Archives par mot-clé : aventure

[Sortie ciné Février 2014] Le Septième Fils

5 février 2014

Il y a bien longtemps, une force maléfique menaçait de se déchaîner et de raviver la guerre entre les puissances surnaturelles et l’humanité. Depuis plusieurs siècles, le chevalier Maître Gregory (Jeff Bridges) retenait prisonnière la redoutable et maléfique sorcière Mère Malkin (Julianne Moore). Mais elle s’est désormais échappée et cherche à se venger. Convoquant ses adeptes, Mère Malkin s’apprête à déverser sa terrible colère contre un monde qui ne s’y attend pas. Seul Maître Gregory peut encore s’y opposer.

Au cours d’un affrontement mortel, Gregory se retrouve face à face avec une force maléfique qu’il craignait de voir resurgir un jour. Dès lors, il lui faut initier son nouvel apprenti, Tom Ward (Ben Barnes), à combattre la pire magie noire de tous les temps – mais il doit le faire d’ici la prochaine pleine lune, alors que plusieurs années sont en général nécessaires pour accomplir une telle mission. Le dernier espoir de l’humanité tient dorénavant entre les mains du septième fils d’un septième fils.

[LDVELH] Avec Gamebook Store, des livres dont vous êtes le héros au format numérique

Le retour des livres-jeux en France. Les aventures dont vous êtes le héros font un come-back en force dans les librairies depuis quelques mois. En France, c’est une jeune maison d’édition numérique, Gamebook Store, qui porte ces aventures sur les écrans d’iPads et d’iPhones.

En effet, Gamebook Store tente le pari osé de renouveler le genre du livre-jeu qui avait connu un carton en France, avec des dizaines de titres et quatorze millions d’exemplaires vendus par Gallimard.

Pour rappel, les livres-jeux forment un genre littéraire particulier puisque c’est au lecteur de prendre les décisions cruciales auxquelles est confronté le héros. Ces histoires sont interactives et personnalisées : chaque lecteur vit une aventure différente en fonction de ses choix. Antoine, directeur des publications chez Gamebook Store, nous en parle :

« Dans les années 80 et les années 90, quasiment tous les enfants et ados ont eu au moins une fois dans leurs mains un livre-jeu. C’est une expérience de lecture qui nous a tous marqués. J’avais envie d’en faire profiter la nouvelle génération, et de faire plaisir à ceux qui avaient connu les livres-jeux à l’époque. »

Avec la librairie de Gamebook Store, on est entre le livre numérique et l’application : des lancés de dés 3D réalistes, des illustrations optimisées pour l’écran Retina, et des innovations au niveau de la jouabilité grâce à une fiche personnage, des énigmes, des combats et des tests gérés de manière interactive. Cyril, l’un des co-fondateur du projet, nous éclaire sur ce point :

« Il a fallu réaliser un énorme travail pour rendre la lecture fluide et agréable. Tout est pris en charge par l’application et le lecteur n’a plus qu’à se mettre à la place du personnage. L’objectif était de laisser libre cours à l’imagination du lecteur. Et pour ceux qui n’aiment pas le hasard, ils peuvent forcer le cours du destin en secouant leur iPhone ou leur iPad lors des lancés de dés ! »

L’application compte actuellement sept histoires et ajoutera chaque mois deux nouvelles aventures à sa librairie. L’éventail des univers est très varié puisqu’il va de l’heroic fantasy à la science-fiction en passant par le thriller, le post-apocalyptique ou le roman historique.

Gamebook Store est une application gratuite à contenu payant (le prix des histoires allant de 0,79€ à 3,59€). Une aventure est offerte à tous les nouveaux lecteurs.

Pour vous tenir informé des nouvelles publications de Gamebook Store, connectez-vous sur : www.facebook.com/gamebookstore ou directement sur leur site : www.gamebookstore.fr

icone et Gamebook Store

 

L’application est téléchargeable sur l’AppStore : https://itunes.apple.com/fr/app/gamebook-store/id662153086?mt=8

Le e-Zine de Scriiipt numero 5 sortira bien en Juillet, ou en Aout… Si tout va bien

Et oui, il y aura bien un numéro 5 au zine de scriiipt, un fanzine au format pdf avec des morceaux de jeu de rôle dedans, même s’il  a bien 1 an de retard sur nos prévisions… Les thèmes : l’aventure contemporaine, Delta Green en France, les baroudeurs, les espions, et les forces spéciales… en gros : « d’la testostérone » !

