Gladiatrice, une activité réservée aux femmes

Durant la période de la République et de l’Empire Romain (en gros de 500 av JC à 476 ap JC), les gladiatrices (gladiatrix au singulier) sont l’équivalent féminin des gladiateurs. Des combattants armés se battant en duel contre d’autres combattants (munera), ou contre des animaux (venationes), et ce afin de divertir les spectateurs dans les arènes.

Les gladiateurs sont l’équivalent antique des athlètes et sportifs d’aujourd’hui, avec pour spécialité : les sports de combat. De nos jours, certains se passionnent pour la boxe, le kickboxing, le free fight, ou encore le catch ou même la tauromachie, dans l’antiquité c’était pour les jeux  du cirque et les combats de gladiateurs.

Gladiatrices : Des femmes dans l’arène !

Et il faut savoir que les athlètes n’étaient pas uniquement que des hommes, des femmes aussi se sont battues dans l’arène.

La mention de gladiatrices apparait à l’époque d’Auguste (empereur de Rome de 27 av. J.-C. au 14 apr. J.-C.). Néron en fait des spectacles à part entière. L’empereur Domitien en 88, instaure des combats nocturnes de gladiatrices, à la lueur de torches, qui avaient beaucoup de succès. La gladiature féminine prend fin (officiellement) en l’an 200 à la suite de l’interdiction promulguée par l’empereur Septime Sévère.

Gladiatrix_relief
Relief de deux gladiatrices trouvé à Halicarnasse. Le bas-relief montre deux combattantes, Achillia et Amazonia, en Provocatores. Les deux femmes se font face en position de garde, nues têtes.

Déjà en l’an 19 sous le règne de Tibère un décret sénatorial est promulgué qui entre autres interdit à toute personne liée par une parenté avec les sénateurs d’apparaître sur scène habillée en gladiateur : Le décret dont une partie nous est parvenu gravé sur une tablette en bronze connue sous le nom de Tabula Larinas, cite un précédent décret de l’an 11 qui interdisait aux jeunes de moins de vingt ans de s’exhiber dans l’arène. Le contenu implique implicitement que certaines femmes participaient à des duels dans l’arène.

Textes et Témoignages antiques sur les Gladiatrices

Pendant l’Antiquité, Rome a connu de nombreux combats de gladiateurs mais le public romain a également assisté à des combats de gladiatrices. Mark Vesley, historien spécialiste de la société romaine pense que l’école de gladiature n’était pas un endroit idéal pour les femmes qui ont dû être probablement formées par des tutors dans les collegia iuvenum.

Ces écoles étaient destinées à la formation aux arts martiaux des hommes des classes supérieures et d’âge supérieur à 14 ans, mais Vesley a trouvé trois références concernant des femmes qui ont fréquenté ces endroits dont une qui est morte. Une inscription précise : « aux formes divines de Valeria Iucunda, qui appartenait au corps des iuvenes. Vécut 17 ans et 9 mois « .

Gladiatrice victorieuse brandissant une sica – musée de Hamburg
L’étude de combats de gladiatrices se heurte à l’obstacle du manque de sources qui en donnent témoignage. Les preuves écrites qui nous parlent de ces femmes se réduisent à dix fragments littéraires et une inscription épigraphique.
Le paysage est encore plus désolé pour les sources graphiques, puisqu’un bas-relief trouvé à Halicarnassus est la seule représentation que nous avons de gladiatrices.
Pourtant, ceci est le cas parce que les chercheurs ont pu ne pas interpréter correctement quelques autres œuvres artistiques que nous avons de la période romaine. Dans cet article, une statuette de bronze, actuellement gardée au Musée für Kunst und Gewerbe de Hambourg et que les chercheurs ont traditionnellement considéré comme la représentation d’un athlète féminin tenant une petite pelle, dépeigne en réalité une gladiatrice (plus spécifiquement une thraex, un type de gladiateur qui se battait avec un petit poignard courbé, une arme qui, pour un œil non formé, peut être confondu avec une petite pelle).
Source : www.researchgate.net

La présence de femmes au cœur de l’arène est attestée par quelques auteurs comme Suétone, Tacite, Pétrone ou Juvénal (qui se moqua des participantes dans Satires).

