Archives pour la catégorie Culture

L’UNESCO définit la culture ainsi : « Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd’hui être considérée comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances ».

Portraits de l’ère Victorienne

Quelques jeux de rôle récents (ou pas) se déroulent durant l’ère victorienne (ou à la Belle Epoque en France). La recherche d’iconographie peut parfois prendre la forme d’une course aux images Steampunk. Mais l’ère victorienne ce n’est pas que du steampunk.

L’époque victorienne au Royaume-Uni marque l’apogée de la révolution industrielle britannique ainsi que celle de l’Empire britannique. Bien que l’époque victorienne désigne les années de règne de Victoria Ire du Royaume-Uni, de 1837 à 1901, les historiens fixent généralement son début au Reform Act 1832. L’époque victorienne est précédée de l’époque georgienne et suivie de l’époque édouardienne.


1890 by Scabeater on DeviantArt


1900’s 1890… by nevere on DeviantArt


Vintage 12 by GRANNYSATTICSTOCK on DeviantArt


1900s couple by Datanotfound on DeviantArt


Stylish Attire, Early 1900’s by addonemore on DeviantArt


1890 by Tadarida on DeviantArt


Victorian by eleganze on DeviantArt


Victorian. by addictedImage on DeviantArt


The Victorian III by andybrase on DeviantArt


Victorian time by FrauLuminara on DeviantArt


Victorian Gentleman by VictorianSpectre on DeviantArt


VICTOR KARLOCH I – CHRISTOPHER LLOYD by kevissimo on DeviantArt


Haloween 05 – Jack the Ripper by LustyDragon on DeviantArt


19th woman with dogs by stopdown1 on DeviantArt


Sharp-dressed man by stopdown1 on DeviantArt


Henry by stopdown1 on DeviantArt


Deliliah 1896 by stopdown1 on DeviantArt

[Inspiration] Les Dukhas, un peuple hors du temps

Les Dukhas sont un peuple nomade vivant au nord de la Mongolie. Ces nomades domestiquent des animaux particuliers. En effet, ils dépendent entièrement des rennes qu’ils apprivoisent. Ils les utilisent pour leur lait et leur fourrure, mais aussi pour le transport et la chasse.

Grâce au travail du photographe Hamid Sardar-Afkhami, qui a récemment rendu visite à la tribu au cours d’un de ses reportages, on a la chance de pouvoir découvrir cette population tout simplement extraordinaire !

Source: www.demotivateur.fr

La planète Terre recèle encore des trésors. Qu’il est agréable de se rendre compte que certaines choses sont réelles et non pas issues de notre imagination trop fertile.

Mais pour combien de temps encore ?

Jeu de rôle, sexualité, background et perversions (épisode 1)

Cet article est un complément au dossier Sex, Drugs and Rock ‘n’Rôle.

Quelques mises au point :

Jeu de Rôle :

Nous traiterons dans cet article uniquement de l’aspect « Jeu de Rôle Ludique », dit aussi « Jeu de rôle sur table », et pas non des jeux de rôle érotique (ou jeux de rôle sexuels) qui peuvent se pratiquer entre adultes…

Background (toile de fond) :

Dans le cadre d’une partie de jeu de rôle classique, avec des joueurs matures, expérimentés et qui sont capable de faire du roleplay avec le recul nécessaire… Il serait possible d’intégrer des éléments de background dans l’histoire des personnages plutôt inhabituels.

Vous notez toutes les précautions prises dans ce paragraphe ? Oui, il en faut, car dans les jeu de rôle classiques, quand il n’y a pas de notions de « désir » entre les joueurs, il serait assez étrange de faire intervenir ces mêmes notions entre les personnages. Il faut que les joueurs soient capables de jouer un rôle, sans qu’il y ait de malaise qui s’installe à la table. De toute façon, dans le doute, il faut s’abstenir.

La perversion désigne, dans un sens général, l’inclination à des conduites considérées comme « déviantes » par rapport aux règles et croyances morales d’une société. En psychiatrie, le terme se réfère la plupart du temps à des conduites immorales ou amorales considérées comme déviantes.

Et cet article n’est absolument pas un article d’infos médicales !

Sexualité et Perversions

De nombreux jeux de rôle prennent en considération le fait que les personnages puissent avoir des « faiblesses » ou des « handicaps« . Ce sont des éléments de background qui ont une influence sur la mécanique du jeu en donnant des malus aux personnages ou encore créent des interactions plus ou moins faciles avec les autres. Ce qui peut donner de moments très sympas de jeu (et surtout) de roleplay… Cela a aussi une influence sur l’intrigue et la façon dont elle peut avancer…

Personne n’est parfait, et ce n’est pas ce bon Sigmund Freud qui dira le contraire. Et que serait le monde sans ces petites déviances sexuelles qui rendent les samedis soir si passionnants.