Si vous aussi vous souhaitez participer et écrire quelque chose qui cadre avec ces thèmes, vous pouvez nous contacter sur le site scriiipt.com (rubrique contact justement : http://scriiipt.com/a-propos-de-scriiipt/contactez-nous-et-annoncez-vous/)

 

 

Les personnages des joueurs doivent-ils être mortels ?

J’ai tué des centaines de personnages dans ma carrière de MJ, la question ne semble pas se poser pour moi. Je pratique surtout le jeu de rôle d’horreur. C’est assez logique que je ne sauve pas les personnages. Mais dans du jeu de rôle d’aventure, pourquoi les personnages devraient-ils mourir ?

« Vous ne volez pas une moto pour vous lancer dans une course-poursuite effrénée si les policiers ont des flingues. »

J’ai vu souvent des joueurs hésiter à faire prendre des risques à leur personnage. A cause des points de vie sur la feuille. Même si vous pratiquez un jeu étiqueté aventure, vous ne sautez pas de toit en toit si il y a des points de vie sur votre feuille. Ou seulement l’heureux élu qui a la compétence Athlétisme à 90 %. Vous ne volez pas une moto pour vous lancer dans une course-poursuite effrénée si les policiers ont des flingues. Vous ne faites pas des loopings arrière avec votre vaisseau spatial si pour le payer vous vous êtes endetté à mort auprès d’un usurier de la mafia. Est-ce que ça serait pas intéressant de savoir ce qui se passe si le personnage glisse sur une gouttière, si la poursuite du méchant se double d’une prise en chasse par les flics, si l’intrépide pilote du vaisseau a des embrouilles avec la mafia ? Hélas, si les joueurs ne prennent pas le risque, ces péripéties imprévues n’auront tout simplement pas lieu.

Je ne m’adresse pas ici aux auteurs. Certains jeux d’aventure ont déjà aboli les points de vie. Je m’adresse aux MJ. Ils maîtrisent un jeu qu’ils aiment. Les héros y sont censés être super cool et braver la mort à chaque instant. Mais dans les règles, ils peuvent mourir sur un simple fumble. J’essaye en commençant un nouveau jeu de lui laisser une chance en jouant les règles à la lettre. Mais que se passe-t-il quand ça ne fonctionne pas comme le promet le livre, ou comme moi je veux que ça fonctionne ?

Je crois que ça vaut vraiment le coup de tenter l’expérience. Les joueurs ne sont radins que quand il y a des ressources à économiser. Si c’est open bar, ne deviendront-ils pas généreux ?  Supposons les mêmes situations d’aventure sans point de vie. Les personnages se savent mortels mais sont des risque-tout. Les joueurs savent que les personnages ne vont pas mourir parce que c’est mécaniquement impossible. Pas parce que le MJ a promis de faire attention et d’être gentil. Parce que c’est carrément interdit de mourir. Observons les comportements à la table avec ce changement tout simple. Les PJ vont tout à coup passer tout la séance à sauter de toit en toit, marcher sur les braises et rebondir sur le dos des requins. Parce que les règles ne sanctionnent plus ces comportements. Si je supprime les points de vie, faites-le vraiment. On pourrait se lancer un numéro d’équilibriste en distribuant des points de destin. Mais ne serait-ce pas juste une nouvelle ressource que les joueurs économiseront… en ne prenant aucun risque superflu ?

Un changement en apporte un autre. Jouer sans point de vie, c’est réfléchir à la durée et à l’enjeu d’un affrontement. Soit on admet que les PJ viendront forcément à bout de l’adversité, du moment qu’ils y consacrent suffisamment de temps, soit on fixe des conditions de victoire différentes de « Je suis le dernier homme debout ». On redonne du sel à des alternatives au combat létal. Capturer, assommer, neutraliser… ou convaincre. D’ailleurs, que se passe-t-il si les PNJ n’ont pas non plus de point de vie ? Que pourrait-on supprimer d’autre pour redonner de la confiance aux joueurs ? Les compétences ? Le matériel ? La hiérarchie ?

Enfin, cette immortalité nouvellement acquise peut redonner un sens à la mort. On peut déclarer que certaines scènes cruciales restituent la mortalité des PJ. Pire encore, jouer en mort subite. Là, les climax vont tuer. Mais vraiment. Et si justement un PJ meurt à ce moment là, ça prendra une tournure tout à fait dramatique parce que sa mort aura eu un sens.

Puisque j’ai commencé à parler du jeu de rôle d’horreur, et si on y supprimait aussi les points de vie ? L’intello de service osera-t-il alors descendre dans la cave pour savoir ce qui a fait du bruit ? Si on donne l’immunité aux personnages dans les deux premiers tiers du scénario, ils saisiront l’occasion d’explorer le scénario de fond en comble. Conséquence ? Voir leurs amis crever, leur cohésion de groupe et leur mental s’effondrer. Et si on passait en mode mort subite juste le dernier tiers, quand la chose qui a pris possession du corps de l’intello passe à l’action ?