Dans « Vie des douze Césars » Suétone écrit que l’empereur Domitien a offert des venationes et des spectacles de gladiateurs nocturnes, à la lumière de torches, comprenant des combats entre hommes mais aussi entre femmes ; Dion Cassius ajoute que pendant les combats nocturnes il jetait parfois dans l’arène des nains et des femmes qui combattaient l’un contre l’autre. D’après les peintures murales, il semblerait que les gladiatrices combattaient seins nus et qu’elles portaient rarement le casque.

En 1932 dans son film « Le Signe de la Croix » Cecil B. DeMille met en scène des femmes dans l’arène sous le règne de Néron.

Ces gladiatrices donc se sont battues contre des animaux et les unes avec les autres. Elles se battaient donc torse nu, mais quelques unes portaient des armures lourdes. Il n’y a pas beaucoup d’exemples d’art représentant les combattantes de cette période. Cette série de cartes postales du début du XXème siècle semble être une représentation assez précise, y compris le fait que beaucoup d’entre elles (comme les gladiateurs masculins) auraient été musclées et sportives (notez aussi que la nudité n’était pas inconnue dans l’arène).

Une grande partie des historiens modernes estiment que le spectacle de gladiatrices serait anecdotique, car les références antiques sont rares. Néanmoins l’écrivain Amy Zoll observe que la désinvolture montrée par les historiens antiques dans leurs rédactions pourrait être une preuve que ces combats « pourraient être bien plus nombreux que les témoignages directs rapportés ». Sur une inscription trouvée à Ostie un certain Hostilinianus se vante d’être le premier editor à montrer des gladiatrices en ville.

Pétrone dans Satyricon fait référence à un spectacle essedarius mettant en scène une femme combattant sur un char à la façon celtique se battant contre des hommes.

Tacite écrit dans Annales qu’en 63, dans un spectacle offert par l’empereur Néron apparaissent des hommes et des femmes, même de rang sénatorial aussi bien en bestiarii qu’en gladiatrices.

Cassius Dion écrit que pendant les jeux de 66, année des consuls de Caius Suetonius Paulinus et Caius Luccius Telesinus, Patrobius à Puteoli, l’odierne Pozzuoli, fit descendre dans l’arène devant Tiridate Ier d’Arménie des femmes et des hommes de couleur provenant d’Éthiopie et que les femmes prenaient également part aux venationes, combats contre des bêtes sauvages.

Martial parle aussi des gladiatrices sous Justinien. Il cite la lutte d’Hercule contre le lion de Némée représenté par une Mars féminine, ainsi que Stace qui définit comme nouveau luxe le sexe féminin entrainé à l’usage des épées et qui combattent des mâles castrés.

Juvenal dans les Satires parle de gladiatrices sous Flavius et Trajan qui s’entrainaient à frapper avec acharnement le palus, poteau matérialisant l’adversaire.

Septime Sévère en l’an 200 interdit aux femmes de pratiquer la gladiature, mais une inscription retrouvée à Ostie concernant les combats féminins laisse présager de l’inefficacité de l’édit.

Comment était la vie des gladiatrices ?

Pour répondre à cette question, il faut faire deux hypothèses :

  1. Si les femmes participaient en tant que gladiateurs, s’habillaient et se battaient de la même manière que les hommes, il faut supposer que les gladiatrices ont suivi des règles similaires aux gladiateurs masculins dans les arènes.
  2. Si les femmes suivaient les mêmes pratiques à l’intérieur de l’arène que leurs homologues masculins, elles auraient aussi essayé de suivre les mêmes pratiques de style de vie en dehors de l’arène. Cela aurait mis au défi les normes sociétales de l’époque.

