[Cthulhu] Thompson : La Tommy Gun durant les années 20 et 30

Un petit post sur notre page Facebook au sujet d’un article de scriiipt.com traitant des armes a permis de démarrer une discussion passionnante sur les armes… et particulièrement la Thompson. Voici donc un article détaillé sur l’histoire de ce pistolet-mitrailleur Ô combien iconique des années 20 ou 30.

Le point de départ

Une histoire de la mitraillette Thompson

Les origines : L’inventeur

Guerre Hispano-Américaine
John T. Thompson (1860-1940)

L’inventeur de l’arme qui allait être connue sous le nom de mitraillette Thompson est John T. Thompson. Militaire de carrière, il s’est fait remarqué lors de la guerre Hispano-Américaine (1898) par sa remarquable gestion des transports de munitions.

Le Colonel Thompson a par la suite supervisé le développement du fusil Springfield 1903 et a présidé la commission d’adoption du Pistolet Automatique Colt 1911… Pour ce dernier, il a conçu des tests inhabituels consistant à tirer sur des cadavres humains (des gens qui avaient fait don de leur corps à la science ?) et du bétail vivant pour évaluer l’efficacité des munitions.

Première Guerre Mondiale

Lorsque la Première Guerre mondiale a commencé en Europe en 1914, John Thompson avait de fortes sympathies pour la cause alliée. Mais étant donné que les États-Unis n’étaient pas entrés immédiatement dans la guerre et parce qu’il reconnaissait un besoin important d’armes légères en Europe (ainsi qu’une opportunité de faire un profit substantiel), Thompson prit sa retraite de l’armée en novembre 1914 et accepta un emploi comme Ingénieur en chef de la Remington Arms Company. Avec cette société, il a supervisé la construction de l’usine Eddystone à Chester, en Pennsylvanie, alors la plus grande usine d’armes légères au monde. On y fabriquait des fusils Pattern 1914 Enfield pour les forces britanniques et des fusils Mosin-Nagant pour la Russie.

A partir de 1916, avec la guerre de tranchées qui changeait considérablement les tactiques militaires habituelles, Thompson a de nouveau expérimenté des armes légères automatiques, cette fois-ci dans le but de concevoir une arme que les troupes pouvaient utiliser pour dégager une tranchée ennemie – ce qu’il appelait un  » Balai à tranchée  » (trench broom).

John T. Thompson
John T. Thompson

Lorsque les États-Unis sont finalement entrés dans la guerre en 1917, Thompson est retourné à l’armée et a été promu au rang de brigadier général. Il a occupé le poste de directeur des arsenaux pendant toute la durée de la guerre, dans la mesure où il supervisait toute la production d’armes légères pour l’armée. Il s’est retiré à nouveau après la guerre, en décembre 1918, et il est revenu au travail en perfectionnant le « Tommy Gun ».

Entre les deux Guerres Mondiales

Thompson a décidé d’utiliser les mêmes munitions de calibre 45 dans la mitrailleuse Thompson que celles qu’il avait examiné pour être utilisées dans le Colt M1911. L’arme a été brevetée en 1920, mais la principale source de contrats s’est tarie avec l’armistice. Thompson a donc commercialisé l’arme aux forces de maintien de l’ordre, qui l’ont acheté dans des quantités respectables. Cependant, en 1928, les faibles ventes avaient conduit la société à une crise financière, et Thompson a été remplacé à la tête de la Compagnie (Auto-Ordnance Company).

Les différentes versions de la mitraillette Thompson

La Thompson M1921A

Entre 1921 et 1922, la Colt’s Firearms Manufacturing Company, à Hartford, Connecticut a fabriqué 15 000 Thompson Model  1921A pour l’Auto-Ordnance Corporation. Les crosses et les poignées étaient fabriquées par Remington U.M.C. L’arme avait une finition soignée et couteuse, et était vendue 200 $ (ce qui est très cher pour l’époque).

Thompson M1921A – calibre 45ACP – poids à vide : 4.69 kg – longueur : 83 cm – peut tirer des rafales de 10 coups – chargeurs droit de 20 ou 30 coups – chargeur à tambour de 50 ou 100 coups.

C’est cette arme qui va être rendue célèbre durant la période de la prohibition par les gangsters et les policiers.