Et puisqu’on est fou, pourquoi serait-ce au MJ de décider du passage en mort subite ? Si on laissait aux joueurs la liberté de décider, au vu des événements, qu’à ce moment précis, il y a un vrai enjeu, un vrai danger, qui motive autant les personnages que les joueurs ? Si toute la tablée est d’accord pour récompenser le boulot du MJ, alors la tablée mettra dans la balance la vie de personnages qu’on a vu flamboyer sans complexe dans tout le reste de la partie.

Pour tout cela, j’ose croire qu’il y a quelque chose à gagner en perdant de la mortalité.

Thomas Munier est l’auteur de Millevaux Sombre, un supplément de contexte pour le jeu de rôle Sombre. Il prépare aussi Inflorenza, un jeu de rôle pour incarner des héros, des salauds et des martyrs dans l’enfer forestier de Millevaux, qui applique à la lettre les conseils de cet article.

[social-bio]

[Inspi TV] Le Convoi de l’Extrême

A partir du mercredi 18 juillet, la chaîne W9 va diffuser “Le Convoi de l’Extrême : Les Routes des Andes”. Cette émission, Le Convoi de l’extrême (Ice Road Truckers en VO) est un « Docu-reality Show » américain, diffusé sur les ondes de Canal D au Canada et depuis le 8 janvier 2009 sur la chaine W9 en France. Je n’aime pas les télé-réalité, vraiment pas, mais, là… rien qu’en voyant quelques extraits, je visualisais déjà quelques bonnes idées pour des scenars de Jeu de rôle.

Au début cette série se passait surtout sur des pistes enneigées, des lacs, des fleuves glacés, pour finir avec la saison 4 en Himalaya…

 

convoi

Mais après les aventures glacées, ces conducteurs de l’extrême vont se retrouver en Amérique du Sud !

Le pitch :

Les meilleurs conducteurs de poids lourds du monde reprennent du service. Après les routes de l’Himalaya, ils partent à l’assaut des montagnes d’Amérique du Sud. Les vétérans de l’Alaska, Lisa, Rick et l’ours polaire Hugh, accompagnés de nouvelles recrues, se lancent sur la route de la mort, une piste qui relie la capitale administrative de la Bolivie, La Paz, aux plaines amazoniennes. Chaussées étroites, ravins vertigineux, cascades à franchir : chaque année, des centaines de personnes y perdent la vie. Trois équipes de camionneurs vont découvrir ce trajet dangereux qui serpente dans une nature magnifique.

Une aubaine pour les jeux de rôle ?

Et oui, comme on le dit assez souvent ici, il n’est pas nécessaire de voir des fusillades et des bagarres pour faire vivre des aventures trépidantes aux personnages. Et comme vous le constater avec “Convoi de l’extrême”, le simple fait de rouler en camion pour aller d’un point A à un point B, ce n’est vraiment pas de tout repos.

Du coup si vous voulez adapter quelques unes des scènes de cette série, il va falloir fouiller un peu les règles de votre jeu. Très souvent les jeux de rôle contemporain pensent à intégrer des règles de poursuites et de combats avec des véhicules, mais pas toujours aux “franchissements difficiles”. Et “Convoi de l’Extrême” est plein de franchissements difficiles, impossibles, dangereux, délicats, tendus, extrêmes, compliqués et autres joyeusetés.

Si cela doit vous rappeler un film, c’est “Le Salaire de la Peur

Un film réalisé en 1953 par Henri-Georges Clouzot, avec Yves Montand et Charles Vanel

L’histoire :

Guatémala, 1951. Après diverses péripéties, un groupe d’Européens a échoué à Las Piedras, une misérable bourgade où règnent la misère et le chômage. Un jour, un puits de pétrole est ravagé par un gigantesque incendie. Une compagnie pétrolière américaine, la SOC, décide alors d’embaucher quatre hommes afin de convoyer 400 kilos de nitroglycérine, répartis en deux camions, jusqu’au puits de pétrole. Quatre des Européens sont engagés : Mario, Jo, Luigi et Bimba. Mais la tâche ne sera pas aisée, car les routes sont presque impraticables. Le moindre cahot peut donc être fatal…

Appels à textes de Science-Fiction, Fantastique et Fantasy

See on Scoop.it – SCRiiiPT

Les cavaliers de l’Apocalypse ne savent pas monter à cheval

Il s’agit d’un appel à texte lancé pour le « Eclats de Rêves ». Posté sur le site http://atsff.blogspot.fr et sur http://eclats-de-reves.blogspot.fr/. Et en plus cela fait deux blogs à découvrir.

