[Et si c’était un JdR ?] Papa Schultz / Stalag 13

Papa Schultz ou Stalag 13 (Hogan’s Heroes) est une série télévisée américaine en 168 épisodes de 25 minutes, créée par Bernard Fein et Albert S. Ruddy.

En France, la série a été diffusée à partir du 29 juin 1987 sur Canal+ sous le titre Stalag 13, ainsi que sur RTL Télévision, puis rediffusée sur M6 sous le titre Papa Schultz. Elle fut rediffusée sur la chaîne Virgin 17 du 4 janvier au 28 août 2010 et sur Direct 8 du 1er septembre 2010 au 1er janvier 2012 et de nouveau depuis le 20 mars 2012.

Durant la Seconde Guerre mondiale, en Allemagne : officiellement, le Stalag 13, un camp allemand de prisonniers de guerre alliés, est dirigé d’une main de fer par le Colonel Klink et le Sergent Schultz… Officieusement, ils sont manipulés en beauté et avec art par le Colonel Hogan et ses hommes, des prisonniers américains, français et anglais, qui entrent et sortent du Stalag au gré de leurs missions de sabotages ou de leurs rendez-vous galants.

Cette série est une parodie voulue par plusieurs acteurs jouant dans la série. En effet, plusieurs d’entre eux ont connu l’enfer des camps de concentration (John Banner) ou alors ont fui l’Allemagne nazie avant qu’il ne soit trop tard (Werner Klemperer, fils du chef d’orchestre Otto Klemperer qui fuit les persécutions nazies).
La série a été tournée dans les studios 40 Acres de la ville de Culver City en Californie.

 

Casting :

Bob Crane : Colonel Robert Hogan

Colonel Robert E. Hogan

Le Colonel Robert E. Hogan (armée de l’air des États-Unis), matricule no 0876717, officier responsable des prisonniers, et le leader du groupe.

Né à Bridgeport (Connecticut), il a vécu près de Cleveland (Ohio). Il a été abattu lors d’un raid sur Hambourg. Au contraire du colonel Klink, Hogan est un colonel « trois étoiles ». Son nom de code dans le réseau est « Papa Ours ».

Le colonel Hogan était le commandant du 504e groupe de bombardiers qui avait été affecté au « Projet Manhattan »1.

John Banner : Sergent Hans Schultz
Sergent Schultz

L’Oberfeldwebel Hans Georg Schultz, numéro de matricule 23781 est un sous-officier2 de 150 kilos maladroit et très peu porté sur la chose militaire. Schultz est un homme ayant fondamentalement bon cœur qui, lorsqu’il est confronté à des preuves d’activités secrètes des prisonniers, regarde tout simplement de l’autre côté, répétant: « Je n’entends rien, je ne vois rien, je ne sais rien ! »3 afin d’éviter d’être blâmé pour les choses que les prisonniers ont obtenu, et qui pourraient lui valoir un aller simple pour le Front de l’Est. Il devint finalement un slogan de la série.

Comme le colonel Klink, il est un vétéran de la Première Guerre mondiale. Sa ville natale est Heidelberg, et dans la vie civile, il est propriétaire de la plus grande et meilleure usine de fabrication de jouets d’Allemagne, le Schatzi Toy Company. Au début de la guerre, Schultz est involontairement rappelé au service militaire et perd le contrôle de son usine de jouets qui est convertie pour un usage militaire. Il a une femme, Gretchen et cinq enfants qu’il ne voit que rarement en congés. LeBeau se réfère à Schultz en tant que social-démocrate, un parti interdit par les nazis en 1933, et Schultz à plusieurs reprises s’avère très dégoûté par Hitler en particulier, et les Nazis en général.

Schultz porte un fusil Krag-Jørgensen qu’il ne charge jamais et qu’il a tendance à égarer ou même à le confier aux prisonniers de guerre quand il a besoin d’utiliser les deux mains (« Rends-moi mon fusil, ou je tire ! »).

Robert Clary : Caporal Louis LeBeau

Le Caporal Louis LeBeau de l'Armée de l'Air Française, matricule n°19176546
Richard Dawson : Caporal Peter Newkirk

Le Caporal Peter Newkirk de la Royal Air Force
Ivan Dixon : Sergent James « Kinch » Kinchloe

Le Sergent James « Kinch » Kinchloe est principalement responsable des communications (radio, télégraphe et autres formes de communications électroniques)
Larry Hovis : Sergent Andrew Carter (lieutenant dans le premier épisode)

Le Sergent Technique américain Andrew J. Carter (lieutenant dans l'épisode pilote) est chargé des munitions et de la fabrication de bombes
Werner Klemperer : Colonel Wilhelm Klink

