Martin Mystère, le détective de l'impossible

Martin Mystère

Martin Mystère, le détective de l’impossible (Martin Mystère, il detective dell’impossibile) est une bande dessinée italienne d’Alfredo Castelli (au scénario) et Giancarlo Alessandrini au dessin, éditée en album depuis avril 1982 par Sergio Bonelli Editore.

Le détective de l’Impossible

En France, les éditions Lug publient les aventures de Martin Mystère héros de 1983 à 1986 dans Ombrax (n°211 à 242). En 2000, les aventures reviennent dans une réédition de 2000 à 2003 dans Mustang (n°286 à 312).

Martin Mystère

Le synopsis

Martin Jacques Mystère est un écrivain que ses recherches entraînent très souvent sur la piste de légendes ou de secrets millénaires, convoités par des gens peu scrupuleux, voire par les Hommes en noir (organisation qui a pour but de détruire toute preuve qui pourrait contredire l’histoire officielle).

Les grands mystères sont ainsi évoqués (Tunguska, la tour de Babel, la fontaine de jouvence, le triangle des Bermudes…).

Martin Mystère

Martin Mystère possède une arme, sorte de pistolet que lui seul peut utiliser, venue de la lointaine Atlantide et transmise par un vieux sage. Son ennemi, Orloff, en possède une semblable. Mais là où l’arme de Mystère paralyse (une limitation venue de son subconscient) celle d’Orloff tue, démontrant si besoin sa cruauté.

Les personnages

Martin Mystère

Martin Mystère

Martin Mystère est un détective hors du commun : archéologue, anthropologue et informaticien. Américain de naissance mais de culture italienne. Il ne fait pas d’enquêtes criminelles, mais s’occupe d’énigmes archéologiques jamais résolues, (qui a construit Stonehenge ?), historiques (qui était le masque de fer ?), scientifiques (le phénomène de la combustion humaine spontanée ?) ou ésotériques (quel est le secret du Graal ?).

Cela inclut aussi bien des ovnis, des pouvoirs de perception extrasensorielle, de la magie. Ses aventures inspirent une émission télévisée intitulée « Les Mystères de Mystère« , des œuvres qui lui ont valu le surnom de détective de l’impossible.

Bien qu’il ait un physique athlétique et qu’il soit un expert dans un tas de disciplines, et aussi malgré un gadget très puissant (une arme à rayons de quinze mille ans capable de paralyser momentanément ses adversaires), Martin n’est pas un surhomme. Il ne se prend pas trop au sérieux et a de nombreux défauts (tendance à être en retard, très bavard, peur de vieillir,…) qui font de lui un personnage humain et captivant.

Java

Java des Cavernes

Java des Cavernes est l’assistant et l’ami inséparable de Martin Mystère, avec qui il partage chaque découverte et chaque aventure. Il n’appartient définitivement pas à notre civilisation : bien qu’à moitié caché par des vêtements modernes, son apparence est sans équivoque celle d’un homme de Neandertal : trapu, musclé, légèrement voûté, le front bas et incompréhensible.

Java ne parle pas : il s’exprime par des gestes et émet des gémissements semblables à ceux d’un animal qui se transforme en véritables rugissements lorsqu’il est en colère. Il est doté d’une mimique faciale expressive, avec laquelle il parvient à souligner, souvent de manière humoristique, les émotions du moment.

Ses yeux brillent d’une vive intelligence, mais totalement différente de celle de l’homme du XXe siècle : d’une manière mystérieuse, Java vit une relation intense et subtile avec les forces de la nature ; il peut percevoir une trace très ténue dans l’épaisseur d’une forêt ou dans le trafic d’une ville ; il peut transférer son esprit dans un animal sauvage et voir par ses yeux.

Java a choisi d’abandonner sa terre natale cachée dans les montagnes inaccessibles du Hangaj (Mongolie) et d’accompagner Martin Mystère dans le monde moderne pour atteindre et neutraliser un ennemi diabolique ; non sans difficulté, il est devenu citoyen américain ; il est économiquement indépendant et a une vie sentimentale mystérieuse et intense.

De personnages opposés et complémentaires, Martin et Java parviennent à vivre ensemble et à se comprendre sans même avoir besoin de mots : le détective de l’impossible comprend en effet parfaitement les gémissements indéchiffrables de son ami.

Diana Lombard

Diana Lombard

Diana Lombard est la petite amie de Martin Mystère. Tous les deux sont liés par une relation profonde, née il y a plusieurs années dans des situations dramatiques. Diana est une référence fondamentale pour Martin, elle parvient à tempérer les défauts de son ami grâce à une bonne dose de patience, d’ironie et de sagesse féminine.

Sergej Orloff

Sergej Orloff

Pendant longtemps, Sergej et Martin ont été amis et collègues. Ils ont été les élèves du maître Kut Humi, qui leur a donné des armes à rayons. Plus tard, pour des raisons jamais clairement définies, Orloff a utilisé son intelligence pour faire le mal. Il apparaît pour la première fois dans l’histoire contenue dans le deuxième album de la série, La vengeance de Râ, qui devait initialement être le premier album publié.

