L’Ogre Bershebarr – Vulgus Orcupithècus

Un petit tour du coté d’un ogre issu des Chroniques de Middengard. Un personnage terrifiant qui hantait les cauchemars des enfants de la région.

Jusqu’en 1487 AFT, cet ogre quatre fois centenaire hantais le Pays Sauvage. Son nom n’était pas seulement craint des enfants vohïns. Tous, hommes, femmes, vieillards, paysans ou guides, craignaient cet esprit pervers, incarnation terrible des fées de l’Hadès.

Il chassait essentiellement la nuit, le long des berges de la Vivelach (le terrain de jeu des enfants de Damelune). Plus d’un petit garçon, oublié par ses grands camarades, s’est retrouvé,une fois la nuit tombée, dans le sac de Bershebarr.

La cabane de Beshebarr se trouvait dans la forêt du Laïhg, lieu sinistre s’il en fut. Certaines nuit d’hiver, tant les semi-hommes de Sondemiel, depuis la Sehy des Collines Bourdonnantes que les vohïns de Damelune, juraient voir des lueurs entre les arbres racornis du Laïhg.

Bershebarr
Dans les songes de Maëlle, Bershebarr apparait depuis les ténèbres du Pays des Cauchemars... Lorsque le mal vit par delà la Mort...

Les appétits de Bershebarr sont entrés dans les légendes du Pays sauvage. Néanmoins, on dit que l’ogre voyait ses instincts pervers mis à l’épreuve par la présence des elfes d’Omwoll et des fées du Crépuscule. Certains sont persuadés que sans leur présence bénéfique, le Pays Sauvage aurait été mis à sac par Bershebarr.

Mais les aspects les plus macabres de sa personnalité résidaient dans sa grande malice, sa pseudo-sociabilité et son effrayante perversité sexuelle…

Ainsi, Bershebarr était parfaitement capable d’évaluer ses chances et la ruse faisait partie intégrante de ses armes. Nul « ogre » que lui était capable de faire tant de mal en face de tant d’ennemis réunis (fées, elfes, communauté humaine et semi-homme), et sans être vraiment inquiété… C’est là le tour de force de Bershebarr.

Son alliance avec les goblins des Tristes Collines reposait d’ailleurs sur son écrasante « personnalité » et des peurs qu’elle faisait naitre… Comédien, Bershebarr l’était certainement un peu.

Sa forte libido, et donc sa dépendance envers les potions de la sorcière Groutta, présageait d’un talon d’Achille… Et lorsque tomba Groutta, Bershebarr tomba avec elle… Parce qu’il aimait trop les petits enfants.

[ad#Banniere Adserve Juillet]

Print Friendly