A petites doses c’est amusant, mais à haute densité, on tombe sur des personnalité psychopathe ou psychotique. Ce genre de perversion, on n’en à pas qu’une, en général, on cumule…

Notez qu’en fonction de la période de l’Histoire jouée, ou de la société, certaines de ces « perversions » pourraient très bien être considérées comme normales… Donc ne plus être des perversions…

En fonction du jeu, vous pouvez qualifier la déviance en question, de « mineure » ou « majeure », en fonction de l’impact sur le comportement du personnage.

Comment utiliser ces « déviances » ?

En s’inspirant des règles du jeu de rôle James Bond 007.

Ainsi, une « faiblesse » (ou déviance, ou perversion) va apporter des bonus lors de la création du personnage, mais en contrepartie, la faiblesse peut être un facteur de distraction pour le personnage. Et le personnage risque de subir des pénalités ou des limitations lors de ses choix en raison de sa Distraction.

Chaque fois qu’une déviance intervient dans le jeu, le personnage doit obtenir la réussite d’un jet de Volonté (ou autre caractéristique appropriée selon le jeu). Si le jet est une réussite, le personnage a évité de se laisser aller à la Distraction. Un malus peut être appliqué en fonction de l’importance du stimulus auquel il est soumis.

Si le personnage réussi, il n’est pas distrait, et reste donc libre de ses choix. S’il échoue, il se trouvera limité dans ses choix, et par exemple préférera se laisser aller à déviance, et ainsi peut-être se mettre en danger.

Exhibitionnisme

« … Hopla ! Regardez le petit oiseau va sortir !« 

L’exhibitionniste a gout prononcé pour le démonstratif, il adore se montrer, mais pas d’une manière classique, oh que non  ! Il recherche à se faire voir, à s’offrir le plus possible. L’exhibitionniste (mâle ou femelle plus rarement) est la plupart du temps un grand refoulé, ou au moins un grand timide (« dis bonjour à la dame ! »). Une timidité qui l’empêche de s’extérioriser comme il se doit et d’apparaître sous son vrai jour. Comment ça se présente ? L’exhibitionniste se déshabille toujours le premier (c’est une convention de base). Comme l’indique cet extrait d’article de psychoweb

www.psychoweb.fr

Comme indiqué ci-dessus, l’exhibitionniste est presque exclusivement masculin, bien que des cas d’exhibitionnisme féminin puissent être rencontrés. Dans la majorité des cas, l’homme se montre en érection à des adolescentes ou des femmes adultes.

L’exhibitionniste cherche souvent avant tout à choquer ses victimes. Dans le fantasme ou dans l’acte, l’idée d’impressionner ou d’effrayer augmente l’excitation, voire, y est nécessaire. L’excitation sexuelle est régulièrement visible pendant l’exposition, et un acte masturbatoire a généralement lieu pendant ou après.
Cependant, l’exhibitionniste se tient généralement à distance, de façon à être vu mais sans rechercher de contact plus étroit. Néanmoins, les exhibitionnistes les plus agressifs peuvent succomber au désir d’approcher leur victime ou de forcer une relation avec elles.

Les exhibitionnistes ne cherchent pas vraiment à cacher leur identité ni leur crime. Ils répètent leurs comportements dans de mêmes lieux, qui, bien que publiques, sont choisis de manière à n’atteindre que la victime (lieux publiques calmes, voitures, couloirs ou ruelles) et à des horaires similaires. Certains sont soulagés lorsqu’ils sont arrêtés.

exhibitionnisme au moyen age
Une exhibitionniste découvre son sexe devant un homme, gravure du XIII ème Siècle

Je vous recommande la lecture des quelques extraits disponibles de l’ouvrage ci-dessous. Cela vous donnera une idée de la façon dont on considérait la vue d’un corps nu au moyen-âge… Et au passage, cela donnera aussi une idée de ce que l’on peut penser des héroïnes de med-fan qui sont vêtues d’armures minimalistes… Elles auraient une amende, seraient chassées de la ville, ou pire emprisonnées…

Notez aussi que dans la plupart des univers de med-fan, le fait pour un personnage de se promener au combat (ou au repos) avec une armure minimaliste pourrait être un des effets secondaire d’une personnalité exhibitionniste. Ce qui peut assez vite le mettre (la mettre) en danger, s’il n’a pas de pouvoirs magiques…

Le voyeurisme

« ... Pousses-toi, je vois rien ! »

Le voyeurisme pervers se fait toujours au dépend des personnes qui en sont l’objet, le voyeur (ou la voyeuse) étant soigneusement dissimulé(e)… Les trous de serrures, les portes entrebâillées, les fenêtres de l’immeuble d’en face attirent irrésistiblement les voyeurs patentés. Bref le plaisir ne passe que par la vision ou l’ouïe…

Pas très gênant ? Pas de quoi alimenter un background ?

