Le Jeu de Rôle en 5 questions – Mystery Machine Editions répond

En Avril 2011, le numéro 1 de l’eZine de Scriiipt sortait avec un gros dossier d’interviews de personnalités du monde rôliste. Avant la sortie prochaine du numéro 2, nous mettons en lignes ces interviews sous forme d’articles indépendants et autonomes. Et pour commencer, C’est Pascal de Mystery Machine Editions qui répond à nos fumeuses questions :

SCRiiiPT : JDR ? Comment définir le jeu de rôle en deux ou trois phrases simples ?

Pascal : Selon moi le jeu de rôle est un jeu de société, où les joueurs incarnent les personnages d’une narration qui évolue selon leurs décisions et actions. Généralement, chaque joueur y incarne un seul personnage, à part celui qui contrôle la narration en incarnant tous les éléments extérieurs à ces personnages.

SCRiiiPT : Rôliste ? C’est un terme qui semble-t-il revêt une grande importance, mais qui n’apparaît pas dans le dictionnaire. Qu’est-ce que c’est et surtout comment définir un « rôliste »?

Pascal : Dans le robert il y a une définition du jeu de rôle à « Rôle » (sens 4) : « Action, influence que l’on exerce, fonction que l’on remplit ». plus loin : « Jeu de rôle : jeu dans lequel les joueurs incarnent des personnages (d’une narration) ».

Pour moi le rôliste est le joueur de jeu de rôle, rien de plus, rien de moins. Le reste n’est que sociologie, car les rôlistes forment bien un groupe dont on peut tenter de percer les mystères, par exemple via des sondages (mais aussi des interviews, etc.). Celui que j’ai réalisé en novembre dernier, malgré de nombreux défauts, est de ce point de vue sans doute un point de départ intéressant.

SCRiiiPT : Le jeu de rôle n’est pas une marque déposée, on dirait qu’il n’y a pas non plus de définition « officielle » qui mettrait tout le monde d’accord, c’est un activité, un loisir, une pratique, un jeu, un principe ? Mais alors à qui appartient le jeu de rôle ?

Pascal : Je m’inscris en faux contre les nombreux relativistes qui pensent que le JDR n’est qu’affaire d’opinions. Dans cette question comme dans toutes les autres, je suis persuadé qu’une définition, si elle n’est pas facile à trouver, existe nécessairement. Toute activité peut se définir, sinon il ne sert plus à rien d’essayer ne serait-ce que de discuter rationnellement.

Néanmoins j’ai bien conscience que parmi les rôlistes cette question soulève souvent des oppositions franches, qui selon moi relèvent trop souvent de simples divergences de « goûts », donc d’opinions. Les façons de jouer de chacun influent sur leur conception du JDR dans son ensemble.
Pour répondre à la question : le JDR appartient à tous les rôlistes, donc à tous ceux qui pratiquent ce jeu de société où ils peuvent incarner un personnage dont les actions influent sur la narration (et ce quels que soient l’univers, le système de jeu, le support, le système d’évolution des personnages, le but du jeu, etc etc etc).

SCRiiiPT : Maintenant que l’on en sait un peu plus. Il est temps de savoir vers quoi l’on va, quel est l’avenir du jeu de rôle ?

Pascal : Bien malin qui saura le dire et aura raison. Selon moi, l’éclatement de la production francophone entre une vingtaine d’acteurs plus ou moins importants dans les années 2000 n’est pas nécessairement néfaste. Cela permet de faire émerger de nouveaux formats, de continuer ce qui marche comme de trouver des nouveautés attrayantes. D’autres que moi auront beaucoup plus de choses à dire sur ce sujet.

Et bien sûr je pense également que l’avenir se situe dans le JDR amateur, qui ne l’est souvent plus que de nom : quand cette communauté de créateurs aura les outils pour échanger efficacement, je pense que la création collaborative permettra au monde du JDR d’avoir une vision plus claire de lui-même. Inspirons nous de ce qui se fait déjà dans la BD par exemple, en connectant toujours mieux les auteurs, les joueurs, les illustrateurs, etc.

SCRiiiPT : Merci. Un petit mot pour finir, un dernier souhait ?

Pascal : Merci à vous ! Je remercie également à nouveau les 3000 rôlistes qui ont répondu au sondage l’hiver dernier. J’espère qu’à l’avenir les rôlistes trouveront le moyen de se réunir autour de sujets qui les intéressent de près : la découverte, l’imagination, le partage ; ce qui constitue pour moi le triptyque essentiel du JDR.

 

Mystery Machine Edition c’est :

Mystery Machine est une maison d’édition qui avait pour vocation première d’éditer un mensuel ; destinée à un large public et consacrée aux cultures de l’imaginaire : Horizons Fantastiques. Le magazine n’a vécu que deux numéros papier, mais il est toujours en vente dans sa version pdf et un site web continue l’aventure.

L’équipe est constituée de véritables professionnels de la presse et dispose d’un savoir-faire acquis au sein de différentes structures et sociétés toutes liées de près à la publication de magazines.

Print Friendly
The following two tabs change content below.