Des publicités d’époque pour la Thompson
La Thompson m1923

En 1923, sort un second modèle sous la dénomination M1923 et il s’agit d’une tentative ratée d’accroitre la portée de l’arme en le dotant d’un canon plus long, d’un bipied et d’une munition dédiée plus puissante, le .45 Remington-Thompson. L’idée étant de concurrencer le fusil-mitrailleur BAR auprès de l’US Army… ben non, raté, l’armée n’en voudra pas.

La Thompson M1921AC

A partir de 1926 le M1921A sera suivi du M1921AC, un modèle équipé d’un frein de bouche (Cutts Compensator) afin de réduire les effets du recul et le relèvement de l’arme dans le cas de tir en rafale. L’arme est elle toujours dotée d’une crosse d’épaule amovible et d’une seconde poignée pistolet placée sous la garde. Le modèle M1921AC est désormais vendu au prix de 200 $ et le modèle M1921A à 175 $.

Thompson M1921AC avec son chargeur de 20 coups et le frein de bouche au bout du canon
La Thompson M1927

En 1927, une version semi-automatique (c’est à dire ne pouvant pas tirer en rafale !) dérivée du modèle M1921 en quelques exemplaires, sort pour alimenter le marché civil sous le nom de M1927. En fait, il s’agit d’un M1921 modifié, et il était facile de faire la modification inverse pour en faire une arme capable de tirer en automatique en changeant le mécanisme interne. La plupart des M1927 acquis par la police subirent cette modification inverse.

La Thompson M1928

Avec le modèle 1928 (M1928) il s’agit de la première fois que la Thompson sera largement utilisée par les forces militaires, avec la Marine américaine (US Navy) et le Corps des marines américain (US Marines Corp) comme acheteurs principaux dans les années 1930. Le Modèle 1928 original était un modèle 1921 avec une cadence de tir ralentie, une exigence de la marine américaine. Sur ces armes, le numéro de modèle « 1921 » a été mis à jour en ajoutant un « 8 » sur le dernier « 1 ». Le Navy Model 1928 a plusieurs noms parmi les collectionneurs : le « Colt Overstamp », « 1921 Overstamp », « 28 Navy », ou juste « 28N ».

Thompson M1928 avec un chargeur tambour de 50 coups

En 1928, « Federal Laboratories Inc » a repris la distribution des Thompson. Le prix à cette époque était de 225 $ par arme (équivalant à 3 138 $ en 2016), avec 5 $ par chargeur-tambour de 50 coups et 3 $ pour un chargeur de 20 coups.

Page du Catalogue n°34 de Federal Laboratories

La Thompson M1921 à l’usage

Les modèles M1921A ont été vendus en petites quantités à  l’United States Postal Inspection Service (pour protéger le courrier) et au corps des Marines. En 1926, au plus fort de la prohibition, des Marines armés de Thompson seront affectés à la protection du courrier pour éviter les vols avec violences qui se faisaient de plus en plus nombreux.

Des US Marines, dont un avec une Thompson M1921, montantla garde devant un avion de l’US Mail Express pendant que les colis sont chargés dans le Curtiss Model 40. Source : hickeysite.blogspot.com

D’autres ventes seront faites à plusieurs services de police des États-Unis et aussi des ventes internationales mineures à diverses armées et forces armées, principalement en Amérique centrale et du Sud.

Les Marines utilisaient leurs Thompsons dans les Banana Wars (Guerre des Bananes… le nom est rigolo, la réalité l’est moins) et en Chine. L’arme était populaire auprès des Marines comme une arme de défense ponctuelle pour contrer les embuscade des guérilleros nicaraguayens. Ainsi une équipe de quatre hommes avait autant de puissance de feu qu’une équipe de neuf hommes armés de fusils. Les principales plaintes contre les Thompsons étaient  : le poids excessif, l’imprécision à plus de 50 mètres et le manque de puissance de pénétration de la cartouche 45 ACP.

