Podcast : La Cellule invite la FFJdR

Chez Scriiipt, on aime bien le jeu de rôle… Enfin, c’était ce qu’on croyait… Disons que nous aimons une certaine forme de jeu de rôle, pleine de créativité, d’expérimentation, d’ambiance, de roleplay, et de toutes ces choses qui semblent étrangères à la majorité des rôlistes…

Alors à l’écoute de l’interview de Thomas Laborey et de Lucien Pagnon,  j’étais super content de ne pas s’être trompé de fédé… J’avais bien adhéré à la fédé de jdr, pas à la fédé de D&D ou à la fédé des jeux de simulations… Même si j’ai rien contre DD et les jeux de simulation.

Maintenant à chacun de se faire une opinion, ou au moins de prendre un peu de temps pour réfléchir à sa conception du jeu de rôle. Qu’est-ce qui importe ? le fond ou la forme ?

Quoi qu’il en soit, Scriiipt tout comme ses prédécesseurs DreamMaker (avec VIRUS le fanzine alternatif) défendra toujours un jdr où l’on construit une histoire à plusieurs en jouant son rôle… et pas Monopoly RPG !

La FFJDR, invitée du Podcast La Cellule.

En marge de l’Assemblée Générale 2011, la FFJDR, représentée par Thomas Laborey et Lucien Pagnon, a été l’invitée de Romaric Briand pour le podcast de La Cellule.

Nous revenons, entre autres, sur les origines de la fédération : la définition qu’elle donne du jeu de rôle aujourd’hui et ses projets à moyens et longs termes.

Sans aucune langue de bois et en toute franchise les deux membres présentent leur conception du jeu de rôle et n’hésitent pas à nous faire partager leur vision du monde rôliste. ils répondent même aux différentes attaques dont ils ont été récemment victimes.

Podcast FFJDR

logo FFJDR

—site du mois—
[ad#Tentacules]

9 réponses sur “Podcast : La Cellule invite la FFJdR”

  1. Depuis quant D&D n’est pas du JDR ?
    Très franchement je suis très déçu de cette forme de sectarisme. Il me semblait au contraire que la Fédé devait rassembler et non disperser. Elle se plaint qu’il n’y ait personne pour l’aider, et bien cela ne va pas s’améliorer. La définition que vous donnez n’ai pas celle du JDR tout juste de la pratique de certain de vos membres. C’est beau une fédération aussi isolé. Certains vous reproche le terme fédération, maintenant vous ne méritez même plus celui de jeu de rôle. C’est affligeant…

  2. C’est bien pour tout cela qu’il faut réussir à se mettre d’accord sur une définition du Jeu de Rôle. En 25 ans de pratique, j’ai vu de tout 😉
    Ce qui est certain c’est que l’on peut tous et toutes parler de jdr toute la journée et penser que l’on parle de la même chose, jusqu’au moment où l’on fait une partie ensemble. C’est uniquement à ce moment que l’on se rend compte que l’on ne donne pas le même sens au mot Roleplay.
    Actuellement ce qui fait que l’on adhère à la ffjdr, peut aussi être ce qui fait que d’autres fuient. On a tous la même culture des mondes imaginaires, avec beaucoup de points communs, par contre il se peut que l’on ne joue pas de la même manière. Et finalement ça parait logique : il n’y aucune règle obligatoire.

  3. Quoi qu’il en soit la FFJDR n’est pas une fédération officielle, c’est une simple association. Ils font donc ce qu’ils veulent, pensent ce qu’ils veulent, mais ne doivent pas imaginer ou affirmer être plus représentatif d’autre chose que de leurs propres membres uniquement. Le seul point important c’est qu’il faut que leur président arrête de cracher sur tout le monde…

  4. C’est vrai que ça énerve…
    Mais bon, va falloir arrêter de se voiler la face… Au Brésil ou aux US, il y a encore des histoires moisies qui ressortent sur les méfaits du jdr quand un ado se transforme en mass murder.
    Alors, oui, en tant que rôliste, on s’est fait avoir comme des c*** par la presse et les médias en général.
    Et encore aujourd’hui avec des débats de geeks sur « est-ce que DD c’est du jdr ? » ou « la ffjdr c’est pas une fédé représentative ! », certains dépensent une énergie incroyable pour brasser du vent… Et franchement on passe encore pour des c****.
    C’est comme si tout à coup pendant une partie de jdr, on stoppe tout pour discuter d’un point de règle pendant des heures.