Et que pensez-vous de Fenêtre sur cour le film de Hitchcock ? Ou comment la curiosité (malsaine ?) peut mettre quelqu’un en très mauvaise posture.

Fenetre sur courUne analyse particulièrement orientée du film peut donner ceci :

[…le film met en scène le voyeurisme ou, pour reprendre le terme utilisé par Laura Mulvey, le regard « scopophilique » (le plaisir de regarder). « Il s’agit d’une pulsion sexuelle indépendante des zones érogènes où l’individu s’empare de l’autre comme objet de plaisir qu’il soumet à son regard contrôlant. » Immobilisé par un plâtre à la jambe, un reporter photographe passe son temps à observer au téléobjectif ses voisins d’en face. Il y observe un catalogue de comportements, d’histoires ayant pour point commun l’amour.[…]

Le fétichisme

« J’veux du cuir »

L’image d’Epinal veut que le fétichiste soit un collectionneur de petites culottes, mais ce n’est pas très vrai (pas que ça). Le (ou la) fétichiste a besoin de certains objets ou accessoires vestimentaires pour avoir du plaisir, mais son « obsession » peut se fixer sur une musique, une odeur, une partie du corps ou un lieu.

Fétichisme des objets :

  • Chez le fétichiste, l’ excitation sexuelle est provoquée par la vue et/ou le toucher de l’objet ou de la partie spécifique du corps qu’il s’est choisi. Ces objets, incluant notamment chaussures et vêtements (lingerie féminine), provoquent une excitation chez certains individus car ils sont intimement associés au corps humain.

Les vêtements ou uniformes

  • Le fétichisme, en tant que passion des étoffes, est souvent lié à certaines matières – il concerne notamment le cuir, le latex, la fourrure, la laine ou l’élasthane – lycra (fétichisme du vêtement moulant). Le fétichisme des vêtements est rencontré dans la vie quotidienne avec différents types de vêtements, des vêtements moulants : pulls en laine, sous-pull à col roulé, body, top, catsuit, des sous-vêtements. Ce fétichisme devient « fétichisme sexuel » lorsque la vue de cette matière, de ce type de vêtement, provoque une excitation sexuelle.
  • Le fétichisme de l’uniforme revêt une forme particulière, car il est souvent induit par une pulsion et un scénario, qui appartiennent en général à la thématique BDSM. L’uniforme à ce moment-là peut ne servir qu’à la mise en scène du jeu de rôles (pas les jeux de rôle sur table !).

Les Mord-Siths peuvent être de ces personnages qui se servent du fétichisme et des rapports BDSM (Bondage et discipline, domination et soumission, sado-masochisme).

Les Mord-Siths sont une catégorie de personnages fictifs décrits dans le cycle de L'Épée de vérité de Terry Goodkind.
Les Mord-Siths sont une catégorie de personnages fictifs décrits dans le cycle de L’Épée de vérité de Terry Goodkind.

A suivre…

[Inspirations] Comment écrire un scénario de cinéma de A à Z

Le jeu de rôle c’est pas de la littérature… c’est plutôt du cinéma ! Donc, voilà un que je vous recommande vivement : www.-buzz.com et plus particulièrement l’article récapitulatif : « Comment écrire un scénario de a à z ! »

Vous y trouverez beaucoup, mais alors beaucoup de conseils et d’astuces d’écrire pour le cinéma ou la télé. Et il n’y a rien qui ne ressemble plus à un scenar de jeu de rôle qu’un scénar de film. Donc, Meneur de Jeu foncez voir ce site… maintenant… tout de suite…

Le site Scénario-buzz est brillamment piloté par Nathalie Lenoir

Nathalie Lenoir est scénariste (cinéma/TV) membre de la Guilde Française des Scénaristes, blogueuse et écrivain. Elle a rédigé des articles pour de nombreux sites web et pour la presse papier, notamment les revues Synopsis, Ciné-Studies et La Gazette des Scénaristes.

Le Scooby-gang Vs Apocalypse Zombie !

Jeff Zoet (prononcez Zoot) est un photographe de talent, vous n’avez qu’a admirer les magnifiques photos qu’il a fait du célèbre Scooby Gang. Et oui, imaginez un peu nos enquêteurs favoris, Sami, Fred, Daphné, Vera et Scooby-doo s’ils devaient affronter un invasion de zombies un peu comme dans Walking Dead.

Scooby-doo le Dogue Allemand

Samy

Le gang

Salon du Tatouage de Perpignan 2013, 14 et 15 Septembre

14 septembre 2013
11 h 00 minau23 h 00 min
15 septembre 2013
11 h 00 minau20 h 00 min

Le premier salon du tatouage de Perpignan aura lieu le week-end du 14 et 15 septembre 2013 au Parc des expositions de Perpignan  » le satellite » ( Avenue du Palais des Expositions ). Cette convention de tatouage et piercing est organisée par Anchor Tattoo Association. Cette association a pour but de promouvoir et de démocratiser l’art corporel, à savoir le tatouage et le piercing ainsi que le street art et la custom culture. Le site de l’association : http://www.perpignantattoo.com/.

