[Histoire] Comment les armées fabriquaient autant de flèches pour une bataille ?

Archers ou Archères, c’est ainsi qu’étaient désignés les combattants (le plus souvent à pied) dont l’arc était l’arme principale ; la célèbre bataille de Crécy (26 août 1346) illustra le rôle des archers anglais (ou yeomen) équipés de longbow. Continuer la lecture de « [Histoire] Comment les armées fabriquaient autant de flèches pour une bataille ? »

LES FEMMES SNIPERS RUSSES de la Seconde Guerre Mondiale

Parmi tous les métiers que les femmes ont pu faire à la guerre, l’un des plus durs, des plus improbables est celui de sniper. Si au début de la guerre les femmes snipers sont des cas isolés, leur nombre augmente rapidement grâce à la création de l’École Principale de préparation des femmes snipers.

Elles vont se retrouver confrontées au feu ennemi, aux difficultés météorologiques, à l’immobilité pendant des heures et des jours.

L’engagement des femmes soviétiques dans la Seconde Guerre mondiale, de par leur nombre et leur rôle, est un évènement sans précédent dans l’Histoire du monde.

Plus de 100 000 d’entre elles vont s’engager dans l’armée régulière ou rejoindre les partisans. Quatre-vingt-sept vont recevoir la plus haute distinction de Héros de l’Union soviétique.

Ludmilla Pavlitchenko, Roza Chanina, Nina Petrova, Aliya Moldagoulova, Nina Lobkovskaya, Liza Mironova… autant de femmes au destin incroyable qui, avant la guerre, sont institutrices ou étudiantes, et pour lesquelles la soif de défendre leur pays et venger leur famille est si forte, qu’elles deviendront des snipers d’élite.

112 pages

ISBN : 978-2-35250-338-5

Article original sur livres.histoireetcollections.com

LES FEMMES SNIPERS RUSSES de la Seconde Guerre Mondiale

A titre d’exemple
Tatiana Nikolaïevna Baramzina : (12 décembre 1919 – 5 juillet 1944) Tireur d’élite féminine. À la déclaration de la Seconde Guerre mondiale, elle suivit des cours d’infirmière puis en 1943 entra en service dans l’Armée rouge. En 1944, elle obtint son diplôme de tireur d’élite.

La même année, sur le front, elle obtint 16 victoires. Mais en raison de sa mauvaise vision, elle fut incorporée au service de transmissions. Le 5 juillet 1944, elle fut envoyée à l’arrière des positions ennemies. En mars de la même année, près du petit village de Pekaline, elle rencontra un bataillon de forces ennemies supérieures en nombre. Au cours du combat engagé contre les forces allemandes de nouveau elle reprit son fusil de tireur d’élite, elle réussit à tuer 20 soldats ennemis.

Tatiana Nikolaïevna BaramzinaTatiana Nikolaïevna Baramzina tira jusqu’à sa dernière balle. Quand les munitions furent épuisées, elle fut capturée puis torturée par les nazis, mais ils ne parvinrent pas à la faire parler. Elle fut exécutée le 5 juillet 1944. Elle totalisa 36 victoires.

Le 24 mars 1945, à titre posthume, il lui fut décerné le titre honorifique de Héros de l’Union soviétique et reçut l’Ordre de Lénine.

Un d20 de l’époque Ptolémaïque ?

D20 Ptolémaique

Voici un objet rare qui pourrait nous faire penser que les jeux de rôle avec des dés polyhédriques existent depuis longtemps. Ce dé à 20 faces dit « Serpentine » date de l’époque Ptolémaïque (Egypte, 323 à 30 av J.-C.)

Au lieu de nombres ou chiffres, ce sont les lettres l’alphabet grec qui sont inscrites sur les vingt côtés. Mais, comme il n’y a pas assez de place, il manque les trois dernières (Chi, Psi et Omega)
D20 ptolémaïque

Du coup ce dé est plus ancien que le D20 en verre de la période Romaine (Second siècle après JC si je ne m’abuse).