Esclaves volontaires

Bien que la plupart des gladiateurs dans l’ancien monde romain fussent esclaves, certains étaient des volontaires (auctorati) qui ont volontairement prêté le serment du gladiateur « d’être brûlés, d’être lié, d’être battu, de mourir par l’épée » (uri, vinciri, uerberari, ferroque Necari). Les individus qui prêtent ce serment ont renoncé à leur liberté, et donc transfèrent leurs droits en tant que personnes libres (ou libérées) à leur nouveau propriétaire, qui pouvait faire d’eux ce qu’il voulait. Les raisons pour lesquelles des citoyens romains se portaient volontaires pour devenir des gladiateurs c’était que probablement parce qu' »ils pourraient être libérés de leur dette, ils pourraient gagner la renommée et la reconnaissance, et ils auraient leur subsistance garantie » (Coleman, 1998, p. 70).

En fin de compte, il semble que beaucoup de ceux qui se sont portés volontaires l’ont fait pour un gain financier. Par exemple, les propriétaires pouvaient exiger des redevances plus élevées pour les esclaves « vraisemblablement parce qu’ils ont montré un plus grand enthousiasme » (Grant, 1967, p.131). À leur tour, les gladiateurs enthousiastes pourraient profiter davantage de leur part des bénéfices supérieurs. Potter (1999) affirme que « même les gladiateurs esclaves ont conservé tout ou partie des prix qu’ils ont gagnés dans l’arène » (p. 312). Les ex-gladiateurs qui ont été incités à rentrer dans l’arène ont été lourdement payés, et l’empereur Tiberius devait offrir 1000 pièces d’or pour attirer un gladiateur libre dans l’arène (Grant, 1967).

Fait intéressant, les femmes qui sont apparues dans l’arène n’étaient pas toutes des esclaves ou des femmes de bas statut social qui ont besoin d’argent. Tacite rapporte que les femmes ayant un statut social considérable ont participé à des tournois de gladiateurs, évidemment pour l’excitation que cela pouvait provoquer et pour la notoriété, mais pas pour de l’argent, puisqu’elles étaient déjà membres de la classe riche.

La même année, des spectacles de gladiateurs ont été aussi magnifiques que ceux du passé. Beaucoup de dames de distinction, cependant, et les sénateurs, se déshonorèrent en apparaissant dans l’amphithéâtre (15.32).

En fait, le nombre de femmes qui « se précipitent pour se déshabiller dans l’amphithéâtre » était si important, que des lois ont été promulguées pour l’empêcher (Zoll, 2002, p. 103).

Bien que la foule de l’arène romaine ait apprécié les efforts des gladiatrices en tant que nouveauté, la société romaine dans son ensemble, considère tout de même cela inacceptable. Les gladiateurs étaient uniques à bien des égards. Alors qu’ils étaient considérés comme « les superstars de leur époque, désirés par les hommes et les femmes« , et en même temps paradoxalement, ils étaient aussi au plus bas du bas aux yeux de la société romaine et se trouvaient dans le « plus grand mépris » (Baker, 2000, p.3). C’était une chose pour un homme de statut social élevé de se déshonorer en apparaissant dans l’arène, mais « pour une femme noble de le faire était tout à fait en-deçà » (p.28).

L’école de gladiateurs

La vie pour le gladiateur typique impliquait d’être dans une école de gladiateurs (ludus). L’école était dirigée par un lanista. Les gladiateurs de l’école formaient une troupe (familia) et recevaient une formation dans l’art de la lutte par les doctores et les magistri, qui étaient probablement des anciens gladiateurs (Junkelmann, 2000).

La formation se faisait généralement avec des armes en bois. (Il a été jugé imprudent d’armer des guerriers esclaves avec des armes de métal aiguisées à la suite de la révolte de Spartacus en 73 avant notre ère.) Un chercheur suggère que les auctorati ont reçu leur formation, pas dans le ludi, mais par « instruction privée ou inscrite au collegium iuvenum » (Zoll , 2002, p. 33). Un autre croit que certaines femmes qui sont entrées dans l’arène ont reçu leur entraînement de leurs pères, qui étaient des gladiateurs libérés (Evans, 1991).

