The Orville, retour aux origines ?

The Orville est une série télévisée créée par Seth MacFarlane diffusée depuis le 10 septembre 2017 sur le réseau Fox et en simultané sur Citytv au Canada. En France, la série est diffusée depuis le 1er octobre 2018 sur Warner TV.

Le pitch de cette série, qui est vendue comme une comédie de science-fiction :

Au 25ème siècle, la Terre fait partie de l’Union Planétaire : une civilisation étendue, avancée et surtout pacifique, possédant une flotte de 3000 navires. Parmi eux, Orville, un vaisseau spatial plus de toute fraîcheur, dirigé par le capitaine Ed Mercer.

Pour poser un peu le truc de la comédie :

Ed Mercer (joué par Seth MacFarlane) est un capitaine de la Flotte de l’Union Planétaire dont la carrière a subi un revers depuis son divorce – en raison de l’adultère de son ex-épouse, Kelly Grayson – et qui reçoit son premier commandement avec l’Orville ; il découvre alors que son ex-femme sera son officier en second…

Parodie ? Ou pas Parodie ?

La série est une création de Seth MacFarlane qui est aussi entre autres, le créateur des séries animées American Dad!, Les Griffin et The Cleveland Show. Il a également écrit et dirigé les films Ted et Ted 2 dans lesquels il double le personnage de Ted.

Bon si la bande annonce et les extraits font la part belle au coté délirant, aux gags et à l’aspect parodique… en fait il n’y a pas que ça.

Un avis comme ça..

Pour l’instant je n’ai vu que les 6 premiers épisodes, et j’en pense du bien. Mais je ferais tout de même quelques remarques.

C’est certes une série de comédie, mais ça n’est pas non plus du burlesque-délire-n’importe quoi tout le temps, ça n’est pas « La folle histoire de l’espace« ou de la grosse parodie. En fait, j’ai plutôt l’impression que l’on est dans un hommage à Star Trek, avec des sujets sérieux que l’on fait passer avec une dose de comédie.

En fait, oui c’est plutôt ça, les thèmes de « The Orville » sont vraiment assez ancrés sur l’actualité sociétale et politique contemporaine, mais traitée au travers de la vision de la société du 25ème siècle (comme le faisait Star Trek).

Et tout ça avec une bonne dose d’humour… parfois… Parce que certains épisodes de The Orville, s’il n’y avait pas cette dose de dérision, seraient finalement très sombres.

Inspiration rôlistique

Le traitement de « The Orville » est vraiment un cas d’école d’inspiration pour des JDR qui se passent dans le futur et/ou l’espace.

En gros, prenez des sujets de société, d’actualité, des sujets qui font débat, des sujets clivants : les rapports femmes-hommes, les questions de genre, le racisme, la religion, la colonisation, l’écologie, etc… Pousser la logique de certains jusqu’au bout et vous en faites une généralité pour une culture d’une autre planète (alliée ou ennemie de la Fédération, ou membre de celle-ci)…

Les Moclans : une société où il n’y a que des individus mâles. Mais s’il nait une fille ? Que se passera-t-il ?

Et ensuite, laissez faire les joueurs qui sont donc confrontés à quelque chose qui ne correspond pas à leurs valeurs…

Voilà, dit comme ça, vous comprenez pourquoi dans « The Orville » c’est traité sur le ton de la comédie.

Si vous voulez en savoir plus sur The Orville

The Orville, saison 1

The Orville : non, la série de Seth MacFarlane n’est pas une simple parodie de Star Trek

La page Wiki The Orville