Psychose (Psycho) est un roman Psycho de Robert Bloch qui a connu la consécration surtout grâce au film réalisé par Alfred Hitchcock, sorti en 1960 et scénarisé par Joseph Stefano.

Un film majeur

Ce film majeur dans la filmographie d’Alfred Hitchcock est considéré comme un chef-d’œuvre du suspense. La précision et les choix du réalisateur, y compris dans le choix de la musique n’ont fait qu’accentuer les qualités de ce film…

Un grand classique

Si on peut trouver de nos jours trouver l’histoire classique et banale d’un film d’horreur, il faut savoir qu’à l’époque du tournage, Hitchcock a du composer avec la censure du Code Hays sur Hollywood, et donc surtout suggérer plutôt que montrer… Et ici, c’est fait avec un talent tel, que « Psycho » est devenu un classique du genre.

Les décors du film

Maison au bord de la voie ferrée (House by the Railroad en anglais) est un tableau de l’artiste américain Edward Hopper réalisé en 1925. Il s’agit du premier succès artistique et commercial du peintre. Le tableau est exposé au MoMa à New-York

Durant la première semaine de novembre, l’équipe se mit à explorer les terrains des studios Universal Pictures, à la recherche de maisons satisfaisantes. Elle découvrit bientôt ce qui allait devenir ce qu’Hitchcock appelait le « gothique américain ». La maison devait s’inspirer d’un mélange de House by the Railroad, du peintre Edward Hopper, et de la maison de la famille Adams dans le dessin animé de Charles Adams.

[…]

Le tournage débuta le 30 novembre 1959, et, dès le début, le réalisateur imposa un silence strict sur la composition des décors, demandant à l’équipe de garder le secret absolu. Il supprima même toute présentation du synopsis au public. Mais, il arrangea certaines séances photographiques impromptues et, durant tout le tournage, se servit d’un fauteuil de réalisateur au nom de « Madame Bates ».

Lors de la réalisation, Hitchcock était d’un tel sérieux que son autorité fut incontestée. Avec ses manières rigoureuses et classiques, Hitchcock portait invariablement un costume sombre. Toute l’équipe de tournage l’imita en s’habillant de la même manière, ce qui allait donner au tournage une atmosphère très « old fashioned ».

Les moins familiers avec les méthodes de travail d’Hitchcock le trouvaient fréquemment ennuyé ou distrait sur le tournage. Mais son maintien en retrait tenait au fait qu’ayant tout planifié avec tant de précision il ne lui restait plus qu’à regarder le film se faire. En travaillant avec des gens qu’il appréciait, Hitchcock pouvait pourtant être atrocement drôle.

[Wikipedia]

L’architecture Hitchcock

Si le sujet vous intéresse nous vous recommandons fortement d’aller voir l’article (en anglais) The Architecture of Alfred Hitchcock qui aborde un livre sorti justement sur ce thème : The Wrong House.

Des plans !

Encore des plans !

La maison de Norman Bates et de sa gentille maman

Le motel

Un charmant petit motel avec 12 chambres accueillantes, chacun équipée d’une douche…

Publié par scriiipt

Scriiipt c'est le collectif Geek de scriiipt.com

%d blogueurs aiment cette page :