La mort de Spartacus par Hermann Vogel (1882)

Peu importe comment ils ont été formés, de nombreux types de gladiateurs, par exemple, murmillo, thraex, retiarius et secutor, se sont battus dans l’arène, chacun avec une armure et un armement spécialisés (Grant, 1967 ; Junkelmann, 2000 ; Widemann, 1992). Les gladiateurs étaient des combattants spécialisés. Rarement, les individus recevaient une formation dans plus d’un style de combat de gladiateurs, et ils ne se battaient généralement que deux à trois fois par an, comme un boxeur moderne (Coleman, 1998).

De plus, contrairement à l’opinion populaire, les gladiateurs ne se battaient généralement pas jusqu’à la mort. En fait, il était relativement rare qu’un gladiateur soit tué dans l’arène (Potter, 1999). La raison d’être en est simple : les gladiateurs valaient beaucoup plus d’argent vivants dans l’arène que morts.

Reconstitutions 3 D de la caserne des gladiateurs de Carnutum – copyright M.Klein / 7reasons

La vie quotidienne des gladiateurs dans leur caserne

Une école de gladiature, ludus gladiatorius, détectée en 2011 aux environs de Vienne (en Autriche dans la ville romaine de Carnuntum, a été virtuellement reconstituée en 2 D et 3D par une équipe d’archéologues autrichiens, allemands et belges.

La caserne de Carnutum pouvait héberger jusqu’à 50 -60 gladiateurs dans les cellules individuelles de 5 m². Si les esclaves et condamnés (les damnati) étaient enfermés dans cette caserne, les hommes libres entrés volontairement en gladiature  (les auctorati) pouvaient en sortir et avaient souvent un logement à l’extérieur de la caserne .

Les armes offensives étaient  stockées en lieu sûr, hors de portée des gladiateurs, mais le ludus de Pompei montre que des cellules vides pouvaient toutefois servir à stocker les équipements défensifs des différentes armaturae (casques , boucliers, protections….).

Dans les cellules, les hommes dormaient probablement sur de simples paillasses à même le sol, en l’absence de traces de literies. Les gladiateurs pouvaient avoir des femmes ou des concubines, souvent de conditions modestes, nommées péjorativement ludia (filles du ludus)

Le laniste emploie également du personnel pour s’occuper du bien être des gladiateurs:  pour les soigner , les nourrir, les entrainer, réparer ou ajuster leur équipement … Les textes antiques et découvertes archéologiques montrent que la nourriture des gladiateurs est dominée par les céréales et légumineuses (notamment orge, fèves, fruits secs…), et la viande occasionnelle.

Une discipline de fer et un entrainement quotidien rythmait la vie de la caserne. Les gladiateurs s’entrainaient, sous les directives d’un instructeur (doctores gladiatorium): outre des exercices pour maintenir la condition physique (athletisme, lutte..) ,  l’entrainement s’effectuait avec des armes de bois ; les débuts s’effectuait contre un poteau de bois ou un mannequin de paille, avant que les  gladiateurs ne se spécialisent vers une armatura. 

Tournois de gladiateurs

Le soir avant de se battre dans l’arène, les gladiateurs mangeaient dans un banquet public (cena libera) auquel la population locale a été admise. Le banquet n’était probablement pas qu’un cadeau symbolique du parrain (munerarius). Au lieu de cela, cela a probablement servi de forme de publicité pour l’événement du lendemain. Le soutien à cette thèse est fourni par l’inclusion des prisonniers condamnés lors de la fête.

Le matin du combat commençait par un défilé à travers l’amphithéâtre conçu pour attirer l’attention des spectateurs.

Généralement, les activités de la journée suivaient un schéma spécifique. Le matin impliquait la chasse aux bêtes (venatio ) ; Des exécutions de prisonniers condamnés ont lieu au milieu de la journée, généralement par des animaux (ad bestias) ; et enfin les combats de gladiateurs, le point culminant des événements de la journée, sont présentés pendant l’après-midi.

Le nombre de combats dépendrait entièrement du nombre de paires de gladiateurs programmées. Cependant, d’une manière générale, si le combat de gladiateurs devait durer le reste de la journée, entre dix et treize couples se battaient, avec une pause d’environ dix à quinze minutes (Potter, 1999).

