Claudette Colbert

Catégorisé comme Personnage
Claudette Colbert

Claudette Colbert, née Émilie Claudette Chauchoin le 13 septembre 1903 et décédée le 30 juillet 1996, était une actrice américaine. Colbert a commencé sa carrière dans des productions de Broadway à la fin des années 1920 et a ensuite fait des films avec l’avènement du cinéma parlant. Initialement associée à Paramount Pictures, elle a progressivement travaillé en tant qu’actrice indépendante du système des studios.

Elle a remporté l’Oscar de la meilleure actrice pour New York-Miami (1934) et a reçu deux autres nominations aux Oscars au cours de sa carrière. Parmi les autres films notables de Colbert, on peut citer Cléopâtre (1934) et L’Extravagant M. Deeds (1942).

Avec son visage rond, ses grands yeux, son allure aristocratique et son talent pour la comédie légère et le drame émotionnel, la polyvalence de Colbert lui a permis de devenir l’une des actrices les mieux payées des années 1930 et 1940, et les mieux payées en 1938 et 1942. Au total, Colbert a joué dans plus de 60 films. Parmi ses partenaires fréquents, on trouve Fred MacMurray, avec qui elle a tourné sept films de 1935 à 1949, et Fredric March, avec qui elle a tourné quatre films de 1930 à 1933.

Au début des années 1950, Colbert s’est tournée vers la télévision et le théâtre, et elle a été nommée aux Tony Awards pour The Marriage-Go-Round en 1959. Sa carrière a décliné au début des années 1960, mais à la fin des années 1970, elle a connu un regain d’intérêt dans le théâtre. Colbert a reçu le prix Sarah Siddons pour son travail au théâtre à Chicago en 1980. Son travail à la télévision dans The Two Mrs. Grenvilles (1987) lui a valu un Golden Globe Award et une nomination aux Emmy Awards.

En 1999, l’American Film Institute a classé Colbert comme la 12ème plus grande star féminine du cinéma hollywoodien classique.

Jeunesse

Émilie Claudette Chauchoin est née en 1903 à Saint-Mandé, en France, de Jeanne Marie (née Loew) et Georges Claude Chauchoin.

Bien qu’elle ait été baptisée « Émilie », on l’appelait « Lily » d’après l’actrice Lillie Langtry, originaire de Jersey, et parce qu’une tante célibataire du même nom – l’enfant adopté de sa grand-mère maternelle, Émilie Loew – vivait avec la famille. Jeanne, Emilie Loew et la grand-mère de Colbert, Marie Augustine Loew, sont nées dans les îles anglo-normandes. Ainsi, elles parlaient déjà couramment l’anglais avant de s’installer aux États-Unis. Le frère de Colbert, Charles Auguste Chauchoin (1898-1971), est également né dans les îles anglo-normandes. Jeanne a exercé différentes professions. Georges Chauchoin avait perdu la vue de son œil droit et avait une pâtisserie, mais il était aussi un banquier d’investissement ayant subi des revers commerciaux. Marie Loew avait déjà été aux États-Unis et le beau-frère de Georges (nommé Vedel) vivait déjà à New York. Marie était disposée à aider financièrement Georges, mais l’encourageait également à tenter sa chance aux États-Unis.

Claudette Colbert

Pour trouver de meilleures opportunités d’emploi, Colbert et sa famille, y compris Marie et Emilie Loew, ont émigré à Manhattan en 1906.

Ils vivaient dans un appartement sans ascenseur au cinquième étage, au 53e rue. Colbert a déclaré qu’elle montait toujours ces escaliers jusqu’à l’âge de 18 ans. Ses parents lui ont officiellement changé son nom légal en Lily Claudette Chauchoin. Georges Chauchoin travaillait comme employé à la First National City Bank, et la famille a été naturalisée en 1912. Avant que Colbert n’entre à l’école publique, elle a rapidement appris l’anglais de sa grand-mère Marie et a grandi bilingue, parlant à la fois l’anglais et le français. Elle espérait devenir peintre depuis qu’elle avait pris son premier crayon. Sa mère était fan d’opéra et sa tante était couturière.

Claudette Colbert

Colbert a étudié à la Washington Irving High School, connue pour son solide programme artistique. Son professeur de diction, Alice Rostetter, l’a encouragée à auditionner pour une pièce que Rostetter avait écrite. En 1921, Colbert a fait ses débuts sur scène au Provincetown Playhouse dans des reprises de The Widow’s Veil de Rostetter et Aria da Capo d’Edna St. Vincent Millay, à l’âge de 17 ans. Cependant, ses intérêts penchaient toujours vers la peinture, la mode et les arts.

