Catégories
Cinéma & TV

Serpico

Franck Serpico est un policier new-yorkais qui refuse obstinément la corruption de ses pairs. Policier de terrain, il s’habille en civil et adopte dans ses fonctions un style vestimentaire qui lui permet de se fondre dans la population qu’il surveille.

Serpico est un film de Sidney Lumet sorti en 1973, d’après le livre de Peter Maas sur la vie de Franck Serpico.

Serpico

Le film raconte l’histoire vraie du policier Frank Serpico, qui a entrepris de dénoncer la corruption générale qui régnait au sein de la police de New York. Il a notamment témoigné à cet effet devant la commission Knapp qui avait comme mission d’enquêter sur ces allégations.

Une série télévisée du même nom qui n’a connu qu’une seule saison de 14 épisodes a également crée en 1976.

L’histoire

Franck Serpico est un policier new-yorkais qui refuse obstinément la corruption de ses pairs. Policier de terrain, il s’habille en civil et adopte dans ses fonctions un style vestimentaire qui lui permet de se fondre dans la population qu’il surveille. De plus en plus isolé par ses prises de position, il finit par traverser une véritable descente aux enfers. Après onze ans d’une lutte quasi solitaire, Serpico voit son intégrité officiellement reconnue par ses responsables.

Inspiration

Serpico fait parti des classiques à voir. On peut essayer de le regarder comme un film policier classique, mais on risque d’être déçu. C’est plutôt une sorte de biopic sur le personnage assez atypique de Franck Serpico. Un flic tellement intègre qu’il se retrouve vite entouré d’ennemis voulant sa mort.

C’est un film d’ambiance, l’ambiance de la corruption qui gangrène la plupart des commissariats de police à New-York dans les années 1960 à 70.

Dans un jeu de rôle ?

Alors vous pouvez aussi bien prendre un jeu de rôle pour simuler le monde contemporain des années 60… Ou de nos jours ou dans un futur proche, ou même dans un monde médieval-fantastique… Qu’importe.

La corruption revêt de nombreuses formes et elle se retrouve dans de nombreuses administrations, dont la police.

Dans un jeu de rôle où tous les personnages seraient majoritairement membre des forces de l’ordre qui mènent des enquêtes, la corruption est un élément qui va ajouter à la paranoïa ambiante et à la défiance.

Cela peut être l’objet d’une campagne de jeu de longue haleine. Qui mène , soit à la perte des PJs, soit à la victoire de la justice… Dans le cas de Serpico, il a failli en mourir et il a quitté la police. Certes, la police de New-York a fini par petit à petit faire le ménage dans ses rangs… Ce qui ne veut pas dire que les mauvaises pratiques ont cessé du jour au lendemain.

Des jeux ?

Comme on le disait plus haut, n’importe quel jeu peut être utilisé… Chroniques Oubliées Contemporain, SimulacreS, L’Appel de Cthulhu ou ACPD.

Et d’un autre coté la corruption peut s’être installée dans n’importe quel de vos jeux… James Bond 007, Mega 5e, pour ne citer qu’eux.

Par Iso

Tenancier et créateur de scriiipt.com
Rôliste de très longue date et amateur de fantastique.
Rien à ajouter.

2 réponses sur « Serpico »

Revu très récemment, ce film est une dénonciation, que dis-je… un mégaphone contre la corruption. Al Pacino est (déjà) magistral et ce pauvre flic n’est juste pas à sa place, mais… il s’accroche. Je n’ai jamais eu/pensé à jouer ou à faire jouer la corruption. Ca doit poser une sacré saleté d’ambiance ^_^

Un excellent film et oui, de quoi bien poser une ambiance dans un JDR contemporain sans fantastique.
Et jouer la corruption dans n’importe quel autre type d’univers (y compris avec du fantastique) ça peut donner des résultats très surprenants.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.