D20 en verre RomainCe dé romain est considéré comme le dé le plus cher du monde. Puisqu’il a été adjugé lors d’une vente pour la somme de 17 000 $… Alors qu’en sera-t-il du d20 de la période Ptolémée ?

[Inspi TV] Les Celtes de Galice

Les Celtes de Galice

Les Celtes de Galice, un documentaire de José Manuel Novoa (2011) [Durée : 70min. ( 14H0015H10 )]
Diffusion et Rediffusion(s) sur France 5 : 09/07/2012 à 15:50 sur France 5, 14/07/2012 à 01:10 sur France 5

La civilisation celte, qui s’est développée depuis l’âge de bronze jusqu’à la période romaine, est l’une des plus anciennes d’Europe. On trouve notamment son empreinte en Irlande, en France, en Écosse. Outre Carnac ou Stonehenge, des sites mégalithiques se trouvent également en Galice. Ils témoignent d’un imaginaire celte peuplé de créatures mythiques très ancrées dans la nature. De nombreuses représentations restent encore aujourd’hui énigmatiques.

[Histoire] Le Clou de fondation

Clou de fondation inscrit dédié par Gudéa au dieu Ningirsu pour la construction de son temple, l'E-ninnu

Un objet étrange et très rare dont un exemplaire est visible au Musée des Beaux-Arts de Lyon : Un Clou de Fondation.

Intéressant artefact rempli de pouvoir, sur lequel on peut de nombreuses information en cunéiforme… Si vous êtes Meneur de Jeu, auteur de scénario pour l’Appel de Cthulhu ou tout autre jeu d’inspiration « occulte », ce genre d’objet devrait être à un moment ou un autre inséré dans une aventure.

Pourquoi ? Parce que cet objet pourrait bien être le seul rempart contre le démon qui a été enfoui dans cet antique temple découvert par une équipe d’archéologues inconscients… Leur fragilité apparente (fait d’argile) et leur rareté font de ces objets des trésors inestimables. Malgré leur petite taille, il recèle d’incroyables informations. Des informations sous forme de jeu de piste qui mènerait des investigateurs à découvrir une ville perdue, un temple maudit, un dieu-démon disparu, une secte.

Clou Gudea[quote]Vers 2120 avant notre ère, Gudéa, prince de la IIe dynastie sumérienne de Lagash, entreprend dans sa capitale de Girsu (actuelle Tellô) la construction du temple de Ningirsu, le dieu national. Selon l’usage, on enterre dans les fondations, enfouit sous les portes ou inclut dans les murs des documents de commémoration. Ce sont principalement des cônes ou clous d’argile dont la tête dépassait des murs dans lesquels ils étaient enfoncés.

Ce clou de fondation porte la dédicace, inscrite en caractères cunéiformes, du souverain à la divinité : « Pour Ningirsu, le héros fort d’Enlil, son roi, Gudéa, prince de Lagash, exécuta ce qui convenait, son E-ninnu, l’oiseau-tonnerre resplendissant, il construisit et il le restaura. » Le texte conserve, pour les dieux et les générations futures, le témoignage de la construction et le nom du prince bâtisseur. Ningirsu est assimilé à son père Enlil, le dieu suprême du panthéon sumérien, et l’épithète « oiseau-tonnerre resplendissant » du temple E-ninnu se réfère à sa forme originelle de dieu de l’orage. Ces dépôts ont également pour fonction de garantir la pureté des fondations et de protéger des démons souterrains, le grand temple de Lagash assurant par sa nature cosmique le lien entre le ciel et la terre.[/quote]

Via le site www.mba-lyon.fr

[quote]Un clou de fondation, clou de consécration ou clou d’argile est une petite sculpture gravée de signes cunéiformes. Utilisés par les Sumériens et les Mésopotamiens du IIIe millénaire av. J.-C., ils étaient enfoncés dans les murs dans le but de démontrer que les temples ou les bâtiments étaient les propriétés des dieux auxquels ces immeubles étaient consacrés.
Ces clous comptent parmi les plus anciens documents historiques connus. Puisqu’ils ont été créés à la demande de notables de l’époque, ils permettent de connaître différents aspects de la vie de ces civilisations disparues. Le clou de fondation d’En-metena, roi du Lagash vers le milieu du IIIe millénaire av. J.-C. , est l’un des rares exemples de clous recueillis en excellent état.