L'Oberst (colonel) Wilhelm Klink est un ancien de la Luftwaffe

L’Oberst (colonel) Wilhelm Klink est un officier de la Luftwaffe, de lignée aristocratique (Junker) d’origine prussienne, Klink est un arriviste. Il est né à Leipzig dans les années 1890, bien qu’il se réfère à Düsseldorf, où il a étudié au Gymnasium4, (43e diplôme dans sa classe) comme sa ville natale. Après avoir échoué aux examens d’entrée pour étudier le droit et la médecine, il a reçu un rendez-vous du Kaiser Wilhelm II dans une école militaire, et grâce à l’influence de son oncle, le barbier du Bürgermeister, il a obtenu la 95e place… de plus il est le seul de sa promotion qui n’a pas atteint le grade de général. Toutefois, lorsqu’il a été interrogé par le Colonel Hogan, le colonel Klink admet que beaucoup de ses camarades de classe de rang supérieur ont été tués au combat ou fusillés par Hitler.

  • Kenneth Washington : Sergent Richard Baker
  • Leon Askin : Général Burkhalter
  • Howard Caine : Major Hochstetter
  • Walter Janowitz : Oscar Schnitzer
  • Bernard Fox : Colonel Crittendon
  • Cynthia Lynn : Helga
  • Sigrid Valdis : Hilda
  • Anne Rogers : Lady Leslie Chitterly
  • Kathleen Freeman : Gertrude Linkmeyer

Et si c’était un jeu de rôle ?

Papa Schultz le Jeu de rôleC’était tellement évident, qu’on dirait que personne n’y a pensé… Mais je vous en prie, si vous avez entendu parlé ou lu quelque chose sur un éventuel jeu de rôle Stalag 13 /Papa Schultz, faites-le nous savoir.

Il existe assez peu de jeux de rôle ayant pour thème la seconde guerre mondiale… Nous connaissons le jamais traduit « Behind Enemy Lines », très limité, il permet surtout de jouer les soldats américains. Il existe aussi le « GURPS World War II », qui se veut très réaliste, permettant de tout jouer dans la période concernée. Et « Grim Ordeal », qui lui est une uchronie, où les héros sont des britanniques luttant contre l’empire Japonais….

 Mais tout cela est finalement trop sérieux, trop réaliste… et probablement trop sombre car cette période de conflit mondial fut tellement meurtrier que… Que quoi ? Aurions-nous oublié « La Grande Vadrouille », « Le Mur de l’Atlantique », « La Septième Compagnie », « Papi fait de la Résistance », etc… Et donc aussi « Stalag 13″…

168 épisodes démontrent facilement que l’on peut trouver au moins 168 idées de scénario et toujours faire rire avec un thème aussi dramatique : « Des prisonniers de guerre dans un camp allemand qui aident la résistance et font de l’espionnage plutôt que d’essayer de s’évader »… C’est-à-dire l’exact contraire du film « La grande évasion ».

Dans la série, très peu de violence, ou alors elle est drôle… bombes, sabotages, bombardements… on n’y voit jamais de morts (même si on peut facilement imaginer qu’il y en a)… La Gestapo est tournée en ridicule, les soldats prisonniers essayent de convertir les soldats allemands en alliés…

Les personnages sont aussi tous très complémentaires, saboteurs, chimistes, imitateurs, escrocs, pickpockets, couturiers, faussaires, les compétences ne sont pas forcément des compétences de combat. Ce qui signifie que l’on peut très bien faire plus de 100 scénarios sans combats et avec du bagout…

Le fait que l’action semble se situer dans un lieu unique n’est pas un obstacle, car en réalité, grâce à leurs réseaux de tunnels, les « prisonniers » du stalag 13 vont où ils veulent… Dans la ville d’à coté, et même à Berlin ou à Paris, tout est possible. Le principe des personnages qui interprètent des « prisonniers » de guerre n’est pas non plus une limitation, puisqu’ils viennent de nationalités différentes. Seuls les personnages afro-américains sont plus limités dans leurs déplacements, mais même Kinch a pu se rendre à Paris lors d’un épisode… Les personnages peuvent aussi être des allemands qui font partie de la résistance ou des agents doubles…

Plus d’infos :

  1. Dans la réalité, la 504e de bombardiers était affectée aux opérations de la Guerre du Pacifique en 1944, et n’a jamais été envoyé en Europe, tandis que ce fut la 509e unité qui fut chargée de larguer la bombe atomique (créée dans le cadre du « projet Manhattan ») sur le Japon en août 1945 []
  2. appelé sergent dans la version française, mais en fait un adjudant-chef []
  3. ou, plus souvent quand la série continue, tout simplement « je ne sais rien à rien ! » []
  4. lycée []

2 réponses sur “[Et si c’était un JdR ?] Papa Schultz / Stalag 13”

Les commentaires sont fermés.