Elizabeth Jane Cochran (5 mai 1864 – 27 janvier 1922), est mieux connue sous son nom de plume, Nellie Bly. Journaliste américaine connue pour son voyage autour du monde en 72 jours, à l’instar de Phileas Fogg le personnage fictif de Jules Verne, et pour un reportage dans lequel elle travailla sous couverture pour rendre compte de l’intérieur d’une institution psychiatrique.

Pionnière dans son domaine, elle lança un nouveau type de journalisme d’investigation. Bly fut aussi écrivaine, capitaine d’industrie, inventrice et bénévole pour des œuvres de charité.

Jeunes années

Nelli Bly est née le 5 mai 1864 sous le nom de Elizabeth Jane Cochran à « Cochran’s Mills », qui fait maintenant partie du canton de Burrell (banlieue de Pittsburgh, dans le comté d’Armstrong) en Pennsylvanie.

La maison de Michael Cochran

Le père d’Elizabeth Jane, Michael Cochran, est né vers 1810 et a commencé comme ouvrier dans une usine avant de finir par acheter l’usine locale et la plupart des terres entourant la ferme familiale. Michael Cochran devint marchand, postier en chef et juge assesseur à Cochran’s Mills (qui porte son nom) en Pennsylvanie.

Michael s’est marié deux fois. Il a eu 10 enfants avec sa première épouse, Catherine Murphy, et 5 autres enfants, y compris Elizabeth, avec sa deuxième épouse, Mary Jane Kennedy. Le père de Michael Cochran avait émigré du comté de Londonderry, en Irlande, dans les années 1790.

Jeune fille, Elizabeth était surnommée « Pinky » parce qu’elle portait très souvent du rose. Devenue adolescente, elle voulu se présenter comme plus sophistiquée, abandonna son surnom et changea son nom de famille en « Cochrane ».

Elle fréquenta le pensionnat pendant un trimestre, mais après le décès de son père en 1870 ou 1871, elle a été contrainte d’abandonner par manque de fonds. En 1880, la mère d’Elizabeth installa sa famille à Pittsburgh. Une chronique de journal intitulée « What Girls Are Good For » dans le Pittsburgh Dispatch rapportait que les filles étaient principalement destinées à donner naissance à des enfants et par conséquent, rester à la maison, incite Elizabeth à écrire une réponse sous le pseudonyme « Lonely Orphan Girl« .

Le rédacteur en chef, George Madden, impressionné par sa passion et publie une annonce demandant à l’auteur de s’identifier. Lorsque Cochrane se présenta à Madden, ce dernier lui offre alors la possibilité d’écrire un article pour le journal, toujours sous le pseudonyme de « Lonely Orphan Girl« .

Son premier article dans le Dispatch, intitulé « The Girl Puzzle« , portait sur les conséquences du divorce pour les femmes. Dans ce document, elle plaide pour une réforme des lois sur le divorce. Madden a de nouveau été impressionnée et lui propose un emploi à temps plein. À l’époque, les femmes qui écrivaient dans les journaux utilisaient des pseudonymes. Le rédacteur en chef choisi « Nellie Bly« , d’après le personnage principal de la chanson « Nelly Bly » de Stephen Foster. Cochrane voulait à l’origine que son pseudonyme soit « Nelly Bly », mais son rédacteur en chef a écrit « Nellie » par erreur, et l’erreur est restée gravée.

Sa carrière

Pittsburg Dispatch

En tant qu’écrivaine, Bly consacra ses premiers travaux pour le Pittsburgh Dispatch à la vie des travailleuses en écrivant une série d’articles d’enquête sur les femmes à l’usine. Cependant, le journal a rapidement reçu des plaintes des propriétaires de l’usine à propos de ses écrits et elle fut affectée aux pages consacrées aux femmes : pour couvrir la mode, la société et le jardinage, le rôle habituel des femmes journalistes. Bly en a été mécontente.

C’est à partir de ce moment qu’elle décide de se rendre au Mexique en tant que correspondante à l’étranger. À seulement 21 ans, elle était déterminée à «faire quelque chose qu’aucune fille n’a encore fait auparavant». Rapidement partie pour le Mexique, elle y passa près de six mois à rendre compte de la vie et des coutumes du peuple mexicain ; ses dépêches plus tard ont été publiées sous forme de livre sous le titre de « Six mois au Mexique« .

ca. 1880s-1890s — Original caption: Here is a formal portrait of Nellie Bly (1867-1922), an American journalist and around the world traveler. — Image by © Bettmann/CORBIS

Dans un reportage, elle a protesté contre l’emprisonnement d’un journaliste local pour avoir critiqué le gouvernement mexicain, alors une dictature dirigée par Porfirio Díaz. Lorsque les autorités mexicaines ont eu connaissance du reportage, elles l’ont menacée d’arrestation, la poussant à quitter le pays. De retour chez elle, Bly accusa Díaz d’être un tsar tyrannique réprimant le peuple mexicain et contrôlant la presse.

Reportage dans un asile

Bly, à nouveau chargé de reportages sur le théâtre et les arts, quitta le Pittsburgh Dispatch en 1887 pour New York. Après quatre mois sans le sou, elle se retrouve dans les bureaux du journal New York World de Joseph Pulitzer et accepte une mission secrète pour laquelle elle va simuler la folie pour enquêter sur des informations faisant état de brutalités et de négligence à la Women’s Lunatic Asylum sur Blackwell’s Island.

