Quand les Morts boivent le sang des Vivants

Les chercheurs depuis des siècles discutent sur le mythe et sur la connaissance que l’on a sur le vampirisme. A certains moments, le propos sera d’explorer les racines de nos peurs et nos croyances, dans d’autres observer sans idées préconçues les croyances de l’antiquité. Il y a beaucoup de faits au sujet du vampirisme.

Par définition, le vampire est un mort-vivant qui survit en aspirant le sang, la jeunesse ou la force vitale de leurs victimes. Le mythe du vampirisme peut être trouvé dans de nombreuses cultures à travers le monde. Pour les non-initiés, le vampire de l’Europe de l’Est est le plus familier, en raison de l’énorme succès du roman Dracula, écrit par l’irlandais Bram Stoker en 1897.

vampire

Les vampires de l’histoire et du folklore, se diffèrent considérablement et souvent ne correspondent pas aux stéréotypes des romans de fiction et des films. Le Dracula Bram Stoker est un exemple bien modélisé du mythe roumain à l’heure actuelle. Mais de toute manière ce modèle fait référence à tous les vampires. Il y a des vampires très différents dans le monde entier et des documents sur eux sont très complets.

 

***

 

En Europe, le mythe est étudié depuis des siècles, et souvent associé à la sorcellerie et au culte du Diable. Selon ces légendes, il y a plusieurs manières pour une personne de mourir et de revenir comme un vampire. Les exemples incluent : l’excommunication, la mort violente et inexplicable, d’être assassiné dans la nuit de pleine lune, pratiquer la sorcellerie, le culte de Satan, pas de place pour être enterré dans une terre consacrée, après avoir été un loup-garou dans la vie – ou la plus connue – avoir été mordu par un vampire. Si de tels moyens pour devenir un vampire étaient pris en compte, le monde serait surpeuplé de ces créatures.

 

mundo tentacular

***

 

Pour éviter qu’un individu revienne en tant que vampire, certaines mesures peuvent être prises. Selon certaines croyances, le prétendu vampire est enterré face vers le bas dans le cercueil dans la direction opposée à la surface, empêchant ainsi de s’échapper de la fosse. De même, certains ont apporté leurs croyances superstitieuses de lier les corps ou de les déposer dans des cercueils métalliques, tous dans le but d’empêcher le retour du vampire. Certaines rumeurs dans le passé disaient que les vampires étaient très forts pour se détacher, c’est pour cela que tant de corps ont été enterrés avec des boucles infinies.

L’image en début de cet article montre un crâne avec un bloc de pierre dans la bouche, une façon d’exorciser un vampire après avoir été enterré. Le crâne en question a été trouvé en Italie et date du XIVe siècle.

La façon la plus radicale, et selon certains, la plus efficace pour éliminer le risque de vampirisme était de décapiter ou de démembrer le cadavre. Après tout, comment un vampire ferait pour se promener alors qu’il est en morceaux ? Enlevez les têtes a été l’une des missions des fossoyeurs de la France rurale du Moyen Age. Une autre façon de se débarrasser du problème a été de brûler le cadavre jusqu’à ce qu’il ne reste que des cendres. Enfin un vampire présumé pourrait être éliminé avec un pieu acéré perçant son cœur.

Ces méthodes ne sont pas du tout rares dans l’Europe médiévale. La peur du surnaturel parfois surmontait le chagrin de la perte de ses amis ou des parents du défunt lui-même. Assurer la sécurité et le repos éternel est préférable d’avoir à faire face à une visite nocturne indésirable.

***

 

Trouver un vampire n’était pas facile. Le premier signe de l’action des vampires selon le sens commun médiéval était ces mystérieuses épidémies qui tuaient les gens entre la nuit et le jour. Dans ce cas, la faute était attribuée à un vampire, jamais à des micro-organismes nuisibles ou à des conditions de vie insalubres.

Tombes mystérieuses à Soyaux Par gverdu

Au point fort d’une épidémie de vampirisme, des cimetières étaient fouillés en quête de preuves. Des pierres tombales retournées, des trous creusés ou le sol remué étaient les signes classiques de la présence des morts-vivants. Parfois, ces indices étaient suffisants pour entraîner une partie de la population à quitter leurs maisons et fuir de peur, emportant avec elle des rumeurs sur l’existence des morts-vivants.

Détruire un vampire est un défi que seuls les individus les plus intrépides ont été en mesure d’accomplir. Certains héros dotés de capacités remarquables gagnaient leur vie du Moyen Age à la Renaissance, voyageant de ville en ville. Certains étaient responsables d’avoir eux-mêmes semé les indices qu’ils trouvaient, mais il y avait ceux qui se sont vraiment dédiés à ce travail.

***

 

La méthode de destruction des vampires a été largement tributaire de la région dans laquelle ils vivaient. Dans certaines régions de l’Est de l’Europe un vampire pouvait être tué d’un coup direct sur le cœur. Certains émettaient une réserve en précisant que la balle devait être d’argent. Beaucoup de légendes ont affirmé qu’un pieu dans le cœur pourrait détruire les morts-vivants une fois pour toutes. Bientôt, il y avait des variantes de cette croyance, certains disant que seuls certains types de bois étaient vraiment efficaces et qu’un vampire ainsi blessé ne mourait pas, mais était juste resté paralysé. Pour compléter le travail, le vampire devait être décapité. Pour certains, ensuite il se transformé en cendres. Bientôt on parlait de la bonne façon de se débarrasser des cendres et ainsi est née l’idée que les cendres devaient être dispersées dans l’eau d’une rivière, car bien sûr, il fallait que ce soit fleuve d’eau courante.

