Le Roi Arthur : La Légende d’Excalibur – secouée par Guy Ritchie

Ca y est, on a vu le dernier film de Guy Ritchie : « Le Roi Arthur : La Légende d’Excalibur » (en 2D avec son Imax). Le moins que l’on puisse dire c’est que ce film est surprenant. Et cela faisait bien longtemps que nous n’avions plus droit à de l’Heroic Fantasy débridée sur grand écran.

Le Roi Arthur : La Légende d’Excalibur (en version originale King Arthur: Legend of the Sword) c’est un film américano-britanniquo-australien réalisé par Guy Ritchie, et sorti dans les salles française le 17 mai 2017 (aux USA c’était le 12 mai 2017)

Les premières impressions

Il est indéniable que l’on retrouve le style de Guy Ritchie, autant dans les dialogues que dans le découpage du film. Par moment on a même l’impression de revoir une version médiévale de « Snatch : tu braques ou tu raques ».

Guy Ritchie secoue la légende Arthurienne

La légende du Roi Arthur et de son épée a maintes fois été portée à l’écran, elle est donc, en théorie, connue de tous, du moins en partie. Chacun sa version, mais en général cela tourne presque toujours autour de la même histoire que celle racontée par Disney ou John Boorman :

un orphelin, qui est en fait le fils du roi retire l’épée magique Excalibur du rocher où elle est plantée.  Il devient ainsi roi. Arthur est aidé du magicien Merlin et il épouse Guenièvre.

Voilà, avec cette base Guy Ritchie retravaille un peu la légende qui situe l’action en Angleterre dans un moyen-âge très fortement teinté de fantastique. Londres y existe mais sous le nom de Londinium, et Camelot aussi. Les personnages de la geste Arthurienne sont bien présents mais pas forcément dans les rôles auxquels on est habitués à les voir. Pour ça, c’est une des astuces scénaristiques des auteurs de ces dernières années. Tout comme le fait de voir des personnages issus de tous les continents…  (comme dans par exemple la série télé : « Merlin »)

Avec Djimon Hounsou dans le rôle de Bédivère
Avec Djimon Hounsou dans le rôle de Bédivère… hum oui pourquoi pas, mais Idris Elba aurait été parfait ! Et quel clin d’œil aussi…

Quelques acteurs sortent du lot, et même s’en sortent mieux que d’autres : Àstrid Bergès-Frisbey (la Mage) est bien, pareil pour Jude Law qui campe le rôle du méchant Vortirgern à la perfection, et j’ai une faiblesse particulière pour Aidan Gillen  qui joue « Bill « graisse d’oie » ». Concernant Charlie Hunnam, rien à redire sur son jeu d’acteur, mais plutôt sur le choix de l’acteur… En fait le rôle aurait même pu être donné à Travis Fimmel (Ragnar Lodbrok dans la série Vikings).

Àstrid Bergès-Frisbey : la Mage. Entre force et fragilité

N’ayant vu le film que dans sa version française, je ne peux que supposer qu’il y a beaucoup d’argot anglais… et finalement très mal traduit en français. Tout comme on peut supposer que les accents ne soient pas bien rendus par la VF. Dommage, parce que c’est vraiment ce qui fait la saveur des films de Guy Ritchie.

Les décors, et surtout les extérieurs, sont vraiment magnifiques et le pays de Galles se prête parfaitement au déroulement de cette histoire qui se veut tourmentée et sombre. Par contre niveau originalité, c’est un peu à revoir car le château de Camelot est digne des Terres du Milieu, et le Londinium grouillant de vie fait parfois penser à Port-Réal (Games of Thrones).

Durant tout le film qu’est-ce que j’ai pu me dire que l’image était un peu trop sombre, ce qui me fait penser que c’est vraiment à regarder sur grand écran.

Toute la séance j’avoue que j’ai vraiment mais alors vraiment adoré la bande son. La musique du film c’est vraiment le gros point positif, la bande originale signée par Daniel Pemberton nous change enfin d’Howard Shore ou James Horner. La musique qui oscille en permanence entre classique et modernité colle parfaitement à la nervosité du récit en renouvelant les standards du genre.

Alors bien ou pas ?

Oui, malgré quelques imperfections « Le Roi Arthur : La Légende d’Excalibur » m’a laissé une très bonne impression et une envie d’en voir plus. Guy Ritchie a reconstruit la légende d’Arthur en laissant assez de place pour d’autres intrigues.

Et du point de vue du jeu de rôle (JDR) ?

Alors là, c’est carton plein ! On est dans de l’Heroic Fantasy complètement transposable dans un JDR, avec quelques créatures plus ou moins magiques bien puissantes, une magie tout aussi puissante mais qui requiert contrôle et sacrifice. Et mention toute particulière à Excalibur, l’épée magique : pour une fois on a un vrai effet magique sympa à l’écran.

Allez, on recommande chaudement, malgré les critiques négatives qui pointent ça et là. Il est clair que ce film ne peut plaire à tout le monde. Cela n’est pas un Roi Arthur conventionnel, et c’est du Guy Ritchie.

 

 

3 réponses sur “Le Roi Arthur : La Légende d’Excalibur – secouée par Guy Ritchie”

  1. Autant j’adore les films de Guy Ritchie, et son style exceptionnel, autant ici il s’est perdu dans un nanar indigne des séries Z… Il avait des pensions alimentaires à payer ou quoi ?

  2. Bonjour, je n’aime pas tous ses films de la même manière. Il y a du bon et du moins bon.
    Mais le  »Roi Arthur:La légende d’Excalibur »ne me paraît pas être dans la catégorie Nanar… D’un autre côté Nanar ou pas, j’aime bien ce film.
    Et puis les nanars c’est bien, il y a toujours du bon à en retirer.
    Je ne suis pas critique de cinéma, et mes goûts ne sont pas ceux des autres… J’ai un faible pour les films atypiques et/ou  »nazes ».
    Pour revenir à ce Guy Ritchie en particulier, il ne m’a pas semblé mauvais, au contraire, je suis ressorti de la salle avec le sentiment d’avoir vu un bon film.

  3. Si ce film plait peu, ce n’est pas parce que c’est du Guy Ritchie (au contraire, c’est ce qui aurait pu faire son intérêt), mais simplement parce qu’il est nul. Pas de cohérence, persos sans profondeur, scènes inintéressantes, dialogues creux, scénario puérile…. En fait, ce film est simplement ridicule. Alors oui, certains peuvent aimer regarder et se moquer, mais bon…

Les commentaires sont fermés.