Claudette Colbert

Dans l’intention de devenir styliste, elle a fréquenté l’Art Students League de New York, où elle a payé ses études d’art en travaillant dans une boutique de vêtements. Après avoir assisté à une fête avec l’écrivain Anne Morrison, Colbert s’est vue proposer un petit rôle dans la pièce de Morrison et a fait ses débuts sur scène à Broadway dans un petit rôle dans The Wild Westcotts (1923). Elle utilisait le nom Claudette, au lieu de Lily, depuis le lycée ; pour son nom de scène, elle a ajouté le nom de jeune fille de sa grand-mère maternelle, Colbert. Son père est décédé en 1925, et sa grand-mère est décédée à New York au milieu de l’année 1930 à l’âge de 88 ans.

Claudette Colbert

La carrière de Claudette Colbert

Ses premiers rôles au théâtre, 1924-1927

Après une série de rôles de soutien au théâtre en tournée qui lui ont permis d’acquérir de l’expérience dans différents genres à Chicago, Washington D.C., Boston et dans le Connecticut, en 1924, le producteur Al Woods, impressionné par la capacité de Colbert à parler avec des accents américain et britannique, l’a choisie pour la pièce The Fake de Frederick Lonsdale, mais elle a été remplacée par Frieda Inescort avant sa première.

Claudette Colbert

Après avoir signé un contrat de cinq ans avec Woods, Colbert a joué des rôles d’ingénue à Broadway de 1925 à 1929. Pendant cette période, elle n’aimait pas être cantonnée dans des rôles de bonne française.

Colbert a déclaré plus tard :

Au tout début, ils voulaient me donner des rôles français… C’est pourquoi je prononçais mon nom ‘Col-bert’ tel qu’il est écrit, au lieu de ‘Col-baire’. Je ne voulais pas être cataloguée comme ‘cette fille française’.

Claudette Colbert

En 1925, elle connaît le succès dans la comédie A Kiss in a Taxi, qui a été jouée 103 fois sur une période de deux mois. Les chroniqueurs ont chanté les louanges de sa beauté inhabituelle et de son pouvoir de captiver le public. Elle a de nouveau reçu des critiques élogieuses pour son rôle de charmeuse de serpents dans la production de Broadway de The Barker (1927), et elle a repris ce rôle dans le West End de Londres.

Leland Hayward (1902-1971) est un agent de Hollywood et de Broadway et un producteur de théâtre. Il a produit les productions scéniques originales de Broadway de Rodgers et Hammerstein ‘s South Pacific et The Sound of Music.

Elle a été remarquée par le producteur de théâtre Leland Hayward, qui l’a suggérée pour le rôle principal du film muet For the Love of Mike (1927). Le film, considéré comme perdu aujourd’hui, n’a pas connu un grand succès au box-office.

En 1928, Colbert signe un contrat avec Paramount Pictures. Il y avait une demande d’acteurs de théâtre capables de maîtriser le dialogue dans les nouveaux « talkies« , et l’élégance et la voix musicale de Colbert étaient parmi ses meilleurs atouts. Sa beauté attire l’attention dans The Hole in the Wall (1929), mais au début, elle n’apprécie pas jouer au cinéma.

Ses premiers films sont produits à New York. Pendant le tournage de The Lady Lies (également en 1929), elle joue également chaque soir dans la pièce See Naples and Die. The Lady Lies a été un succès au box-office.

À cette époque, de nombreux critiques de cinéma la voient comme ayant le potentiel pour devenir la prochaine grande star de l’écran.

En 1930, elle joue aux côtés de Maurice Chevalier dans The Big Pond, qui est filmé à la fois en anglais et en français pour être diffusé sur leurs marchés respectifs, comme c’était courant au début de l’ère du cinéma parlant.

Elle joue aux côtés de Fredric March dans Manslaughter (1930), recevant des critiques élogieuses pour sa performance en tant que femme accusée d’homicide par imprudence.

Elle est à nouveau associée à March dans Honor Among Lovers (1931).

Elle joue également dans Mysterious Mr. Parkes (1931), une version en français de Slightly Scarlet destinée au marché européen, bien que le français de Colbert soit teinté d’un accent anglais après avoir vécu en Amérique, et le film est également projeté aux États-Unis.

Elle chante et joue du piano et du violon dans la comédie musicale de Ernst Lubitsch The Smiling Lieutenant (1931), qui est nominée pour l’Oscar du meilleur film.

Son personnage de « femme retenue » (encore Chevalier) pourrait surpasser sa co-star Miriam Hopkins, selon un analyste. Colbert termine l’année avec une apparition dans His Woman (1931) avec Gary Cooper, qui est un succès modeste.