Au programme du salon :

La présence de plus de 150 artistes tatoueurs, et vous pourrez même vous faire tatouer sur place, en prenant rendez-vous à l’avance avec les artistes (voir conditions sur le site officiel et la page facebook).

Bijoux, Vêtements et accessoires, défilés de Pin-up, exposition de voitures anciennes, fresque GRAFF… Et plein d’autres choses…

Retenez bien les tarifs et les horaires  :

Par jour : 10 €, le Pass weekend est à 15 €. Attention les entrées sont vendues sur place le jour de la convention, pas de pré-ventes, gratuit pour les enfants de moins de 14 ans.

Samedi 14 septembre : 11h00 – 23h00 et Dimanche 15 septembre : 11h00 – 20h00

Parking gratuit et Bar et Snack sur place.

affiche-salon-tatouage

[écrire du jeu de rôle] 36 situations dramatiques

En 1916, Georges Polti expose sa théorie des 36 situations dramatiques selon laquelle il existe, pour tout type de scénario, 36 situations dramatiques de base. Des situations que tout Meneur de Jeu devrait avoir sous la main lors de la création de ses scenarii et autres intrigues.

Implorer : un personnage en péril implore qu’on le tire de l’embarras.

Sauver : un personnage se propose pour en sauver un ou plusieurs autres.

Venger un crime : un personnage venge le meurtre d’un autre personnage.

Venger un proche : une vengeance au sein d’une même famille.

Être traqué : un personnage doit s’enfuir pour sauver sa vie.

Détruire : un désastre survient, ou va survenir, à la suite des actions d’un personnage.

Posséder : un désir de possession (un bien, un être, etc.) contrevenue.

Se révolter : un personnage insoumis se révolte contre une autorité supérieure.

Être audacieux : un personnage tente d’obtenir l’inatteignable.

Ravir ou kidnapper : un personnage kidnappe un autre personnage contre sa volonté.

Résoudre une énigme : un personnage essaie de résoudre une énigme difficile.

Obtenir ou conquérir : un personnage principal essaie de s’emparer d’un bien précieux.

Haïr : un personnage voue une haine profonde à un autre personnage.

Rivaliser : un personnage veut atteindre la situation enviable d’un proche.

Adultère meurtrier : pour posséder son amante, un personnage tue son mari.

Folie : sous l’emprise de la folie, un personnage commet des crimes.

Imprudence fatale : un personnage commet une grave erreur.

Inceste : une relation impossible entre proches.

Tuer un des siens inconnus : un personnage tue un proche sans le savoir.

Se sacrifier à l’idéal : un personnage donne sa vie pour un idéal.

Se sacrifier aux proches : un personnage se sacrifie pour sauver un proche.

Tout sacrifier à la passion : une passion se révèle fatale.

Devoir sacrifier les siens : pour un idéal supérieur, un personnage sacrifie un être proche.

Rivaliser à armes inégales : un personnage décide d’affronter un autre plus fort que lui.

Adultère : un personnage trompe un autre personnage.

Crimes d’amour : un personnage amoureux s’égare et commet un crime.

Le déshonneur d’un être aimé : l’être aimé se livre à des activités répréhensibles.

Amours empêchés : un amour est entravé par la famille ou la société.

Aimer l’ennemi  : un personnage en aime un autre même s’il est son ennemi.

L’ambition : un personnage est prêt à tout pour concrétiser son ambition.

Lutter contre Dieu : un personnage est prêt à affronter Dieu pour assouvir son ambition.

Jalousie : mépris et jalousie amènent un personnage à poser des actes regrettables.

Erreur judiciaire : un personnage est injustement accusé et condamné.

Remords : rongé par la culpabilité, un personnage a des remords.

Retrouvailles : après une longue absence, des personnages se retrouvent ou se reconnaissent.

L’épreuve du deuil : un personnage doit faire le deuil d’un personnage aimé.

De mémoire, il ne me semble pas que la plupart des scénar de jeu de rôle classique utilisent la moitié des ces situations, dommage.

Le livre original de Polti est aujourd’hui introuvable, mais un auteur français a repris en 2005 ces situations en les illustrant par l’exemple (350 films) dans un livre : »Leçons de scénario  Les 36 situations dramatiques« 

leçon36Auteur : Marie-France Briselance
Editeur(s) : Nouveau Monde
ISBN : 2-84736-180-4
Date de publication : 21/09/2006
Langue : Français
Format : Broché – 360 p