Chez les Sumériens, des clous d’argile étaient peints de couleurs différentes dans le but de former des motifs mosaïques décoratifs sur les murs et les piliers dans les immeubles, tout comme pour solidifier les structures.[/quote]
Clou de fondation inscrit dédié par Gudéa au dieu Ningirsu pour la construction de son temple, l'E-ninnu

Lagash (voir sur wikipedia)

[quote]Lagash est une ancienne ville du pays de Sumer, en Basse Mésopotamie, et un royaume dont elle était au moins à l’origine la capitale. Cette ancienne cité-État comprenait, en plus de la ville éponyme, située sur le site actuel d’Al-Hiba, Girsu (le site actuel de Tello), ville sainte où se trouve le sanctuaire de la divinité tutélaire du royaume, Ningirsu, et d’où proviennent la plupart des découvertes archéologiques et épigraphiques qui nous permettent de connaître l’histoire du royaume de Lagash. La période couverte par les découvertes effectuées sur les deux sites principaux du royaume correspond à environ cinq siècles, de 2500 à 2000 avant J.-C. Cela recouvre trois périodes de l’histoire mésopotamienne : le Dynastique archaïque IIIB (DA IIIB, 2500-2340), la période d’Akkad (2340-2150), et la période néo-sumérienne (2150-2000). Cet État et sa région est le mieux connu de Basse Mésopotamie pour la seconde moitié du IIIe millénaire, nous fournissant une documentation inestimable sur la civilisation sumérienne, qui a principalement été redécouverte grâce aux fouilles de Tello accomplies à partir de 1877. Cela concerne aussi bien le domaine de l’art, grâce aux nombreuses œuvres exhumées sur place, ainsi que les conceptions religieuses et politiques sumériennes, et l’économie et la société, documentée par des milliers de tablettes administratives retrouvées à Tello.[/quote]

Lagash

L’Histoire dans les jeux de rôles, une série reportage RôlisteTV et SFU

roliste-tv

Ce reportage porte le nom de « L’histoire dans les jeux de rôles 1/7 » et cela veut dire que ce n’est que le début (Le rythme prévu est d’une vidéo par jour) . Le site de Rôliste.TV en collaboration avec Scifi-Universe (www.scifi-universe.com) nous propose une série spéciale tournée lors d’une conférence débat autour du thème « L’histoire dans les Jeux de Rôles ».

La présentation

[quote][…]En effet, le 10 décembre dernier, une date étrange était inscrit au milieu de l’Esteren Tour… Une date, et un lieu : le Musée National de l’Education qui organisait dans ses locaux une table ronde autour de la thématique de L’histoire dans le jeu de rôle. Une table ronde qui intellectualise un peu notre loisir favoris juste à côté de chez nous ? On ne pouvait pas rater l’occasion de filmer tout ça et mieux, de s’organiser avec Scifi-Universe pour avoir plusieurs caméra sur le coup histoire de pouvoir conserver ce moment en vidéo et retranscrire, sans coupure ce débat.[…][/quote]

La première vidéo présente seulement l’introduction de l’évènement par Annie Renonciat (professeur des universités). C’est juste pour vous mettre l’eau à la bouche, ainsi vous reconnaitrez à l’écran les différents intervenants : Olivier Caïra, Antoine Dauphragne, Jérôme Larré, Nelyhann, Olivier Sanfilippo et Laurent Tremel.

Table Ronde JDR par RolisteTV