Les combats étaient simplement des combats au corps à corps. Éventuellement, un des combattants se fatiguait ou se blessait, déposait son bouclier et donnait le signal de capitulation levant un doigt (ad digitum). L’arbitre intervenait, arrêtait le combat et reportait la décision du sort du gladiateur vaincu au munerarius. Il pouvait, sous l’influence de la foule, accorder missio, avoir le gladiateur tué, libérer un ou les deux gladiateurs. (Il faut souligner que tout cela a un coût financier considérable, car le munerarius n’avait loué que les gladiateurs du lanista. Par conséquent, la libération de l’esclave de quelqu’un d’autre lui coûterait beaucoup d’agent).

Avec le jugement du pouce (pollice verso) – en fait on ne connait la vraie signification du « pouce vers le haut » ou du « pouce vers le bas » – la décision du sort du gladiateur vaincu était prise. Si le gladiateur devait recevoir missio, il (ou elle) devait revenir au ludus pour se battre un autre jour. Si la mort devait être le résultat, le gladiateur gagnant délivrait le coup de grâce. L’octroi de la liberté, cependant, était plus élaboré. Le munerarius descendait dans l’arène et donnait une épée de bois (rudis) au gladiateur vainqueur, signalant que le gladiateur n’était plus un esclave, mais un homme libre (ou une femme libre) (Potter, 1999).

Une iconographie très sexy

L’image qui est véhiculée de la gladiatrice est souvent une image sexualisé de la combattante. Mais finalement pas plus sexualisée que l’image des gladiateurs ou des sportifs d’aujourd’hui en général. Les combats dans les arènes sont des spectacles faits pour distraire, faire rêver, occuper, détourner l’attention, calmer le public (de l’antiquité romaine, mais pas que)…

Pepsi, dans cette publicité, reprenait les poncifs les plus courants attribués aux femmes dans l’arène : jeunes, jolies, peu habillées, sexy…

Et oui, les gladiateurs (et gladiatrices) devaient aussi assurer le spectacle, et réussir à plaire à la foule, leur vie en dépendait. Les protections et armes que les gladiateurs (et gladiatrices) utilisaient étaient certes fonctionnels, mais aussi esthétiques qu’imparfaits. Les protections étaient limitées à certaines parties du corps, uniquement un bras, une jambe ou les deux, un casque parfois. Et parfois ce casque limitait la vision. En fait parce que tout était tournée vers le spectacle et pour mettre en scene la dangerosité des combats. Les gladiateurs étaient aussi sensés reproduire des combattants d’autre contrées ou d’autres époques.

Curieusement en écrivant cet article c’est justement sur ce dernier point que je me demande si notre imaginaire collectif n’est pas ancré. En effet l’imagerie du barbare d’Heroic fantasy se battant torse nu ou juste avec des morceaux d’armures ressemble beaucoup au gladiateur. Et ce qui fonctionne avec le gladiateur va de même avec son équivalent féminin. Bikini en maille, armure réduite au minimum etc… Mais c’est logique car c’est pour du spectacle. S’ils avaient eu le choix, nul doute qu’ils auraient préféré se battre correctement protégés.

L’artiste illustrateur coréen JeeHyung lee signe ici une gladiatrice face à des tigres dans une arène.
L’entrée dans l’arène des gladiatrices dans le film « The Arena » avec Pam Grier

Fiction (Les Gladiatrices au cinéma)

Les gladiatrices (« Thor And The Amazon Women », « Women Gladiators » – peplum d’Antonio Leonviola, 1964)

Au cours de la préhistoire, le royaume de Babylos, en Afrasie, a été conquis par une tribu de femmes guerrières sur laquelle règne une reine noire dont le passe-temps est de voir des gladiatrices s’entr’égorger, tandis que les hommes sont réduits à l’esclavage. Tamar, fille du roi vaincu et tué, et son jeune frère, Hamok, sont capturés un jour par ces Amazones ; la jeune fille est envoyée à l’école des gladiatrices et Hamok au camp des  » enfants d’Etat « , d’où il ne tarde pas à s’évader grâce à une toute jeune gladiatrice, Louleh, avec qui il rejoint le vieux roi des Bergers qui l’a élevé.