US Marines au Nicaragua, l’un d’entre-eux a une Thompson M1921. Image source: sandinorebellion.com

Guerre Civile Irlandaise

Certains des premiers lots de Thompsons ont été achetés en Amérique par des agents de la République d’Irlande, notamment Harry Boland. Le premier test d’une Thompson en Irlande a été effectué par le commandant de la brigade West Cork, Tom Barry, en présence du leader de l’IRA, Michael Collins. Au total, 653 armes ont été achetées, mais 495 ont été saisis par les autorités douanières américaines à New York en juin 1921. Les autres ont fait leur chemin vers l’armée républicaine irlandaise via Liverpool et ont été utilisées au cours du dernier mois de la guerre d’indépendance irlandaise ( 1919-21). Après une trêve avec les Britanniques en juillet 1921, l’IRA a importé plus de Thompsons et elles ont été utilisés dans la guerre civile irlandaise suivante (1922-23). Ces armes n’ont pas été jugées très efficaces en Irlande ; Dans seulement 32% des actions où l’arme a été utilisée, la Thompson a causé de des pertes (mort ou blessure grave).

En 1934, le FBI va acquérir des Thompson après la tuerie de Kansas City.

« Le massacre de Kansas City » : la fusillade et le meurtre de quatre agents et d’un fugitif criminel au dépôt ferroviaire de la gare de Kansas City, dans le Missouri, le matin du 17 juin 1933. Cet évènement s’est produit dans le cadre de la tentative du gang  de Vernon Miller pour libérer Frank « Jelly » Nash, un prisonnier fédéral. À l’époque, Nash était sous la garde de plusieurs policiers qui l’escortaient jusqu’au pénitencier de Leavenworth, au Kansas, d’où il s’est échappé trois ans plus tôt.

Avant cet événement, les agents de Hoover n’avaient pas le pouvoir de porter des armes à feu (bien que certains agents le faisaient de leur propre chef) et de faire des arrestations (ils pouvaient faire une «arrestation citoyenne», puis appeler un US Marshall ou un agent de la police locale), mais un an plus tard, le Congrès a donné l’autorisation légale au FBI pour le port d’arme et de faire des arrestations (en mai et juin 1934). En 1935 Le FBI a acquis ses premières mitraillettes Thompson (115) et des fusils Winchester modèle 1907.

J. Edgar Hoover, directeur du FBI qui essaye une Thompson

La célébrité des Thompson

Les Tommy Gun étaient très populaires dans les films de l’époque. Les spectateurs étaient vraiment emballés de voir chaque semaine au cinéma leurs stars préférées habillées avec des chapeaux en feutre et des costumes rayés armés de Thompsons. La même année où les agents du FBI ont commencé à porter des armes, Hollywood a adopté le Code Hays. Ces lignes directrices de l’industrie cinématographique spécifiaient, entre autres, que seuls les membres des forces de l’ordre pouvaient être présentés à l’écran avec des mitrailleuses. Les Tommy Gun allaient donc plutôt aider les G-Men que les escrocs. Depuis les années 1930, Thompson est apparu dans plus de mille films et émissions de télévision.

La faillite

En 1929, Auto-Ordnance était au bord de la liquidation. La société avait vendu seulement 10 300 armes et avait plus de 2 millions de dollars de dettes. L’affaire n’a été sauvée que par le refus obstiné du fils de Thompson de fermer. L’entreprise a lutté pendant des années jusqu’à l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale, à ce moment-là, de nouvelles commandes sont arrivées.

Tommy s’en va-t-en guerre

John Thompson est décédé le 21 juin 1940. Quelques semaines plus tard, le gouvernement des États-Unis a effectué les plus grandes commandes jamais enregistrées pour l’arme. Avec l’Europe déjà en guerre et l’entrée de l’Amérique dans le conflit,  Washington avait besoin de dizaines de milliers d’armes à feu pour ses GI. Finalement, plus de 2 millions de Thompson sont sorties des chaînes de montage.

Jeu de rôle, Thompson et Appel de Cthulhu

Dans les années 20 et 30, il semble évident que la Thompson est un arme emblématique. Si l’arme n’est pas une arme courante, elle est néanmoins déjà célèbre. Les Thompson sont des armes chères, impressionnantes dans leur usage et aux mains de criminels endurcis, terriblement efficaces.

L’investigateur qui achète une Thompson est donc soit un agent des forces de l’ordre, soit un criminel… et avec des moyens financiers suffisants. Et acheter une telle arme, c’est parce que l’on pense que l’on va avoir à faire à une forte opposition.