Betty Compson

Betty Compson

Betty Compson (née Eleanor Luicime Compson ; 19 mars 1897 – 18 avril 1974) était une actrice et productrice américaine qui a fait ses débuts à l’ère du muet à Hollywood. Elle est surtout connue pour ses performances dans Les damnés de l’océan (The Docks of New York) et The Barker, ce dernier lui ayant valu une nomination aux Oscars.

Betty Compson

Les premières années

Betty Compson est née le 19 mars 1897, à Beaver (Utah) dans un camp de mineurs. Elle est la fille de Virgil Compson et de Mary Rauscher. Son père était ingénieur minier, chercheur d’or et propriétaire d’une épicerie, et sa mère était femme de ménage dans des maisons particulières et dans un hôtel.

Betty Compson est diplômée de l’école secondaire de Salt Lake. Son père est mort quand elle était jeune et elle a obtenu un emploi de violoniste à 16 ans dans un théâtre de Salt Lake City.

La carrière de Betty Compson

Jouant dans des tournées de sketches de vaudeville, Betty se fait remarquer par des producteurs hollywoodiens. Lors d’une tournée, elle est découverte par le producteur Al Christie et signe un contrat avec lui. Son premier film muet, Wanted, a Leading Lady, date de novembre 1915.

Elle tourne dans 25 films rien qu’en 1916, bien que tous aient été des courts métrages pour Christie à l’exception d’un long métrage, Almost a Widow. Elle a poursuivi ce rythme de réalisation de nombreux courts métrages jusqu’en 1918, lorsqu’après un long apprentissage avec Christie, elle commencé à tourner exclusivement des longs métrages. Betty Compson devient de plus en plus reconnue avec la sortie du long métrage de 1919 The Miracle Man pour George Loane Tucker. Paramount signe un contrat de cinq ans avec Betty avec l’aide de Tucker.

Betty Compson

Sa popularité lui a permis de créer sa propre société de production ce qui lui a fourni un contrôle créatif sur les scénarios et le financement. Son premier film en tant que productrice était Prisoners of Love (1921). Elle y joue le rôle de Blanche Davis. Compson a choisi Art Rosson pour diriger le long métrage.

Après avoir terminé The Woman With Four Faces (1923), Paramount a refusé de lui offrir une augmentation (son salaire était de 2 500 $ par semaine). Au lieu de signer finalement avec la Paramount, elle a rejoint une société de cinéma à Londres. Là, elle a joué dans une série de quatre films réalisés par Graham Cutts, un cinéaste anglais bien connu.

Betty Compson

Le premier d’entre eux était une version cinématographique d’une pièce anglaise intitulée Woman to Woman (1923), dont le scénario a été co-écrit par Cutts et Alfred Hitchcock. The White Shadow (dans lequel elle a joué un double rôle) est une autre collaboration Cutts/Hitchcock. Le film Woman to Woman s’est avéré être assez populaire pour que Jesse Lasky offre à Betty Compson un meilleur contrat pour revenir à la Paramount.

De retour à Hollywood, elle joue dans The Enemy Sex, réalisé par James Cruze. Elle épouse ce-dernier en 1925. Mais, ils divorcent en 1929. Finalement, le contrat de Compson avec Paramount n’a pas été renouvelé et Betty décide de devenir indépendante, travaillant avec des studios à petit budget tels que Columbia dans The Belle of Broadway et Chadwick dans The Ladybird.

Pendant ce temps, le nom de Betty Compson est suggéré pour remplacer la difficile Greta Garbo dans le long métrage de MGM Flesh and the Devil face à John Gilbert. Finalement Betty travaille pour le studio avec l’ancienne co-star de The Miracle Man Lon Chaney dans The Big City.

En 1928, elle apparaît dans The Barker. Sa performance lui a valu une nomination pour l’Oscar de la meilleure actrice, bien qu’elle ait perdu contre Mary Pickford. Dans Court-Martial, un film muet de 1928, elle est devenue la première actrice à incarner la hors-la-loi Belle Starr au cinéma. La même année, elle est apparue dans le film acclamé par la critique et le public Les Damnés de l’Océan (The docks of New York) de Josef von Sternberg.

Ces films ont fait faire un bon à la popularité de Betty Compson qui devient une actrice très demandée dans le nouveau cinéma parlant. Lon Chaney lui offre le rôle principal féminin dans son premier film parlant The Unholy Three, mais Betty est trop occupée et suggére à la place son amie Lila Lee. Contrairement à un certain nombre d’autres stars féminines du cinéma muet, la voix de Betty Compson passe très bien sur les enregistrements. Et bien qu’elle ne soit pas chanteuse, elle apparait dans un certain nombre de comédies musicales, dans lesquelles elle chante.

Divorcée de Cruze, la carrière de Compson a continué à prospérer, jouant dans neuf films en 1930. Cependant, son dernier succès s’est avéré être dans The Spoilers, aux côtés de Gary Cooper. Et elle ne réussit pas à obtenir un nouveau succès. De plus elle ne joue des rôles que dans des studios de moindre importance.

A la fin des années 30, elle rate de peu un rôle dans Autant en emporte le vent. En 1941, Compson apparait dans un petit rôle dans un film d’Alfred Hitchcock, Mr. & Mrs. Smith. La plupart de ses films ultérieurs étaient des productions à petit budget. Le dernier film de Betty Compson sera Here Comes Trouble en 1948, elle a 51 ans ; après s’être retirée de l’écran, elle lance une ligne de cosmétiques et a aidé son mari dirige une entreprise appelée Ashtrays Unlimited.

Compson décède le 18 avril 1974 d’une crise cardiaque à son domicile de Glendale, en Californie, à l’âge de 77 ans. Pour ses contributions à l’industrie cinématographique, Betty Compson a une étoile sur le Hollywood Walk of Fame.

Par Iso

Tenancier et créateur de scriiipt.com Rôliste de très longue date et amateur de fantastique. Rien à ajouter.