La Révolte des gladiatrices (« La rivolta delle gladiatrice », « La révolte des vierges », « Naked Warriors » – peplum de Steve Carver, 1973)

Bodicia et Mamawi vivaient sans se connaître dans deux provinces romaines bien éloignées l’une de l’autre. Elles sont capturées puis vendues comme esclaves à Timarchus, un organisateur de combats de gladiateurs. Elles sont, avec d’autres captives des quatre coins de l’Empire, les maîtresses contraintes de ces derniers la veille des combats et sont aussi employées pour diverses tâches domestiques. Mais Timarchus, désireux d’épicer le spectacle, décide de les faire combattre à leur tour dans l’arène. Le premier combat s’avère sanglant. Les novices gladiatrices comprennent vite qu’elles vont toutes mourir à moins d’organiser une évasion à travers les catacombes : ce qu’elles tentent avec l’aide de Septimus, un gladiateur navré de la mort de leur compagne Lucinia dont il était amoureux.

(source : http://www.peplums.info/pep12.htm)

Des reconstitutions modernes

Amazonia et Achillia ​dans « the gladatorial games of ancient Londinium Britannia », un évènement sponsorisé par le Museum London en juillet 2011.​

Gladiatrix se bat contre Gallo – Italie 2010

Deux gladiatrices, Amazonia et Achillia  se battent Natali Di Roma, avril 2013

Arde Lucus Gladiatrix (photos par Dani Vázquez)

gladiatrix fight

gladiatrix fight

Vocabulaire de la gladiature

Andabate : gladiateur à cheval armé d’un glaive qui combattait en aveugle sans armes défensives. Il portait une cloche en main gauche ; il n’y a que très peu d’informations le concernant, des chercheurs doutent même de son existence.

Armatura (plur. Armaturae) : catégorie de gladiateur. Les différents types se différenciaient par les armes utilisées, mais aussi par les techniques de combat.

Bestiaire : gladiateur combattant des bêtes sauvages, ou condamné à mort par l’exposition aux bêtes.

Catervarius : gladiateur mal connu combattant en groupe (caterva).

Crupellaire : spécificité gauloise, gladiateur « lourd ».

Dimachère : gladiateur ayant une arme dans chaque main. Il était alors ambidextre (certains auteurs voient en lui un autre nom du scissor).

Editor : l’éditeur, appelé également munerarius, est l’individu (personne privée, magistrat ou empereur) qui offre à ses frais le combat de gladiateurs

Essédaire (essedarius) : gladiateur qui combattait du haut d’un char.

Fortus : un gladiateur en réussite.

Galerus : pièce métallique montante jusqu’au milieu de la joue qui protégeait l’épaule gauche du rétiaire ainsi qu’une partie de son visage.

Gladius : glaive.

Hoplomaque (hoplomachus) : gladiateur armé d’une lance, d’un glaive et d’un petit bouclier rond affrontant le mirmillon et le Thrace.

Ludi : jeux donnés à date fixe ou en des circonstances particulières, pour célébrer une fête ou un événement exceptionnel.

Laniste (lanista) : propriétaire d’une troupe de gladiateurs qu’il louait ou vendait à un editor désireux d’organiser un spectacle.

Laquearius : mystérieux gladiateur cité par Isidore de Séville, qui, si l’on s’en tient à l’étymologie laqueus (corde à nœuds coulants) aurait eu pour arme un lacet étrangleur.

Liberatio : acte qui libérait un gladiateur de l’obligation de combattre.

Manica : protection de tissu rembourré, de cuir, d’écaille de métal ou de maille qui couvrait le bras droit (ou gauche pour le rétiaire). La main droite était quant à elle protégée par un gant de cuir.

Mirmillon ou myrmillon (murmillo) : gladiateur « lourd » se battant principalement contre le thrace et l’hoplomaque. Au début il combat également contre le rétiaire, mais bien vite le sécutor devient l’adversaire privilégié de ce dernier. Il est armé d’un gladius, et protégé par un casque, un scutum, une manica, et une ocrea courte.

