comparativement à la population de New-York la véritable disproportion de cette statistique est mise en évidence.

Au cours des années 1850, le surintendant, reconnaissant cela, fit appel à l’État pour obtenir une aide financière, citant à la fois le fardeau extrême imposé à la ville de devoir s’occuper d’aliénés non-résidents et le fait que les citoyens de New York étaient contraints de payer des impôts pour soutenir l’Asile d’Etat à Utica, qui ne leur était d’aucune aide.

Les suggestions voulant que l’État ouvre un asile dans la ville ou prenne la responsabilité d’immigrants fous tombèrent dans l’oubli et la population de l’hôpital continua de croître. En 1868, l’hôpital pouvait accueillir 640 personnes, mais faisait face à une population de 1035 personnes, nécessitant la création d’un nouvel asile de ville sur Wards Island en 1871.

Thomas Story Kirkbride et Charles Dickens se sont rendus à l’hôpital dans les années 1840. Aucun des deux ne fut impressionnés par les conditions de vie à l’intérieur de l’hôpital.

Après sa visite, Dickens écrivit : « … tout avait un air de folie effrénée et apathique, très douloureux. L’idiot morose, renfermé avec de longs cheveux échevelés ; le fou maniaque, son rire hideux et son doigt pointu ; son œil vacant , le visage sauvage féroce, la cueillette sombre des mains et des lèvres et le crochetage des ongles : ils étaient tous là, sans déguisement, dans la laideur nue et l’horreur.  »

En 1858, un incendie a également détruis une partie de l’asile. Il a été rapidement reconstruit.

En 1866, l’hôpital comptait plusieurs bâtiments, dont trois accueillaient des patients. C’étaient l’Asile (Asylum), dans le bâtiment d’origine, le Lodge ou « Mad-house » et la Retraite. L’asile était logé dans la structure originale de 1836, composée de deux ailes se rejoignant à angle droit, reliées au centre par une tour octogonale. Chaque aile était composée de trois étages et d’un grenier. Les trois étages principaux abritaient des chambres de patients des deux côtés, tandis que le grenier abritait les chambres des malades. Une aile hébergeait des hommes et l’autre des femmes. L’octogone central était utilisé pour les appartements, les bureaux et les salons de médecins. Ce bâtiment a été partiellement conçu sur le modèle de l’asile Hanwell en Angleterre.

Lunatic Asylum

La Retraite était un bâtiment d’atelier de trois étages, utilisé jadis pour l’atelier mais par la suite par l’asile pour héberger des femmes qui étaient plus nombreuses que les hommes. Dans le Lodge, il y avait quatre salles réservées aux femmes alors que deux seulement étaient réservées aux hommes. Le Lodge était le lieu où les patients les plus violents et nouvellement admis étaient logés. Les nouveaux patients ont été gardés ici jusqu’à ce que leur sort puisse être identifié positivement. Les personnes considérées comme non violentes sont transférées soit à l’asile, soit à la retraite.

À partir de 1866, d’autres bâtiments comprenaient la Cook-House, où étaient préparés les repas des patients. La buanderie et la salle des machines fournissaient également de la vapeur à l’hôpital. Il y avait aussi une écurie, un atelier de forgeron, un atelier de menuiserie, un atelier de peinture et une morgue. 15 à 20 acres sous le contrôle de l’asile ont été utilisés pour le bénéfice des patients, sous forme de terrain de loisirs ou de terrain agricole pour la nourriture. Quatre bâtiments des pavillons en bois d’un étage sont également achevés en 1868 et peuvent accueillir chacun 70 patientes.

Nellie Bly

L’un des cas les plus célèbres associés à l’hôpital était le journalisme de la jeune journaliste Nellie Bly, qui entra en 1887 dans l’hôpital sous le prétexte de la folie et sous la responsabilité de Joseph Pulitzer.

Elle a écrit: « Dès que je suis entré dans la salle des fous de l’île, je n’ai fait aucun effort pour continuer à assumer le rôle supposé de la folie. J’ai parlé et agi comme je le fais dans la vie ordinaire. Pourtant, chose étrange à dire, plus je parlais et agissais normalement, et plus tout le monde me croyait folle « 

Bly, maintenant prise au piège, était alimentée avec de la nourriture pourrie, de serviteurs cruels et de conditions à l’étroit et malade. Après avoir discuté avec d’autres patientes, elle est devenue convaincue que beaucoup d’entre elles étaient aussi sains d’esprit qu’elle le disait :

Qu’est-ce qui, sauf la torture, produirait de la folie plus rapidement que ce traitement ? Voici un groupe de femmes placées en état de guérison. Je voudrais les médecins experts qui me condamnent pour mon action, qui a prouvé sa capacité, à prendre une femme parfaitement saine d’esprit, la faire taire et la faire asseoir de 6h à 20h sur des bancs en ligne droite, ne lui permettent pas de parler ni de bouger pendant ces heures-là, ne la laissez pas lire et ne lui laissez rien savoir du monde ni de ses actes, donnez-lui de la nourriture et des traitements durs, et voyez combien de temps il faudra pour la rendre folle. Deux mois la transformeraient en une épave mentale et physique.

