Sallah Mohammed Faisel el-Kahir

Sallah Mohammed Faisel el-Kahir

Sallah Mohammed Faisel el-Kahir est le « meilleur terrassier » d’Egypte selon son ami Indiana Jones. Père de famille dévoué, Sallah a élevé neuf enfants avec sa femme Fayah. Sallah est une figure bien connue au Caire et a de nombreuses relations, comme le capitaine Simon Katanga. Sallah est également un fan de Gilbert et Sullivan, et a une voix forte de baryton.

Biographie de Sallah

Sa jeunesse

Sallah Mohammed Faisel el-Kahir est le septième fils d’un septième fils, né au Caire, en Égypte en 1897. Il a reçu son nom en hommage à Salah al-Din. Salah a développé un intérêt pour l’archéologie très jeune. Accompagnant son père, Sallah aidait des archéologues américains lors d’expéditions sur le Nil pour effectuer des fouilles préliminaires et l’enregistrement des emplacements et des hiéroglyphes des monuments égyptiens antiques. Malheureusement Sallah n’a jamais appris à nager, probablement parce qu’il a constamment vécu entouré de sable et de rochers.

À la mort de son père en 1912, Sallah est devenu responsable de l’entretien de sa famille, composée de sa mère, de ses quatre frères et de ses six sœurs. Sallah a rencontré Indiana Jones pour la première fois un an plus tard en tant que guide des Grandes Pyramides. Ensemble, ils sont devenus deux des premiers à pénétrer dans la tombe redécouverte de Toutankhamon – près d’une décennie avant sa découverte officielle par Howard Carter – et se sont retrouvés mêlés aux événements entourant l’Anneau d’Osiris et les machinations de Gustav von Trappen.

A cette époque, Sallah était déjà capable de parler un anglais parfait – où il pouvait alterner entre les accents britanniques et américains – le français, l’allemand et l’italien.

Carrière de terrassier

Les années 1920 ont vu Sallah acquérir de l’expérience en archéologie tout en travaillant aux côtés du Dr George Reisner. Il a aidé à l’excavation de la tombe de Mycerinus et, en 1925, il aide Reisner à récupérer et à cataloguer des artefacts de la tombe de Hetepheres, ce qui lui a valu un poste au musée de Boulak d’où il a organisé des expéditions et s’est forgé la réputation d’être l’un des meilleurs terrassier en Egypte. C’est à cette époque aussi qu’il a épousé sa femme Fayah et où il commencèrent à élever leurs neuf enfants.

En 1933, Sallah aide Jones à trouver le tombeau d’Hermès lors de sa quête de la pierre philosophale. En 1934, la maison de Sallah au Caire offre un sanctuaire à Jones et à la famille Maskelyne en route vers le Grand Sphinx. Cette année-là également, Sallah sera embauché par quelqu’un qui travaillait pour « l’homme à l’œil d’argent » pour localiser la bibliothèque d’Alexandrie intacte. Il a acquis une copie de L’énigme du Sphinx censée contenir un message d’Osiris aux pharaons concernant un artefact puissant, incitant Indiana Jones et un membre de l’Adventure Society à se rendre en Égypte à sa recherche.

En 1935, Sallah a acquis la pièce manquante d’une carte qui menait au temple de l’Eyeil interdit en Inde. Il l’a transmis à Jones avant de s’y rendre lui-même et a aidé à diriger une opération touristique pour financer les fouilles du site.

Combattre contre les nazis

Sallah Mohammed Faisel el-Kahir

En 1936, Sallah aide Jones à déchiffrer l’inscription au dos du médaillon de Marion Ravenwood en l’amenant chez un vieux sage. Ils y apprennent que les nazis creusent au mauvais endroit pour trouver l’Arche de l’Alliance.

Par la suite, Sallah découvre que l’idole de fertilité Chachapoyan volée par Belloq est en vente dans la boutique du marchand d’antiquités Saad Hassim à Marrakech, au Maroc. Avec Jones il récupèrera cet artefact.

En 1938, Sallah aide Marcus Brody, Indiana Jones et son père, Henry Jones Sr. dans leur quête du Saint Graal pour empêcher les nazis de se l’approprier.

Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, Sallah s’opposait toujours aux nazis.

Pour Chroniques Oubliées Cthulhu

Sallah Mohammed Faisel el-Kahir

[source]

Par Iso

Tenancier et créateur de scriiipt.com Rôliste de très longue date et amateur de fantastique. Rien à ajouter.