Munéraire (munerarius) : éditeur du munus. Dans la Rome impériale, les plus importants étaient l’empereur et les hauts magistrats (préteurs, édiles, questeurs, consuls) ; en province, de riches notables ou des magistrats locaux.

Munus (plur. munera) : combat de gladiateurs. À l’origine, « cadeau » offert à l’occasion de funérailles.

Ocrea : pièce de métal et de cuir protégeant la jambe. Certains gladiateurs n’en portaient qu’une courte, comme le sécutor, le provocator et le mirmillon, et d’autres deux hautes comme le thrace et l’hoplomaque.

Palus : pieu sur lequel s’entraînaient les gladiateurs.

Parmatus : gladiateur équipé d’une parma threcidica, c’est-à-dire un petit bouclier.

Reconstitution historique en angleterre. Parmatus ?

Provocator : armatura par laquelle tout gladiateur débutait sa carrière, du ier au iiie siècle. Il est équipé d’un glaive, d’un casque fermé devant sans crête, d’une ocrea montant jusqu’au genou, d’une protection pectorale et d’un bouclier moyen utilisé en percussion. Les provocatores s’affrontent entre eux.

Provocatores casques à terre

Rétiaire (retiarius) : gladiateur léger, équipé d’un trident, d’un filet et d’un poignard. Il ne portait pas de casque, sa seule protection était le galerus et la « manica ».

Sagittarius : combattant armé d’un arc (son nom signifie « archer »).

Samnite : type ancien de gladiateur dont le nom évoque les redoutables guerriers du sud de l’Italie qui s’opposèrent à Rome au ive siècle av. J.-C.

Scutum : long bouclier rectangulaire & cintré.

Secutor : « le poursuivant » Évolution du Mirmillon, il est l’adversaire du rétiaire, c’était un gladiateur appartenant à la classe des scutati, il est considéré comme un combattant « lourd ». Il est équipé d’un glaive, d’une manica, d’une ocrea courte, d’un grand bouclier « scutum ». Son casque à large rebords a une crête arrondie pour éviter d’accrocher le filet du rétiaire.

Scissor : « celui qui tranche ou qui taille ». Armatura rare qui apparaît dès le ier siècle. Le scissor, un « anti-rétiaire », constitue une évolution du secutor. Il conserve son casque mais remplace son scutum par un manchon métallique terminé par une demi-lune tranchante. Il est également protégé par une lorica, une armure d’écailles en métal ou de maille.

Thrace : gladiateur lourd muni d’une dague courbe, la sica supina ou falx supina, d’un petit bouclier carré et de 2 ocreae hautes.

Tiro (pl. tirones) : gladiateur novice (le terme s’emploie aussi pour un soldat novice, un « bleu »).

Venatio (plur. venationes) : chasse, combat d’animaux entre eux ou contre des hommes, sous toutes ses formes.

Venator : combattant prenant part à une venatio. Chasseur d’animaux sauvages destinés à l’arène, souvent confondu avec les gladiateurs et les condamnés à mourir « par les fauves » (damnatio ad bestias).

2 réponses sur “Gladiatrice, une activité réservée aux femmes”

  1. Super article, j’ai appris beaucoup de choses.
    Du coup, j’ai mis un lien depuis mon article sur le film Gladiator où je donne quelques éléments pour simuler un combat dans l’arène avec les règles de Savage Worlds : https://gregoryhuyghe.com/2017/06/16/gladiator-fr/

    Votre article donne des renseignements intéressants pour étoffer une aventure centrée sur des gladiateurs.

    En tout cas, si on avait des combats de gladiateurs aujourd’hui, ça serait quand même autre chose que Koh-Lanta ^^

  2. Merci Gregory. Je crois bien que c’est l’article en question sur le film Gladiator qui a été la source d’inspiration.
    En faisant des recherches sur le film et sur les Gladiateurs historiques je suis tombé sur la fameuse scène où il y a une gladiateurs sur un char. De là j’ai cherché à en savoir un peu plus et le résultat c’est cet article.
    Je n’ai pas tout mis… Il y a beaucoup à dire.

Laisser un commentaire