Sergef Orloff

Initialement, son apparence est très caractérisée : il porte un masque pour couvrir la moitié du visage car il a été défiguré à la suite d’un incendie ; pour compenser la perte d’un bras (dans le même accident), un membre mécanique lui a été greffé, la main est une arme à rayons.

Par la suite, l’apparence devient celle d’une personne normale (changement justifié par une opération de chirurgie plastique) avec un membre artificiel normal.

Partout dans le monde, il est considéré comme un homme d’affaires respectable qui a abandonné l’archéologie en raison d’un accident. En fait, il est président de la S.O. Communications (Sergej Orloff Communications), une société basée à Genève qui s’occupe officiellement de l’installation des téléphones et des télégraphes, mais qui contrôle de nombreux hommes puissants qui couvrent les infractions d’Orloff si nécessaire.

Xanadu

Dans « Xanadu », l’un des albums géants de la série, nous apprenons qu’Orloff avait déjà subi avec succès une chirurgie plastique du visage pendant un certain temps, mais qu’il en avait perdu la mémoire en raison des effets négatifs de l’arme à rayons. Dans le même registre, il perd l’arme à rayons.

Il est maintenant un personnage plus complexe et énigmatique, suspendu entre le bien et le mal. Plusieurs fois, il s’est retrouvé à collaborer avec Mystère, lui sauvant même la vie.

La genèse de Martin Mystère

Martin Mystère est l’évolution d’un précédent personnage nommé Allan Quatermain, après que le scénariste découvre Mines du roi Salomon dans le roman de Henry Rider Haggard. Professeur de nationalité anglaise, il est déjà accompagné de Java et d’une éternelle fiancée Béatrice. Il est également en possession de son arme millénaire capable de paralyser.

Allan Quatermain est créé, en 1975, par Alfredo Castelli et illustré par Fabrizio Busticchi sur des esquisses du dessinateur espagnol Enric Sio pour l’hebdomadaire catholique milanais Il Giornalino des Éditions Paoline qui ne donna pas suite. C’est donc l’hebdomadaire SuperGulp des Éditions Mondadori qui, en 1978, lance enfin la série. Malheureusement, l’aventure est de courte durée puisque SuperGulp cesse de paraître en 1980.

Le scénariste renomme alors son personnage en Martin Mystère et Béatrice en Diana, en tentant de lui redonner vie sur des esquisses d’Enrique Bagnoli et de Sergio Zaniboni, auprès du magazine allemand Zach de Hambourg pour lequel il écrit déjà les aventures des Gentlemen. Mais ce sont les éditions Bonelli — nommées Daim Press à ce moment-là — qui annoncent à la foire du livre de Bologne en 1981, sur une brochure bicolore le texte présentant le nouveau personnage :

« Pourquoi navires et avions disparaissent-ils dans le Triangle des Bermudes ? Quel antique secret cachent les pyramides de pierres enfouies dans les jungles du Mexique et du Guatemala ? Quelle est la mystérieuse créature qui hante les contreforts enneigés de l’Himalaya ? Un homme… un seul, peut répondre à toutes ces questions. Cet homme, c’est Martin Mystère. »

En 1982, les éditions Bonelli publient les premières aventures de Martin Mystère.

La série télévisée

Cette série d’animation est une adaptation en 66 épisodes de 22 minutes. Les personnages sont loin des personnages originaux puisque Martin Mystère y est un adolescent dragueur de seize ans.

Martin est un étudiant et un agent spécial d’une organisation secrète spécialisée dans les phénomènes paranormaux. Cette organisation est dirigée par M.O.M..

Diana Lombard est la demi-sœur de Martin, très perspicace et intelligente, mais qui s’entend mal avec son demi-frère.

Java des Cavernes est toujours là, en revanche, les créateurs de la série ont ajouté un nouveau personnage appelé Billy, un extraterrestre qui se déplace en petit appareil volant et travaille dans les bureaux du Centre.

Inspiration

Martin Mystère sur la durée à presque tout fait et tout vu. Tous les grands classiques de la science-fiction et du fantastique y passent… tout comme l’autre grand détective Dylan Dog avec lequel il partage quelques aventures.

Dylan Dog & Martin Mystère

Martin Mystère et Cthulhu ?

Il ne s’agit pas vraiment d’une aventure de Martin Mystère, mais un des exemples de ces croisements de thèmes qu’affectionne les auteurs.

Londres, an 1889. L’humoriste Jerome K. Jerome publie une histoire à épisodes « Trois hommes dans un bateau« , qui relate les événements tragicomiques de l’auteur et de ses compagnons voyageant sur la Tamise.

Le roman fut immédiatement un succès retentissant, mais il y a un chapitre qui est prudemment supprimé, dans lequel les protagonistes font une rencontre bizarre. C’est le début d’une aventure qui entraîne les trois amis dans un monde cauchemardesque, mais un agent qui vient d’Ailleurs intervient de manière inattendue pour les aider. Son nom est Carnacki, également connu comme « le chasseur de fantômes ».

Publié le
Catégorisé comme Livres

Par scriiipt

Scriiipt c'est le collectif Geek de scriiipt.com