***

 

Tuer des vampires comme vous pouvez le voir, c’était quelque chose de compliqué et il n’est pas étonnant que la présence d’un expert exterminateur fût nécessaire.

Le feu a toujours été une arme majeure contre les morts-vivants, un moyen de brûler les étapes (désolé pour le jeu de mots!) Et tournez à droite dans la créature grise. Au Moyen Age, les crémations de corps étaient vues d’un mauvais œil par l’Église catholique, car c’était une coutume païenne après tout, mais certaines autorités ont fermé les yeux sur cette pratique, à condition que le vampire soit éliminé tous étaient contents.

Les objets sacrés (l’eau bénite, crucifix, chapelets et hosties consacrées) sont également devenus une partie de l’arsenal des chasseurs de vampire du Moyen-âge. Le touché du vampire sur un objet sacré a un effet foudroyant : croix et l’eau bénite laissent des cicatrices brûlant comme l’acide. C’était peut-être une contribution de l’Eglise intéressée à participer à l’éradication de ce mal. La Règle ainsi consacrée pourrait après tout être vendue à tous les superstitieux.

La croyance que l’ail pourrait éloigner les vampires est fréquente dans le mythe grec du vampirisme. L’ail a toujours eut des qualités thérapeutiques purificatrices. Dans la mythologie grecque, le vampirisme est une maladie, et donc un remède naturel peut l’éliminer. Les roses également peuvet être en mesure d’éliminer les vampires ou du moins de les détecter car en leur présence les fleurs se fanent et perdent leur fraîcheur plus rapidement.

La lumière du soleil a été un ajout victorien au mythe. Les vampires jusque-là pouvaient marcher indemnes dans la lumière du soleil, alors qu’ils étaient au sommet de leurs capacités dès la nuit tombée. Le jour épuisait leurs capacités surnaturelles et les laissait affaiblis. Le soleil n’est devenu une arme qu’à partir de Dracula.

Les vampires selon le mythe consacré possèdent un large éventail de pouvoirs. Outre l’avantage évident de l’immortalité, les vampires ont été capables de modifier leur apparence physique, se transformant en animaux. Chiens, chats, loups, chauves-souris et rats sont les exemples les plus courants, mais il ya des légendes de vampires pouvant prendre la forme d’oiseaux de proie, tigres et même en ours. Les vampires également peuvent être en mesure de contrôler les animaux en éveillant en eux sauvagerie et dévouement. Dans le mythe, les vampires ont des légions d’animaux sauvages à disposition, comme des « enfants de la nuit » de Dracula.

La transformation en d’autres objets et en brouillard est également une partie du mythe. Les vampires qui deviennent des arbres sont communs dans le mythe dans les Pays-Bas. Le changement dans la brume est présent en Europe centrale.

Comme certains vampires ont un contrôle sur les animaux, il y a des légendes qui décrivent des morts-vivants en mesure d’imposer leur volonté sur les êtres humains. Ils pourraient donc influencer le comportement des personnes les forçant à agir contre leur nature, ce qui tombait bien comme excuse en cas de luxure flagrante. « Le Vampire m’a obligé à le faire! » pourrait être une bonne excuse pour une dame prise en faute.

 

***

 

Les vampires avec une force et une vitesse surhumaine sont incroyablement commun dans le folklore du monde. Ces créatures ont des capacités physiques augmentées par don surnaturel. Les vampires seraient en mesure de se confronter à plusieurs hommes à mains nues. Blesser un vampire, selon la légende, a toujours été compliqué, ces êtres n’ont pas pu être blessés parce qu’ils étaient déjà morts comme leurs organes, chair et sang, rien ne leur était nécessaire à l’exception du cœur et de la tête. Le mythe Perse parle de morts-vivants transpercés par des épées et avec des blessures mortelles sur tout le corps, cependant, ils combattaient et tuaient conduits par la soif de sang.

Contrairement aux vampires d’aujourd’hui sont considérés comme des créatures charmantes et fascinantes, les vampires du passé ont été terrible et effrayants. Il n’y avait rien d’attrayant dans le mort-vivant plus près des bêtes que du noble venant de pays exotique. Les vampires ont été dépeints comme étant sales, cruels et immoraux. Vouloir être mordu par un d’entre eux est quelque chose de très nouveau dans notre société.

Les chercheurs ont un certain nombre d’explications sur l’hystérie qui a balayé l’Europe du Moyen Age à la Renaissance. Certains prétendent que la croissance des cas de vampires cette fois est directement liée à l’apparition de maladies comme la tuberculose et le choléra. Ces maladies qui agissaient aussi rapidement faisaient penser que les victimes avaient la vie drainée hors de leur corps.

Pour certains chercheurs, le manque de connaissances médicales a également conduit à mise en terre erronées et prématurées. Certaines de ces personnes, toutes enterrées en état de choc ou de coma, venaient récupérer et sortir de leurs tombes, pour être vus errant une fois de plus. La conséquence directe pourrait être une foule superstitieuse prête à lyncher les «morts-vivants ».

***

Les vampires habitent l’inconscient collectif depuis des siècles, séduisants et terrifiants. Le mythe se réinvente de temps à autre, se renouvelant et montrant une vitalité qui le rend virtuellement immortel.

 

Article original par King in Yellow

http://mundotentacular.blogspot.com/2010/08/vampirismo-101-quando-os-mortos-drenam.html

 

[ad#banniere aout septembre]

Print Friendly
The following two tabs change content below.
Tenancier et créateur de scriiipt.com Rôliste de très longue date et amateur de fantastique. Rien à ajouter.