  • Thème : libre.
  • Genre: Imaginaire.
  • Taille: jusqu’à 30 000 signes EC.
  • Émetteur: Fanzine Éclats de Rêves.
  • Date: Permanent.
  • Message original: Participer Nous sommes toujours à la recherche de nouveaux talents.

 Un mot sur le fanzine, présenté par leurs créateurs :

[quote] »Eclats de Rêves est un fanzine trimestriel au format A5 qui publie exclusivement des nouvelles, illustrées, dans les genres de l’Imaginaire. Nous publions ce qui nous intéresse, nous surprend, nous bouleverse, nous interpelle, nous fait rire…

Notre ambition est modeste : mettre le pied à l’étrier aux auteurs, tout en offrant aux lecteurs de belles histoires, des surprises, et un très bon moment de lecture.

Les expérimentations sont bienvenues, le classique a sa place, l’humour peut le disputer au drame, toujours avec une constante : ne pas s’ennuyer ! » [/quote]

See on atsff.blogspot.fr

La Conspiration des milliardaires – Tome I

See on Scoop.it – SCRiiiPT

Premier article d’une série consacrée aux divers pulps à la française en débutant par le début du XXème siécle.

 

An 1900:

Le milliardaire américain William Boltyn utilise la technologie et la puissance des média pour tenter de devenir le maître du monde. (Gustave Le Rouge & Gustave Guitton – La Conspiration Des Milliardaires)

 

Comme quoi, la théorie de la conspiration ne date pas d’aujourd’hui, ni de Dan Brown…

Je vous recommande particulièrement de télécharger le roman (gratuitement) en passant par le site de fr.feedbooks.com…

[quote]Cette saga en quatre volumes est le premier roman de Gustave Le Rouge, auparavant, il n’a publié que quelques nouvelles; il l’écrit d’ailleurs en collaboration avec Gustave Guitton. William Boltyn, milliardaire, veut devenir l’homme le plus riche et le plus puissant de la planète, et pour cela, il oeuvre à l’armement à outrance des USA, seul pays digne de dominer le monde civilisé, c’est à dire la vieille Europe. Mais son projet de loi est rejeté. Il convoque alors les principaux magnats américains et leur propose un complot à la hauteur de ses grandioses desseins. La lutte sera terrible, les inventions se succédant à un rythme vertigineux. «Chariot psychique», train ultra-rapide, sous-marin, train étanche subatlantique, robots, toutes les ressources du génie scientifique seront mises en oeuvre. Et l’histoire prouvera que l’argent et la puissance commerciale ne sont pas toujours suffisants pour vaincre…[/quote]

 

Pour quels jeux de rôle ?

Maléfices, Achéron, Chill, Appel de Cthulhu, Crimes, Arkhéos ? Très bonne idée… et pourquoi pas Brigade Chimérique…

 

See on www.feedbooks.com

La France cadre d’aventures

Cthulhu FranceCe n’est pas le cadre le plus souvent choisi pour les scénarii de jeu de rôle, pour plusieurs raisons : le manque de dépaysement, et le coté trop proche de la réalité, entre autres. Bien entendu, la est une destination exotique quand on n’y vit pas…

Si je vous dit qu’une colonie de Profonds adorant le Grand s’est installée à Port Leucate1, ça va vous faire doucement marrer (même si c’est vrai). Par contre si je vous dit, « viens on va faire du surf à Innsmouth », là vous aurez un regard plus inquiet… Normal.

Continuer la lecture de La France cadre d’aventures

  1. ou Collioure – François Darnaudet avec Catherine Rabier, Collioure Trap, Fleuve noir « Gore », 1989 ; réédition : L’appel de Collioure, éditions de l’Agly, 2000. Andernos trap, Vaugirard « Gore », 1990. []

Aventuriers et français ? 1ere Partie 1980-1995

Un retour en arrière vers les sources d’inspiration pour incarner des personnages joueurs dans un cadre d’aventure française.

Première partie : les années 80 et 90, et les héros récurrents de la génération Dorothée !

Aventuriers et français ?

La France ce petit pays d’Europe de l’ouest… Avec son ambiance tranquille et “franchouillarde” comme on dit… Peut-on dire de ce pays que c’est une terre d’aventuriers, sans déclencher l’hilarité générale ? Comparés à Maigret et Nestor Burma, que sont Colombo ou Magnum ?…de bien pâles imitations !

Continuer la lecture de Aventuriers et français ? 1ere Partie 1980-1995