Le 22 septembre 1887, le World me donna pour mission de me faire interner dans un asile de fous de New York. Mon rédacteur en chef, Joseph Pulitzer, souhaitait que je décrive en termes simples et directs les soins apportés aux patientes, les méthodes de la direction, etc.

Elizabeth Jane Cochrane – Nellie Bly

Ce n’était pas une tâche facile pour Nellie d’être admise à l’asile. Nellie a d’abord décidé de s’inscrire dans une pension de famille appelée Temporary Homes for Females. Elle est restée éveillée toute la nuit pour avoir le regard d’une femme perturbée et a commencé à accuser les autres pensionnaires de devenir fous. Nellie a déclaré à la directrice adjointe: «Il y a tellement de fous et on ne peut jamais savoir ce qu’ils vont faire.» Nellie a refusé d’aller au lit et a fini par faire peur à tant d’autres pensionnaires que la police a été appelée pour l’emmener. Après avoir été examinée par un policier, un juge et un médecin, Nellie a commencé son voyage vers l’île de Blackwell.

Enfermée à l’asile, Bly a vécu les conditions déplorables des pensionnaires.

Après dix jours, l’asile libére Bly à la demande du journal . Son reportage, publié plus tard sous forme de livre sous le titre Dix jours dans une maison de fous, fait sensation, et a incité l’asile à mettre en œuvre des réformes. Ce reportage lui a valu une importante et durable renommée.

Voyage autour du monde

En 1888, Bly suggéra à son rédacteur en chef du New York World de faire un tour du monde pour tenter de transformer pour la première fois le fictif Tour du monde en 80 jours en une réalité. Un an plus tard, à 14 h 40, le 14 novembre 1889, elle embarque à bord du Augusta Victoria, un navire à vapeur de la ligne Hamburg America, et entreprend son voyage de 40 070 kilomètres.

Elle emporte avec elle la robe qu’elle portait, un solide manteau, plusieurs changes de sous-vêtements et un petit sac de voyage contenant ses essentiels de toilette. Elle portait l’essentiel de son argent (200 £ en billets de banque anglais et en or, ainsi que de la monnaie américaine) dans un sac noué autour de son cou.

Le journal new-yorkais Cosmopolitan sponsorisa sa propre journaliste, Elizabeth Bisland, pour battre le record de Phileas Fogg et Bly. Bisland ferait le tour du monde dans le sens inverse, à partir du même jour que Bly. Cependant, Bly n’a pas appris le voyage de Bisland avant d’atteindre Hong Kong. Elle a rejeté l’idée d’une concurrence : « Je ne ferais pas la course« , a-t-elle dit. « Si quelqu’un d’autre veut faire le voyage en moins de temps, c’est son affaire.« 

Elizabeth Bisland vers 1891

Afin de maintenir l’intérêt pour l’histoire, le New York World a organisé un « jeu Nellie Bly » dans lequel les lecteurs étaient invités à estimer l’heure d’arrivée de Bly à la seconde prés, le Grand prix consistant d’abord en un voyage gratuit en Europe, puis en argent pour le voyage.

Au cours de ses voyages autour du monde, Bly a traversé l’Angleterre, la France (où elle a rencontré Jules Verne à Amiens), Brindisi, le canal de Suez, Colombo (Ceylan), les Straits Settlements de Penang et Singapour, Hong Kong et le Japon. Le développement de réseaux de câbles sous-marins efficaces et le télégraphe électrique ont permis à Bly d’envoyer de brefs rapports d’avancement, même si les envois plus longs devaient voyager par la poste et étaient donc souvent retardés de plusieurs semaines.

Bly a voyagé en utilisant des bateaux à vapeur et les réseaux de chemin de fer existants, ce qui a occasionné des revers occasionnels, en particulier sur la partie asiatique de sa course. Durant ces escales, elle a visité une colonie de lépreux en Chine et a acheté un singe à Singapour.

En raison du mauvais temps sur sa traversée du Pacifique, il est arrivé à San Francisco à bord du RMS Oceanic, le navire White Star Line, le 21 janvier, avec deux jours de retard. Cependant, après que la propriétaire de World, Pulitzer, ait loué un train privé pour la ramener chez elle, elle est revenue dans le New Jersey le 25 janvier 1890 à 15h51.

Un peu plus de soixante-douze jours après son départ de Hoboken, Bly était de retour à New York. Elle avait fait le tour du globe en voyageant seule presque tout le temps. Bisland traversait encore l’Atlantique à l’époque, mais n’arrivait à New York que quatre jours et demi plus tard. Elle avait également manqué une correspondance et devait embarquer sur un vieux navire lent (le Bothnia) à la place d’un navire rapide (Etruria). Le voyage de Bly était un record du monde, bien qu’il fût amélioré quelques mois plus tard par George Francis Train, dont la première circumnavigation en 1870 avait probablement inspiré le roman de Verne. Train a achevé son voyage en 67 jours et son troisième voyage en 1892 en 60 jours.

Et si c’était un personnage ?

Une fiche pour l’Appel de Cthulhu 1890 (version 5.5)

Publié par scriiipt

Scriiipt c'est le collectif Geek de scriiipt.com

%d blogueurs aiment cette page :