Les 55 Jours de Pékin

Pékin, juin 1900. La révolte des nationalistes chinois, les Boxers, prend de l’ampleur. Ces derniers lancent un mouvement d’expulsion de tous les étrangers et notamment des onze délégations étrangères installées à Pékin. Face à la menace, les délégations organisent leur résistance sous la direction du major Matt Lewis.

Les 55 Jours de Pékin

Les 55 jours de Pékin, voilà un film que j’ai revu très récemment d’un œil discret alors qu’il était rediffusé sur le câble…

Le film

Les 55 Jours de Pékin (55 Days at Peking) est un film réalisé par Nicholas Ray et terminé par Andrew Marton et Guy Green, sorti en 1963.

Résumé

Pékin, juin 1900. La révolte des nationalistes chinois, les Boxers, prend de l’ampleur. Ces derniers lancent un mouvement d’expulsion de tous les étrangers et notamment des onze délégations étrangères installées à Pékin. Face à la menace, les délégations organisent leur résistance sous la direction du major Matt Lewis.

Le casting

Charlton Heston : Le major Matt Lewis

Les 55 jours de Pékin

Ava Gardner : La baronne Natacha Ivanoff

Les 55 Jours de Pékin
Les 55 Jours de Pékin
Les 55 Jours de Pékin
Les 55 Jours de Pékin
Les 55 Jours de Pékin

David Niven : L’ambassadeur britannique, Sir Arthur Robertson

Les 55 jours de Pékin

Flora Robson : L’impératrice douairière Tseu-Hi (Cixi)

Les 55 Jours de Pékin
Les 55 Jours de Pékin

Leo Genn : Le général Jung-Lu

Les 55 Jours de Pékin

Robert Helpmann : Le prince Tuan

Les 55 Jours de Pékin

John Ireland : Le sergent Harry

Les 55 Jours de Pékin

Paul Lukas : Le docteur Steinfeldt

Les 55 Jours de Pékin

Elizabeth Sellars : Lady Sarah Robertson

Les 55 Jours de Pékin

Un avis et de l’inspiration rôlistique

Cela faisait vraiment un long moment que je n’avais pas revu ce film. Même si j’avais le DVD qui trainait dans ma vidéothèque, je n’avais pas spécialement envie de le revoir, j’avais en souvenir des images d’un film pas très bon et trop long…

Et, pourtant je l’ai revu avec un œil neuf… Alors oui, il est un poil trop long. La première partie du film, notamment tout ce qui se passe avant le début du siège est particulièrement pénible de longueur. Il faut aussi fermer les yeux sur le fait que les rôles des antagonistes majeurs soient confiés à des acteurs occidentaux.

Les 55 Jours de Pékin
Les 55 Jours de Pékin

C’est probablement pour cela que l’on décroche du propos du film, pourtant terriblement sensé et intéressant… La xénophobie, le racisme, aussi bien coté chinois que du coté des étrangers qui viennent en Chine. Mais voir une actrice anglaise dans le rôle de l’Impératrice Cixi faire un long discours sur la façon dont les étrangers exploitent son pays, c’est quand même cocasse.

Il ne reste pas moins que le propos du film est vraiment très intéressant et qu’il n’a été que très rarement porté à l’écran. Cette période est fascinante, et peut devenir une géniale source d’inspiration rôlistique.

Le retour de la Gazette Blindée

Les 55 Jours de Pékin

Télécharger “Gazette Blindée numéro 7”

Gazette-Blindee-numero-7.pdf – Téléchargé 210 fois – 2,42 Mo

Un article de :

Commentaires

6 réponses à “Les 55 Jours de Pékin”

  1. Avatar de les2olibrius

    Intéressante, cette façon que vous avez de regarder un film « d’un oeil discret » ( ? ) et pourtant « neuf » tout en fermant les yeux sur le choix des acteurs qui interprètent les antagonistes principaux… et finir par revoir ce film avec plaisir… Je vous taquine mais j’ai apprécié votre article. Les photos sont sublimes. Les acteurs, mythiques. N’hésitez donc pas à venir exercer votre oeil sur mes articles pour me taquiner autant! Bonne soirée ☀️

    1. Avatar de Iso

      ^^…
      Oh le vilain correcteur qui a modifié mon « distrait » (mal écrit certes) en « discret »… Je vais le laisser, parce qu’il est drôle… Je déplore toujours ce choix mal avisé de whitewashing et ça gâche le visionnage sérieux du film. Le film a un message chaotique et contradictoire, mais j’apprécie les rappels historiques dans les films, j’en retire du plaisir parce que ça m’a permis d’aller me renseigner un peu plus précisément sur la période en question… Et j’aime bien les films « pas bons »… 😉

      1. Avatar de les2olibrius

        Oh ben ça alors… Je n’avais pas encore lu votre réponse ici, quand j’ai écrit un texte similaire en réponse à votre commentaire sur mon blog ! Nous voici de grands esprits se rencontrant ! Chapeau bas !

  2. Avatar de princecranoir

    On a connu en effet Nicholas Ray bien mieux inspiré que dans cette fresque à grand spectacle. Je ne l’ai pas revu depuis très très longtemps, gardant aussi le souvenir d’un film très, très long. Mais tout de même, le moment de bravoure final fait le job. On préfèrera, je l’accorde, le Duke au siège de « Alamo » (qui dure encore plus longtemps si je ne m’abuse).

    1. Avatar de Iso

      J’ai revu l’histoire de Nicholas Ray, c’est le réalisateur de la Fureur de Vivre, il a été traumatisé par la mort de James Dean, et il s’est trouvé par la suite dans une vilaine spirale infernale vers la déchéance.
      Nicholas Ray est un réalisateur qui sait montrer et filmer les drames. C’est ce qui aurait pu être intéressant s’il était allé jusqu’au bout dans  »Les 55 jours de Pekin »’. On voit bien que le film oscille souvent entre catastrophe annoncée et happy end.

  3. Avatar de Justin Busch

    Oh là là, c’est gênant, mais je ne connaissais que la chanson d’Indochine, « Les 7 jours de Pékin », qui fait évidemment référence à ce film !

En savoir plus sur SCRiiiPT

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading