Grimoires & Tentacules – Appel de Cthulhu 14-18 épisode 2

Second épisode du jeu de rôle l’Appel de Cthulhu pendant la Première Guerre Mondiale !

Épisode 2

Dans cette partie se déroulant durant la Grande Guerre (14-18), les joueurs incarnent des Poilus du 33ème régiment d’infanterie, qui vont se retrouver confrontés, en plus de l’horreur de ce conflit ayant causé une quantité effroyable de victimes, à l’inimaginable.

Les personnages et événements présentés ici sont une interprétation fictive de l’Histoire avec le monde fantastique de l’auteur H.P Lovecraft.

Retrouvez l’équipe de Grimoires & Tentacules en direct sur Twitch et sur les réseaux sociaux :
Twitch (https://www.twitch.tv/grimoiresettent…)
FB (https://www.facebook.com/GrimoiresEtT…)
Twitter (https://twitter.com/GrimoiresT)

Les Tranchées

Si vous voulez vous aussi utiliser comme toile de fond les tranchées de la Grande Guerre pour vos scénars, nous vous recommandons fortement la lecture du Casus Belli n°12 et son spécial « Centenaire de la der des der » – Les Tranchées.


Le 33e régiment d’infanterie

Ce régiment d’infanterie auquel les personnages appartiennent dans ce scénario a réellement existé.Le 33e régiment d’infanterie Régiment d’infanterie français (ou 33e RI) – ancien « Régiment de Touraine » était en garnison à Arras (62).

Durant la Grande Guerre ce régiment participe à de nombreuses batailles, nous citons ici seulement celles auxquelles les personnages auraient pu participer au moment du scénario…

1914

  • 15 août : Bataille de Dinant
  • 24 août : Bataille de Charleroi
  • 29 août : Bataille de Guise
  • (Septembre 1914) Bataille de la Marne

1915

  • Bataille de Champagne (L’offensive commence le 14 décembre 1914 et se poursuit jusqu’au 17 mars 1915.)

1916

  • Bataille de Verdun (du 21 février au 19 décembre 1916)

Le 33e RI est aussi le régiment où un dénommé Charles de Gaulle se rend célèbre.

Charles de Gaulle qui était lieutenant depuis le 1er octobre 1913, est nommé capitaine en janvier 1915. Dès son premier combat à Dinant le 15 août 1914, il est touché à la jambe (« fracture du péroné par balles avec éclats dans l’articulation »). Il rejoint ensuite le 33e RI sur le front de Champagne pour commander la 7e compagnie. Il est à nouveau blessé le 10 mars 1915, à la main gauche, à Mesnil-Les-Hurlus en Champagne. Décidé à en découdre, il désobéit à ses supérieurs en ordonnant de tirer sur les tranchées ennemies. Cet acte lui vaut d’être relevé huit jours de ses fonctions. Officier tatillon, volontiers cassant, son intelligence et son courage face au feu le distinguent au point que le commandant du 33e RI lui offre d’être son adjoint.

Le 2 mars 1916, son régiment est attaqué et décimé, anéanti par l’ennemi en défendant le village de Douaumont, près de Verdun. Sa compagnie est mise à mal au cours de ce combat et les survivants sont encerclés. Tentant alors une percée, il est obligé par la violence du combat à sauter dans un trou d’obus pour se protéger, mais des Allemands le suivent et le blessent d’un coup de baïonnette à la cuisse gauche. Capturé par les troupes allemandes, il est soigné et interné. Il ne sera libéré qu’à la fin de la guerre.