[inspi] L’image du jour, des grenouilles cannibales ?

L’image du jour pour notre inspiration rôliste est : « Des Polypedates leucomystax au Jardin zoologique de Stuttgart (Allemagne). » Notez le détail qui tue : « La grenouille à droite a un congénère dans sa bouche, le cannibalisme est fréquent chez cette espèce. »

Inspi rôliste ?

Ma première idée fut de penser à une pluie de grenouilles… Une pluie telle que cela ressemblerait à une des dix plaies de l’ancien Testament.

« [...] les grenouilles montèrent et recouvrirent l’Égypte [...] »
— Exode 8:1-25

800px Polypedates leucomystax weissbart ruderfrosch 640x369 [inspi] Limage du jour, des grenouilles cannibales ?

Et là, on entre dans le monstrueux total : Les grenouilles seraient si nombreuses qu’elle ravageraient tout. Elles polluent tout, la moindre flaque d’eau est souillées par leurs immondices, et en plus elles se reproduisent… Berk… L’eau est soit sale, soit pleine de têtards… Les grenouilles et les têtards dévorent tout :

  • plus de poisson dans les rivières, les étangs ou les marres,
  • plus d’insectes, car elles dévorent les moindres larves d’insectes

Pire, elles sont tellement nombreuses, qu’elle n’ont pas assez à manger et se dévorent entre-elles…

grenouille [inspi] Limage du jour, des grenouilles cannibales ?

La grenouille à droite a un congénère dans sa bouche, le cannibalisme est fréquent chez cette espèce.

Et ces grenouilles qui deviennent cannibales, grossissent de plus en plus et dévorent de plus en plus de congénères… Et grossissent encore… Et bientôt elles s’attaquent à des proies de plus en plus grosses, de petits mammifères, puis des gros mammifères… Et enfin, elles goutent à la chair humaine…

Bref, au final, nous nous retrouvons avec un monde recouvert de grenouilles géantes mangeuses d’homme !

J’aime bien aussi ce que j’ai trouvé sur les pluies d’animaux sur wikipédia :

Parmi les explications non scientifiques du phénomène, on trouve des interprétations supranaturelles, des interventions d’extraterrestres, des phénomènes spatio-temporels, ou encore des théories à base de chemtrails ou de tests d’armes scalaires :

Dans les théories supranaturelles et religieuses, selon la nature des objets qui tombent du ciel, le phénomène est perçu comme un châtiment (les pierres qui s’abattent sur l’armée amorite dans l’Ancien Testament) ou un signe de providence et de bonté divine lorsqu’il s’agit d’animaux comestibles.

D’autres théories sur l’intervention d’extraterrestres décrivent des visiteurs recueillant une grande quantité de vivres puis les laissant tomber lorsqu’ils quittent notre planète pour une nouvelle destination lointaine. Les pluies de sang et de chair seraient liées à un tri opéré par les visiteurs afin d’alléger leurs stocks.

Également assez ésotériques, des théories fondées sur l’existence de plusieurs dimensions et espaces-temps, prenant comme a priori la possibilité de la téléportation, tentent d’expliquer comment des animaux peuvent se trouver là où ils ne devraient pas être. Le journaliste Charles Hoy Fort a développé ce genre d’explications. Selon lui il existerait une force susceptible de transporter instantanément des objets, pouvoir jadis puissant, mais ne se manifestant plus aujourd’hui que par des actions désordonnées comme les pluies de poissons. Une autre des hypothèses de Charles Hoy Fort repose sur l’existence d’une « mer supérieure des Sargasses », un genre de réservoir de matière dans les cieux aspirant et recrachant des objets terrestres.

Enfin, une théorie repose sur la pratique de « tests secrets » d’armes scalaires par l’industrie militaire qui disposerait de ce genre de technologie depuis les années 1990, de telles armes électromagnétiques sont supposées manipuler artificiellement l’environnement et pourraient être responsables de la mort massive des oiseaux. Cette théorie se rapproche de celle des chemtrails, selon laquelle certaines traînées de fumée dans le ciel ne seraient pas dues aux avions mais à l’épandage de produits chimiques destinés à contrôler le climat, voire diffuser des virus ou contrôler la population en la droguant ; les oiseaux auraient été intoxiqués par ces substances chimiques

Autre possibilité, façon Stephen King (voir le recueil de nouvelles : Rêves et Cauchemars)

La Saison des pluies

Un jeune couple en vacances loue une maison dans le Maine, ignorant tout d’un rituel local garantissant la prospérité à la ville. Tous les sept ans, un couple d’étrangers doit être sacrifié pour la saison des pluies qui se manifeste sous la forme d’une pluie de crapauds gros comme des ballons de football et possédant des dents pointues.

Bookmarquez le permalien.
  • Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

    Rejoignez 7 autres abonnés