La carrière de Colbert prend un nouvel essor lorsque Cecil B. DeMille la choisit pour le rôle de femme fatale Poppée dans l’épopée historique The Sign of the Cross (1932), aux côtés de Fredric March et Charles Laughton. Dans l’une des scènes les plus mémorables de sa carrière cinématographique, elle se baigne nue dans une piscine de marbre remplie de lait d’ânesse. Le film est l’un de ses plus grands succès au box-office.

En 1933, Colbert renégocie son contrat avec Paramount pour lui permettre de jouer dans des films pour d’autres studios. Sa voix musicale, une voix de contralto dont les notes de bas de page indiquent qu’elle a été entraînée par Bing Crosby, est également mise en valeur dans Torch Singer (1933), aux côtés de Ricardo Cortez et David Manners.

En partie grâce à cela, elle est classée 13ème star du box-office de l’année. En 1933, elle a déjà joué dans 21 films, soit une moyenne de quatre par an. Beaucoup de ses premiers films ont été des succès commerciaux et ses performances ont été admirées. Ses rôles principaux étaient terre-à-terre et diversifiés, mettant en valeur sa polyvalence.

Colbert était initialement réticente à apparaître dans la comédie loufoque New York-Miami (1934). Le studio a accepté de lui payer 50000 $ pour le rôle et a garanti que le tournage serait terminé dans les quatre semaines pour qu’elle puisse partir en vacances comme prévu. Elle remporte l’Oscar de la meilleure actrice pour ce film.

Dans Cléopâtre (1934), Colbert joue le rôle-titre aux côtés de Warren William et Henry Wilcoxon.

C’est le film ayant rapporté le plus d’argent de cette année-là aux États-Unis. Par la suite, Colbert ne souhaite pas être représentée de manière ouvertement sexuallisée et refuse ce type de rôles.

Imitation of Life (1934), lorsqu’elle est prêtée à Universal, est un autre succès au box-office. Ces trois films sont nominés pour l’Oscar du meilleur film l’année suivante. Colbert est à ce jour la seule actrice à avoir joué dans trois films nominés pour le meilleur film de l’année.

[source : Claudette Colbert]

Et si c’était un personnage pour Cthulhu Hack ?

Claudette Colbert

Par Iso

Tenancier et créateur de scriiipt.com Rôliste de très longue date et amateur de fantastique. Rien à ajouter.

4 commentaires

  1. Claudette plutôt que Colette me semble-t-il, était une actrice absolument admirable, un parfait personnage pour Cthulhu c’est vrai. Je me souviens de ses rôles pour De Mille, mais le bain de lait d’ânesse, je crois, c’était dans « Cleopatre », pas dans « le signe de la croix »?

  2. Celle là c’était gros comme une maison que j’allais la faire… Et bien si c’était bien dans  »le signe de la croix », ce qui lui a valu dès lors une réputation sulfureuse dont elle a eu un peu de mal à s’en sortir.
    La confusion est très facile, comme moi avec Colette et Claudette 😉
    En fait, en faisant des recherches d’images pour cet article, il n’a pas été évident de retrouver les bonnes images de Claudette dans chacun des films tellement les costumes qu’elle porte et la coiffure sont semblables. Ce n’est qu’en vérifiant sur imbd movies que j’ai pu bien faire la distinction.
    Par ailleurs je précise ici que je me suis arrêté dans sa biographie aux années 30, alors qu’elle a tourné jusque dans les années 80 (surtout pour la TV), et sa filmo est encore très riche dans les années 40 et 50.
    Merci encore pour le rappel sur le nom et le titre de l’article…

  3. Et disant cela (sur la confusion entre les deux films) j’ai encore corrigé une erreur d’attribution d’images entre les deux films.

    Dans « Le Signe de la Croix », Claudette Colbert joue le rôle de l’impératrice Poppée (l’épouse de Néron). Ses contemporains se souvenaient d’elle comme une femme cruelle et immorale. Selon Dion Cassius, Poppée tenait à la perfection de son corps au point de souhaiter mourir avant l’irrémédiable. Elle faisait traire chaque jour cinq cents ânesses qui venaient de mettre bas pour se baigner dans leur lait.

    Ci-dessous Claudette Colbert en Poppée (costumes et direction artistique de Mitchell Leisen) :
    Poppée - Claudette Colbert - Costume

    Dans « Cléopâtre », Claudette Colbert porte une quantité assez impressionnante de costumes différents, mais il est certain que à un moment, la coiffure et le costume sont très semblables à ce qu’elle portait dans un rôle précédent.

    Claudette Colbert dans Cléopâtre
    Par contre ici dans ce film, la direction artistique n’est pas créditée officiellement. On retrouve Roland Anderson et Hans Dreier, et Vicky Williams pour le costume Design

  4. Au temps pour moi alors, ça fait un moment que je les ai vus. Il faut dire que la miss de Saint Mandé est particulièrement sexy dans les deux films.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :