Catégories
jeu de role

Hurlements, le Jeu de l’Initié

Hurlements, le jeu de l’initié est un jeu de rôle écrit par Jean-Luc Bizien, Valérie Bizien, illustré par Benoît Dufour, Eric Bizien et Didier Le Cler. Il a été édité par les Éditions Dragon Radieux en janvier 1989.

Hurlements, voilà un jeu de rôle auquel je n’ai pas joué assez souvent mais qui m’a durablement marqué.

Hurlements, le jeu de l’initié est un jeu de rôle paru en 1989… A l’époque je suivais mon cursus en Histoire à l’université. Et ce doit être certainement une des raisons pour lesquelles j’ai si bien accroché à ce jeu.

Ce jeu est écrit par Valérie et Jean-Luc Bizien ; et superbement illustré par Benoît Dufour, Eric Bizien et Didier Le Cler…

Mais ça, quand j’ai joué pour la première fois, je ne le savais absolument pas….

Hurlements a été édité par les Éditions Dragon Radieux en janvier 1989. Dragon Radieux, c’était un fanzine puis magazine de jeu de rôle des années 80/90.

Un jeu initiatique

Bien avant que Nephilim et ses mystères ne vienne me titiller je découvrais avec curiosité ce jeu initiatique… En effet, Hurlements est voulu comme un jeu initiatique où les joueurs découvrent peu à peu de grands secrets.

Le début

Tout commence par l’éveil des personnages, au environ de l’An Mil, dans le Royaume de France. Ils sont le pouvoir de se transformer en un animal.

Le pitch est simplissime…

La Caravane par Benoit Dufour.

Dans les faits, en tant que joueur on se retrouve juste devant le MJ, sans avoir de fiche de personnage et sans réellement savoir à quel jeu on va jouer. Et quand au background du perso, on n’en sait pas beaucoup plus… Les souvenirs du personnage étant assez flous. On sait juste qu’on fait partie d’une caravane guidée par le Veneur, on a la faculté de se transformer en animal et on ne contrôle pas bien la chose.

La Caravane

Le jeu est principalement basé sur la vie de la caravane et les dangers qu’elle rencontre, souvent la suspicion des habitants quand des événements étranges surviennent, et parfois des problèmes internes. Mais il y a toujours des relations très riches avec les nombreux habitants de la caravane, et les personnages hauts en couleur que la Caravane va croiser sur son chemin…

Le système de jeu

Le système de jeu, ultra-simple, met l’accent sur le roleplay. Ça à l’air facile comme ça, mais souvenez vous que le jeu est sorti en 1989, et le roleplay n’est pas vraiment la préoccupation de tous les jdr.

Tout se joue sur 1D100, et de toute manière, les joueurs n’ont pas leur fiche de personnage, et n’ont pas à connaître les règles, le tout étant géré par le Meneur de jeu (le Veneur). La création du personnage nécessite deux jets de dés, à base de D12.

Et on ne lance pas souvent les dés en réalité. Ce n’est pas comme dans les autres Jdr med-fan auxquels on est habitué. Ici, lors d’une bagarre ou out autre affrontement physique on s’en rend vite compte.. Il vaut mieux éviter, cela peut se révéler mortel.

Tout en mystères et ambiance

Hurlements, c’est un jeu très léger. Un livret de règles de 64 pages très aérées, un écran de MJ, et un autre livret de contexte de 64 pages. Ce dernier étant beaucoup plus dense.

Le jeu a connu un suivi assez complet, la gamme étant allée jusqu’au n°7 de Hurlelune, le supplément de contexte du jeu.

Hèlas aujourd’hui introuvable (ou très difficilement), c’est un jeu qui mériterai une nouvelle édition. C’est un jeu qui nécessite peu de matériel pour se lancer, juste un peu d’investissement de la part du meneur de jeu, et de curiosité de la part des joueurs.

Le cadre du jeu est un peu comme une sorte de huis-clos… ouvert. La Caravane étant le point de départ, le décor récurent… Mais elle se déplace, de villages en villages. Donc, l’aventure arrive presque à chaque nouvel arrêt.

Les personnages évoluent au gré des découvertes qu’ils font sur eux même et sur la Caravane.

Ce jeu a été suivi par le jeu Chimères, qui n’est pas une nouvelle édition, mais une sorte de suite…

En savoir plus :

Par Iso

Tenancier et créateur de scriiipt.com
Rôliste de très longue date et amateur de fantastique.
Rien à ajouter.