Nellie Bly

Elle a été détenue à l’asile pendant dix jours avant d’être finalement libérée avec l’aide de Pulitzer.

Son rapport, publié plus tard dans le livre Ten Days in a Mad House, a non seulement embarrassé l’institution, mais a également conduit une grande enquête du jury sur les conditions et la question de savoir comment autant de « professionnels » avaient été dupes. Le résultat final a été une augmentation de 1 000 000 $ du budget du Département des organismes de bienfaisance publics et des services correctionnels, ainsi que leur recommandation des changements proposés par Nellie. En fin de compte, ce rapport a provoqué la fin de l’asile Blackwell’s Island.

Fermeture

Lorsque l’hôpital de Ward’s Island fut achevé, le 12 décembre 1871, avec hébergement pour 500 personnes, tous les patients de sexe masculin de Blackwell’s Island y furent transférés. Malgré ce transfert de 400 patients, le surpeuplement à Blackwell était si élevé que 400 patients dormaient encore la nuit sur le sol.

En 1880, une nouvelle succursale de l’hôpital fut ouverte dans de vieux bâtiments de Hart Island et, en 1886, la construction de nouveaux bâtiments avait commencé à Central Islip, Long Island.

En 1892, l’hôpital de la ville de New York était composé de quatre départements : l’un sur l’île Blackwell, un grand complexe situé sur l’île Ward, à Hart, et les nouveaux locaux de Central Islip, qui abritaient 7478 patients.

En 1890, le gouvernement fédéral prit le contrôle du département de l’émigration et, lors de l’ouverture du nouveau poste d’immigration d’Ellis Island, en 1892, l’ancien complexe d’émigration et l’hôpital de l’île de Ward furent laissés sous le contrôle de l’asile de New York.

En 1894, l’État prit le contrôle du système d’asile de New York sous bail, l’une des stipulations étant la fermeture des Asylums à Hart’s et Blackwell’s Island dans les cinq ans. Au cours de la même année, de nombreux patients de l’asile Blackwell’s Island ont été transférés dans des locaux appartenant autrefois à l’hôpital homéopathique de la ville de New York, à Ward’s Island. Les transferts se sont poursuivis vers d’anciens bâtiments de l’hôpital de l’émigration sur Ward’s Island ainsi que vers la nouvelle colonie à Central Islip sur Long Island. En février 1901, les derniers patients ont été transférés dans les bâtiments nouvellement achevés à Central Islip, mettant ainsi fin à l’asile sur Blackwell’s Island.

Inspis cinéma ?

2015 : 10 Days in a Madhouse

10 days in a Madhouse est un film biographique de 2015 sur la journaliste clandestine Nellie Bly, reporter pour le New York World de Joseph Pulitzer. Nellie Bly se fait elle-même interner dans le Women’s Lunatic Asylum à Blackwell’s Island afin d’écrire un exposé sur les abus commis dans cet établissement.

Ecrit et dirigé par Timothy Hines, ce dernier bénéficie de la consultation de l’une des biographes modernes de Bly, Brooke Kroeger. Le film s’inspire du livre de Bly, Ten Days in a Mad House, qui a conduit à d’importantes réformes dans le traitement des patients souffrant de troubles mentaux. Caroline Barry, Christopher Lambert, Kelly Le Brock, Julia Chantrey et Alexandra Callas font partie du casting.

Christophe Lambert dans le rôle du Docteur Dent

2019 : Escaping the madhouse

Escaping the madhouse est un téléfilm de Karen Moncrieff (Janvier 2019)
Avec Christina Ricci, Judith Light, Josh Bowman.

Le pitch : Nellie Bly, jeune journaliste, se fait passer pour folle pour effectuer un reportage dans un asile.

Par Iso

Tenancier et créateur de scriiipt.com
Rôliste de très longue date et amateur de fantastique.
Rien à ajouter.