    De l’action, il faut de l’action. Des actions de terrain concrètes ! Produire des écrits constructifs, faire des manuels de jdr qui expliquent réellement ce qu’est le jdr, où plutôt ce que l’auteur entend par « JDR ».
    Monter des associations, promouvoir le JDR auprès des non-rôlistes n’est pas simple si on n’est pas d’accord sur ce qu’est réellement le Jeu de Rôle…

  5. Je ne suis jamais, en 20 ans, passé pour un con en parlant de jeu de rôle avec qui que ce soit hormis les imbéciles (mais ça c’est valable pour n’importe quelle activité). Et c’est de même en parlant de GN et pourtant on pourrait considérer que c’est pire : « des fous furieux qui se courent après déguisés en elfes et en se mettant des coups d’épées en latex… ».

    Donc oui faut pas se voiler la face, mais c’est pour surtout d’arrêter de « psychoter » comme des adolescent apeurés qu’il faudrait.

  6. Quoi qu’il en soit, Scriiipt tout comme ses prédécesseurs DreamMaker (avec VIRUS le fanzine alternatif) défendra toujours un jdr où l’on construit une histoire à plusieurs en jouant son rôle… et pas Monopoly RPG !

    Et… ? Si moi j’aime le Monopoly RPG (ou D&D, puisque visiblement, ce jeu dérange ; alors qu’il a ramené au JdR des rôlistes qui n’en avait pas fait depuis des années ; va comprendre…), parce qu’au bout de plus de 20 ans de jeu dont au moins 15 en tant que MJ, j’estime avoir le droit de jouer comme je le désire, je suis un con ?

    Ca ne vous dirait pas de défendre le jeu de rôle en général, plutôt que de faire les autistes (et ne pas remarquer que 80% au moins des joueurs ne passent pas leur temps à construire des background de personnages) ?

    Et pendant que vous y êtes, arrêter de vous la jouer « ça c’est bien parce que c’est intello et on est 4 dans le monde à y jouer ». Si c’est bien, les gens adhèrent. Si les gens n’adhèrent pas, c’est que ce n’est pas si bien que ça. Balancez moi des arguments sur le plus petit dénominateur commun, la grandeur de jeux comme Ambre, etc. Si personne n’y joue, c’est que soit ce n’est pas jouable, soit ça n’a aucun intérêt. Point final.

    Parce que contrairement à ce que vous sembler pensez, les gens ne sont pas idiots. Ils ne le sont pas plus que vous et moi, en tout cas.

    (derniers points : j’en ai marre de lire des réactions de complexés prétendant fournir une sorte de parole plus ou moins officielle ; si vous avez tellement honte de jouer que vous vous sentez obligés de blablater sur les qualités intrisèques qui font que tel ou tel jeu peut s’autoriser à s’auto-appeler JdR, arrêtez de jouer, ça vous économisera deux neurones ; et on ne passe pas pour des cons car personne ne nous regarde. Le monde ne tourne pas autour de nous, figurez vous).

  7. Ce n’est pas une question d’arguments, c’est une question de ressenti… Je ne dis pas que j’ai raison, je dis que je n’aime pas, et que je préfère défendre un autre style de jeu…
    PS : j’ai du mal avec les mots de plus de trois syllabes… ça se voit ?

  8. Sauf que même si t’aime pas c’est de la fédération que l’on parle. C’est pas une histoire de goûts mais bien de l’ensemble des pratiques.

Les commentaires sont fermés.